Vous êtes ici : > Accueil > Actualités > Programmes de conservation > Projet de loi Grenelle 2 : le temps de l’application et de la territorialisation


Conservation

Projet de loi Grenelle 2 : le temps de l’application et de la territorialisation



Le Grenelle Environnement, lancé en 2007, a permis de faire travailler en étroite concertation, l’ensemble des acteurs du développement durable : l’Etat, les élus locaux, les associations, les entreprises et les salariés. En 3 ans, la France s’est positionnée dans le trio de tête européen en matière de développement durable. Aujourd’hui, une nouvelle étape va être franchie avec le projet de loi portant sur l’engagement national pour l’environnement.


Cette loi dite "Grenelle 2" décline chantier par chantier, secteur par secteur, les objectifs entérinés par le premier volet législatif du Grenelle Environnement. C'est un texte d’application et de territorialisation du Grenelle Environnement et de la loi Grenelle I. Il permet d’enraciner la mutation écologique à la fois dans les habitudes et dans la durée.

Ce projet de loi, adopté par le Sénat le 8 octobre dernier et examiné en séance publique par l’Assemblée nationale à partir du 4 mai prochain, est un outil de simplification, d’accélération, et de prévention. Il constitue en somme le logiciel du Grenelle Environnement, qui en garantit à la fois la crédibilité, l’efficacité et l’irréversibilité.

Ce volet législatif se décline avec la mise en oeuvre de six chantiers majeurs.

Amélioration énergétique des bâtiments et harmonisation des outils de planification


Favoriser un urbanisme économe en ressources foncières et énergétiques, mieux articulé avec les politiques d’habitat, de développement commercial et de transports tout en améliorant la qualité de vie des habitants :
  1. renforcement du code de l'urbanisme
  2. généralisation des Schémas de Cohérence Territoriale (SCOT)
  3. réforme de la réglementation de l'affichage publicitaire, ...

Afin de mettre en oeuvre la rupture technologique dans le neuf et la rénovation thermique accélérée du parc ancien : amélioration du diagnostic de performance énergétique, inciter la construction de bâtiments basse consommation et tendre vers la réduction de la consommation d'énergie du parc ancien de 38% d'ici 2020.

Un changement essentiel dans le domaine des transports


Il s’agit de faire évoluer nos infrastructures de transports et nos comportements : 
  1. réalisation d’un peu plus de 1 500 km de lignes de transports collectifs urbains, sans compter ceux de l’Ile-de-France,
  2. construction d’autoroutes ferroviaires et de voies maritimes, avec entres autres le canal Seine Nord Europe.
  3. une modernisation des péages autoroutiers
  4. développement des véhicules électriques et hybrides rechargeables
  5. assurer une cohérence d’ensemble pour les infrastructures de transports, qu’ils soient de voyageurs ou de marchandises, et de les adapter aux défis énergétiques et écologiques actuels.

Réduire les consommations d’énergie et le contenu en carbone de la production


L’objectif est de réduire radicalement nos émissions de gaz à effet de serre grâce à :
  1. généralisation de l’affichage des performances énergie-carbone,
  2. maintien de la France au premier rang des pays européens producteurs d’énergies renouvelables
  3. développer de nouveaux carburants issus de végétaux ou de déchets organiques...

Préservation de la biodiversité


La loi vise à prendre des mesures afin :
  1. d’assurer le bon fonctionnement des écosystèmes et retrouver une bonne qualité écologique des eaux,
  2. élaborer d’ici 2012 une trame verte et une trame bleue,
  3. réduire la consommation d’espaces agricoles et naturels, ainsi que les pollutions chimiques...

Risques, santé, déchets


Lutte contre les nuisances lumineuses et sonores avec :
  1. réforme de l’Autorité de contrôle des nuisances sonores et aéroportuaires (ACNUSA), en élargissant ses compétences aux nuisances autres que sonores, en rationalisant le processus de contrôle et de sanction, et en prévoyant une place plus importante pour les riverains ;
  2. respect des plans d’exposition au bruit pour les nouveaux aéroports ;
  3. renforcement de la transparence en matière de mesure des radiofréquences...

Concernant les autres expositions comportant un risque potentiel pour la
santé :
  1. introduction dans le code de l’environnement du principe de surveillance de la qualité de l’air intérieur renforcement de l’encadrement réglementaire, de l’information du public, et de la recherche sur les ondes électromagnétiques ;
  2. recensement par l’Agence nationale des fréquences, au 31 décembre 2012 au plus tard, des points du territoire où les taux d’exposition aux radiofréquences dépassent sensiblement la moyenne nationale...


Pour une gestion durable des déchets :

  1. modulation de la contribution financière de chaque produit à sa filière de traitement en
    fonction de son impact environnemental et de ses valorisations ;
  2. limitation des capacités d’élimination ou d’enfouissement des déchets ménagers
    afin de favoriser la prévention, le recyclage et la valorisation ;
    instauration de plans départementaux de gestion des déchets issus du BTP,
    privilégiant l’utilisation de matériaux recyclés ;
  3. diminution de 15% des quantités de déchets destinés à l’enfouissement ou à l’incinération et réduction de la production d’ordures ménagères de 5 kg par habitant et par an pendant les cinq prochaines années, d’ici au 1er janvier 2012, conformément aux objectifs fixés dans le Grenelle 1...

Mise en oeuvre d’une nouvelle gouvernance écologique


L’objectif est de renforcer la gouvernance dans toutes les instances : il faut désormais instaurer les outils nécessaires à son application dans le secteur privé, comme dans la sphère publique.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche