Vous êtes ici : > Accueil > Conservation > Mesures pour les professionels > Restaurer et conserver un alignement d’arbres, de haies et de bosquets


Mesures pour les professionels



Restaurer et conserver un alignement d’arbres, de haies et de bosquets





Le bocage est un réseau de haies et de talus plus ou moins connectés, il assure la liaison de milieux. C'est un élément structurant du paysage dont le rôle est reconnu pour réguler les eaux de ruissellement, limiter l'érosion et maintenir la biodiversité dans les zones de culture.


Le bocage est un réseau de haies et de talus plus ou moins connectés, il assure la liaison de milieux contrastés : des bois, des landes, des prairies, et bien sûr des terres cultivées. Le bocage est un élément structurant du paysage et son rôle est désormais reconnu pour réguler les eaux de ruissellement, limiter l'érosion et maintenir la biodiversité dans les zones de culture.
Le bocage a été créé à des fins agricoles au Moyen-Âge : les haies séparaient les espaces d'élevage de ceux dédiés à la culture. Puis au cours du XIXe siècle, quand l'utilisation collective du sol a cessé, les haies servirent à clôturer les propriétés.

Les effets positifs des haies et talus pour l'environnement ne sont apparus qu'au fil du temps. On sait maintenant que les haies en travers de pente, en particulier celles perchées sur un talus, limitent l'érosion des sols. Et si à elles seules, elles n'empêchent pas les inondations, elles régulent tout de même les débits des eaux de ruissellement et limitent la diffusion d'éléments chimiques comme le phosphore transporté par les particules de terre. Les scientifiques ont clairement démontré l'effet « pompe à nitrates » au niveau d'une haie, mais il reste difficile de mettre en évidence un tel effet à l'échelle de tout un bassin versant. Les haies font office de brise-vent et réfléchissent les rayonnements du soleil et du sol, atténuant ainsi les phénomènes climatiques intenses.

Le bocage contribue nettement à la biodiversité. D'une part, la haie est constituée de strates floristiques qui sont autant de milieux de vie pour une faune diversifiée ; d'autre part, le maillage fait office de lien entre différents milieux et offre des corridors de dispersion importants(dispersion favorisée notamment au niveau des intersections de haies) par exemple pour les plantes herbacées, les coléoptères carabiques et de nombreuses espèces d'oiseaux, comme le Grimpereau des bois.

Mesures de gestion


Afin de remettre en place une haie disparue, le protocole suivant doit être mis en place :
- Choix des espèces composant les haies en respectant les espèces locales, et en choisissant des espèces favorisant la présence de la faune (espèces à baies…). Il est conseillé de diversifier les espèces, et de ne pas planter qu’une espèce unique.
- Plantation des pieds avec les racines disposées verticalement. Les pieds doivent être protégés avec un paillage recyclable en cellulose ou jute, ou avec un filet individuel.
- Un entretien régulier de la plantation doit être fait avec notamment la suppression de la végétation concurrente ou le renouvellement des plants n’ayant pas pris.

Lorsqu’une haie est plantée dans une pente, il est conseillé de le faire perpendiculairement à la pente afin de créer un véritable obstacle à la dynamique de ruissellement et d’érosion des sols.
Il faut éviter dans la mesure du possible d’avoir des trouées dans la haie (et notamment des entrées de champ trop larges) qui sont autant de voies de circulation préférentielle pour l’eau, en particulier à l’aval d’une parcelle. Les zones fermées forcent l’eau à s’infiltrer dans les zones délimitées. Le maintien d’un maillage bocager continu est donc essentiel non seulement pour ce rôle hydrologique mais aussi pour répondre à d’autres fonctions comme celle de préservation de la biodiversité.

Si l’alignement d’arbres est interrompu de plus de 15 à 20 m, il est conseillé de replanter de jeunes arbres afin de régénérer le linéaire. Les plantations ne doivent être faites qu’avec des essences locales (pas d’espèces exotiques !). Les vieux arbres et les arbres morts ne doivent pas être remplacés (dans la mesure où ils ne représentent pas un danger), car ils constituent un habitat privilégié pour certains insectes, oiseaux et mammifères.Afin de créer une haie diversifiée et conséquente, il est nécessaire de laisser une végétation arbustives et herbacées s'installer sous les arbres.

Liste des espèces recommandées pour la plantation de haies ou d’alignements d’arbre


Arbres de moyen jet et de haut jet

- Alisier blanc (Sorbus aria)
- Chêne pubescent (Quercus pubescens)
- Erable champêtre (Acer campestre)
- Erable de Montpellier (Acer monspessulanum)
- Erable sycomore (Acer pseudoplatanus) en stations fraîches
- Frêne commun (Fraxinus excelsior) en stations fraîches
- Merisier (Prunus avium)
- Noyer noir (Juglans nigra)
- Noyer hybride
- Orme (Ulmus minor)
- Erable à feuilles d’obier (Acer opalus)

Grands arbustes

- Aubépine monogyne (Crataegus monogyna)
- Alavert (Phillyrea latifolia)
- Cerisier St Lucie (Prunus mahaleb)
- Cornouiller mâle (Cornus mas)
- Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea)
- Fusain d’europe (Euonymus europeaus)
- Noisetier (Coryllus avellana)
- Pommier sauvage (Malus sylvestris)
- Poirier à feuilles d’amandier (Pyrus amygdaliformis)
- Poirier sauvage (Pyrus pyraster)
- Sorbier domestique (Sorbus domestica)
- Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia)

Petits arbustes

- Aubépine épineuse (Crataegus laevigata)
- Amélanchier (Amelanchier ovalis)
- Baguenaudier (Colutea arborescens)
- Buis (Buxus sempervirens)
- Buisson noir, Prunellier (Prunus spinosa)
- Cotonéaster tomenteus (Cotoneaster tomentosus)
- Cotoneaster à feuilles entières (Cotoneaster integerrimus)
- Cytise (Laburnum anagyroides)
- Cytise à feuilles sessiles (Cytisophyllum sessilifoilum)
- Faux-Baguenaudier (Hippocrepis emerus)
- Fustet (Cotinus coggygria)
- Nerprun alaterne (Rhamnus alaternus)
- Nerprun purgatif (Rhamnus cathartica)
- Pistachier térébinthe (Pistacia terebinthus)
- Sureau noir (Sambucus nigra)
- Troène (Ligustrum vulgare)

Cout des mesures


Le cout de plantation d’une haie varie suivant les espèces plantées, toutefois il faut compter environ un coût d’un peu plus de 6 € par mètre linéaire.
L’entretien d’une haie représente un cout approximatif d’un peu moins d’un euro par mètre linéaire par an.

Le cout pour la plantation et l’entretien d’un linéaire d’arbres est d’environ 24 € par arbre.

Exemples d’espèces pouvant en bénéficier


Oiseaux : Alouette calandrelle,Alouette lulu, Bondrée apivore, Bruant ortolan, Busard cendré, Circaète Jean-le-Blanc, Cochevis de Thékla, Engoulevent d’Europe, Fauvette pitchou, Martin pêcheur, Oedicnème criard, Perdrix grise, Pie-grièche écorcheur, Pipit rousseline, Rollier d’Europe


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche