Les futures villes inondées par la montée des eaux : ces métropoles qui pourraient disparaître

La montée des eaux est une des conséquences du réchauffement climatique et notamment de la fonte des glaces qui a de quoi en effrayer plus d’un. 

Si les chiffres sur l’élévation du niveau de la mer varient en fonction des études scientifiques et des scenarii, toutes pointent en revanche vers une conclusion similaire : de nombreuses villes pourraient se faire rayer de la carte et finir englouties dans les prochaines années.

Voici les métropoles les plus à risque dans le monde.

Jakarta : la capitale Indonésienne qui coule déjà

Si pour de nombreuses métropoles, la perspective de la montée des eaux est une affaire de prédiction future pessimiste, Jakarta est en revanche déjà en train de faire face au problème.

La capitale Indonésienne sombre d’ores et déjà à un rythme de plus de 20cm par an et possède 40% de son territoire sous le niveau de la mer. Le problème est aggravé par le sous-sol qui s’affaisse en raison des forages pour accéder à l’eau douce.Tous les ans, la métropole de plus de 30 millions d’habitants fait face à des inondations importantes qui affectent une majeure partie de son territoire. 

Le futur de Jakarta est si sombre que le gouvernement a déjà prévu de déménager la capitale indonésienne en créant une nouvelle ville de toute pièce sur l’île de Bornéo. Un plan pharaonique mais inévitable.

Shanghai : une métropole particulièrement touchée par l’élévation des eaux

Shanghai est une autre ville dont le risque de finir sous l’eau est important. Cette ville de 26 millions d’habitants ferait partie des premières mégalopoles à se faire rayer de la carte si l’élévation des océans continue au rythme actuel.

En 1998, une crue du Yangzi Jiang avait déjà causé la mort de 3 000 personnes.

75% de la population de Shanghai est à risque, si bien que le gouvernement a dû opérer de nombreux travaux dans la ville, pour en faire une ville éponge. Sols plus perméables, créations d’étangs pour absorber les excès d’eau ou encore relocalisation des populations, si les efforts du gouvernement sont louables, ils resteront tout de même insuffisants si les prédictions actuelles se réalisent, et Shanghai pourrait bien disparaître d’ici à 2100.

New York : le rêve Américain avec les pieds dans l’eau

New York est en bord de mer, et pourrait elle aussi finir sous l’eau. 

Si les prédictions ne sont pas aussi pessimistes que pour Jakarta ou Shanghai, la ville pourrait vivre des crues de plus en plus violentes tous les 5 ans dès 2030, avant de se faire engloutir peu à peu si rien ne change.

Miami : peu d’espoir pour le symbole de la Floride

Miami et une immense partie de la Floride est déjà proche voire sous le niveau de la mer et ne peut encaisser une montée des eaux significative. 

Si la fonte des glaces se poursuit et que l’élévation du niveau de la mer ne faiblit pas, il y a peu de chances que la Floride s’en sorte indemne.

Nouvelle Orléans : l’ouragan Katrina ne pourrait être qu’un avant-goût

L’ouragan Katrina a traumatisé les habitants de la Nouvelle-Orléans, qui se savaient déjà menacés par la montée des eaux. 

L’histoire l’a montré ici de façon cruelle : les digues ne sont pas infaillibles en cas d’éléments qui se déchainent et leur rupture dans une ville si proche du niveau de la mer est une catastrophe assurée.

Venise : de ville flottante à ville submergée

Venise, à l’instar de Jakarta, fait face à un double problème : l’affaissement de son sol d’une part, et la montée des eaux d’autre part. Dans ces conditions, il va être compliqué pour cette ville flottante de garder la tête hors de l’eau dans les décennies à venir.

Londres : une capitale Européenne menacée par la montée des eaux

Si nombre de métropoles et capitales Européennes sont plus dans les terres comparé à leurs comparses des Etats-Unis ou d’Asie, Londres reste tout de même à la merci de la montée des eaux. 

Les études sont unanimes : en cas de montée des eaux importantes, la capitale britannique ne s’en sortirait pas aussi bien que ses comparses européennes.

Pays-Bas : un pays entier amené à disparaître

Les Pays-Bas sont habitués à dompter les eaux. 

Le pays est en majorité déjà sous le niveau de la mer, et pour le moment, les hollandais ont su faire face aux affronts de mère nature avec brio. 

Mais plus le temps passe et plus la tâche devient dantesque. Si rien ne change, c’est bien l’essentiel du pays qui risque de se faire submerger dans sa quasi-totalité.

France : un risque important pour les Hauts de France et la Normandie

En France, le risque de voir des villes disparaître face à la montée des eaux est moins important que dans d’autres régions du monde.

Néanmoins, les Hauts-de-France et le littoral Normand sont particulièrement vulnérables à la montée des eaux. Des villes emblématiques comme Dunkerque, Calais, Le Touquet, Deauville ou encore Dieppe et même le Havre pourraient finir sous l’eau.

D’autres villes et localités à proximité des littoraux sont également à risque comme la Rochelle, Saint-Malo, l’île de Noirmoutier, celle d’Oléron ou encore certaines parties de Bordeaux.

Conclusion

D’après les chercheurs, le continent le plus affecté par la montée des eaux sera l’Asie, continent qui a une partie importante des mégapoles et métropoles situées sur la côte ou à proximité de fleuves pouvant déborder facilement. 

Des forts mouvements migratoires sont attendus dans ces pays, mais les mêmes conséquences sont également à prévoir en Afrique, en Amérique et dans certains pays Européens lorsque la montée des eaux deviendra une réalité invivable pour les habitants touchés.