Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Fiches habitats > Tourbières hautes


Tourbières hautes


CODE CORINE BIOTOPE : 51


Présentation


Communautés très oligotrophes, strictement acidiphiles, composées surtout de Sphaignes édifiant des tourbières et dont l'eau et les nutriments sont d'origine uniquement pluviale (ombrotrophes). Elles se forment seulement sous des climats froids à précipitations élevées et sont caractéristiques des plaines et des collines du nord-ouest et du nord de l'Europe et des massifs hercyniens voisins, du Jura et des Alpes. Leur indépendance vis-à-vis de l'eau du sol est le résultat de leur croissance en hauteur ou du changement du régime des eaux. Les tourbières abritent, outre différentes espèces de Sphaignes, dont l'abondance et la dominance en font la composante principale de ces formations, un nombre restreint de plantes acidiphiles telles que Eriophorum vaginatum, Trichophorum cespitosum, Carex pauciflora, Vaccinium oxycoccos, Andromeda polifolia, Drosera rotundifolia et des Lichens. Les espèces animales ne sont pas nombreuses en raison de la haute spécialisation que requiert l'adaptation aux tourbières. Parmis les invertébrés typique figurent les Libellules (Odonates : Leucorrhinia dubia, Aeshna subartica, A. caerulae, A. juncea, Somatochora arctica, S. alpestris), des Lépidoptères (Colias palaeno, Boloria aquilonaris, Coenonympha tullia, Vacciniina optilete, Hypenodes turfosalis, Eugraphe subrosea), des Demoiselles, des Fourmis (Formica exsecta), des Punaises et des Araignées (Pardosa shagnicola, Glyphesis cottonae). La plupart de ces espèces qui vivent dans les tourbières sont rares et leurs populations sont fragmentées en éléments isolés relictuels ; plusieurs sont menacées. Les communautés intactes ou à peu près intactes sont devenues exceptionnelles.

Menaces


Conservation

Il conviendra de prévoir :
  1. la protection réglementaire des tourbières les plus remarquables ou significatives (arrêtés préfectoraux de protection de biotope, réserves naturelles).
  2. la constitution d’espaces tampons suffisamment vastes en périphérie, où des conditions particulières de gestion sylvicole et agricole doivent être mises en oeuvre (pas d’engrais, pastoralisme extensif, suppression des labours et conversion en prairie permanente...).
  3. la restauration des tourbières encore peu transformées (colmatage des drains et fossés, élimination des plants forestiers).

Fonction écologique


Espèces présentes dans cet habitat


Haut de page