L’état des banquises en Antarctique : faut-il s’alarmer ?

L’état des banquises en Antarctique fait couler beaucoup d’encres. Tantôt en croissance, tantôt en retrait, parfois comparé aux banquises de sa cousine Arctique… qu’en est-il vraiment ?

Voici un décryptage pour y voir plus clair.

Antarctique: une banquise en croissance jusqu’à 2014

La fonte de la banquise en Antarctique n’est pas aussi claire qu’en Arctique. 

L’une des causes principales est que l’Antarctique est la région la plus froide du globe, et que contrairement à l’Arctique qui est un océan entouré de terre, l’Antarctique est un continent entouré d’océans. La banquise qui l’entoure est donc moins permanente que sa cousine d’Arctique, et tend à disparaître chaque été pour réapparaître ensuite.

Les scientifiques pensaient même un temps que la banquise de l’Antarctique serait épargnée par la fonte des glaces, avant de conclure que non.

Si la banquise semblait gagner du terrain jusqu’en 2014, la tendance s’est brutalement inversée de 2014 à 2017, si bien que la banquise de l’Antarctique a réduit autant en 3 ans que sa cousine Arctique en 40 ans.

Il apparaît aujourd’hui que l’Ouest du continent tend à se réchauffer, et donc que la banquise y diminue, tandis qu’elle tend à s’étendre à l’Est, en dépit du réchauffement climatique.

Le climat de l’Antarctique est très complexe, et la fonte de la banquise n’étant pas la cause principale de l’élévation des océans, ce n’est pas ce qui menace le plus le climat dans l’immédiat.

L’inlandsis Ouest-Antarctique : une zone stratégique pour le climat mondial

L’Antarctique est le continent le plus haut du monde, qui est à une moyenne de 3000m d’altitude. La fonte de son inlandsis, c’est-à-dire ses couches de glaces qui le recouvrent, sont donc bien plus à craindre que sa fonte de la banquise.

Parmi les vastes zones du continent, l’inlandsis Ouest-Antarctique est à l’heure actuelle l’un des plus menaçants. Cette zone ne cesse de se réchauffer et se situe dans une cuvette qui s’enfonce dans la mer et est donc à la merci des aléas climatiques. La fonte de cet inlandsis seul relâche chaque année autant d’eau dans l’océan que l’inlandsis du Groënland. Sa fonte totale augmenterait le niveau des océans du monde de plus de 5 mètres.

L’inlandsis Est-Antarctique : le lieu de stockage de 80% de la glace terrestre

L’inlandsis Est-Antarctique abrite près de 80% de la glace terrestre et a longtemps été considéré comme intouchable en raison de sa proximité avec le pôle sud glacial.

Ces dernières années ont montré une autre réalité. Les scientifiques se sont aperçus que ce mastodonte était en fait très sensible au réchauffement des températures et certains de ses glaciers pourraient contribuer à la montée du niveau des océans plus tôt que prévu.

Étant donné les volumes contenus dans cette partie de l’Antarctique, celà ne présage évidemment rien de bon pour la montée des eaux futures. 

L’Antarctique et l’Arctique : deux endroits et deux banquises différents

L’Antarctique et l’Arctique sont parfois comparés dans le cadre de la fonte des glaces ou de la disparition de leurs banquises respectives.

Il est important de noter que les deux pôles ont un fonctionnement et des physionomies très différentes qui empêchent de faire ces comparaisons.

L’Arctique est avant tout un océan, entouré de terres, et la banquise fait la jonction entre ces terres. L’Antarctique est en revanche un continent avec une moyenne de 3000m d’altitude, dont la banquise ne fait que s’étendre autour, et est davantage saisonnière et donc plus fine.

Dans le cas de l’Antarctique, la banquise est moins importante que dans le cas de l’Arctique. Si elle a tendance à augmenter ces dernières années, elle ne compense en rien la disparition de celle de l’Arctique.

En revanche, tout comme dans l’Arctique, les inlandsis (les couches de glace terrestres) sont à surveiller avec attention. Ce sont avant tout leurs fontes qui participent à l’élévation du niveau des océans.

Si l’Antarctique ne subit pas actuellement le même réchauffement que l’Arctique, ses inlandsis sont bien plus imposants et de légères variations dans ce continent pourraient s’avérer être dramatiques pour le niveau global des océans.

En résumé

Pour conclure, l’état des banquises en Antarctique n’est pas aussi dramatique que la situation de l’Arctique. La raison principale étant que les banquises jouent un rôle plus limité en Antarctique et sont de nature plus saisonnières que leurs collègues du Nord.

En revanche, la fonte des inlandsis de l’Antarctique est une menace très importante pour la montée des eaux au niveau mondial. Et si celui de l’Est de l’Antarctique semble nous laisser du répit pour le moment, ce n’est pas le cas de celui de l’Ouest qui est susceptible d’élever le niveau des océans de 3 à 6 mètres dans les prochaines années en cas de fonte partielle ou totale.