Les différences entre les régimes végétariens, végétaliens et vegans

Un nombre croissant de personnes se tournent vers une alimentation partiellement ou totalement végétale.

Ce type de régime est suivi pour des motifs divers : refus de la souffrance animale, raisons économiques, écologiques ou religieuses du fait que certaines croyances considèrent les animaux comme sacré. Le choix est aussi sanitaire avec les conditions d’abattage, l’utilisation des hormones et les scandales qui frappent régulièrement l’industrie agro-alimentaire tels que la maladie de la vache folle, le poulet à la dioxine ou encore les lasagnes à base de viande de cheval…Pour certains, c’est aussi le souci d’éviter les cancers ou problèmes cardiovasculaires, les infections comme par exemple la salmonellose.

Les avantages des régimes végétaux sont donc bien présents. Ils évitent la surconsommation de viande ce qui permet de réduire le taux de graisse et de cholestérol dans le sang et de conserver de l’énergie tout en renforçant le système immunitaire. Ils ouvrent également la voie vers une expérience culinaire différente à base de recettes saines. En outre, ce régime végétarien est respectueux de l’écologie, compte-tenu de l’impact des élevages d’animaux sur l’écologie de la planète. Les régimes alimentaires à base d’aliments d’origine végétale sont donc considérés comme plus sains et permettent de fournir au corps humain des fibres, des vitamines, des minéraux et des produits phytochimiques. en évitant les toxines contenues dans la viande.

Toutefois, certaines précautions s’imposent pour éviter les carences. Voyons les différences qui existent entre le régime végétarien, végétalien ou vegan. Quels sont les aliments autorisés? Quels sont les risques potentiels de chacun de ces différents régimes?

Que dire sur le régime végétarien?

Le régime végétarien est un mode d’alimentation qui exclut la chair animale, que ce soit la viande, la charcuterie, le poisson ou encore les fruits de mer. En France, moins de 5% de la population serait végétarienne.

Toutefois, le régime végétarien est de plus en plus populaire car il apparaît moins restrictif que le régime végétalien. De plus, il permet de consommer des aliments issus des animaux. Les aliments issus de la production animale, tels que les produits laitiers, les œufs, le fromage ou le miel sont en effet autorisés dans le régime végétarien.

Dans certains cas, les œufs et les laitages sont consommés, Cela permet d’apporter du calcium, une source suffisante de protéines et surtout l’indispensable vitamine B12.

Quelques inconvénients concernant ce régime végétarien

L’organisme a besoin de protéines et acides aminés pour se régénérer et produire de nouvelles cellules. Or dans le cadre d’un régime végétarien, une alimentation qui ne répond pas à l’ensemble de vos besoins nutritionnels peut provoquer une carence protidique, minérale ou vitaminique. Le risque de déficit en vitamines, calcium, Oméga-3, zinc et fer est bien réel. En général, le végétarien aura également des apports de calcium déficitaires (comme souvent d’ailleurs pour le reste de la population). Il conviendra également de compléter les apports en vitamine D. Si on adopte un régime végétarien, il conviendra d’être vigilant sur les apports en protéines (surtout en cas de faible consommation d’oeufs).

Il est important de noter que les protéines animales tels que les produits laitiers, et les œufs pour les végétariens, sont des protéines complètes. On entend par là, qu’elles contiennent tous les acides aminés essentiels. Les protéines végétales, quant à elles, ne contiennent pas tous les acides aminés en quantité suffisante, sauf le soja qui équivaut à la viande et qui reste une exception en tant que protéine végétale.

A défaut, le végétarien s’expose à une carence de protéines et d’acides aminés essentiels. Toutes les protéines nécessaires existent dans le règne végétal. On trouve des protéines en bonne quantité dans les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges, soja…), mais également dans les céréales (blé, riz, seigle…) et les oléagineux (amandes, noisettes, noix…). Les oeufs et les algues telles que la spiruline sont aussi d’excellentes sources végétales de protéines.

Certains aliments végétaux comme les fruits, les légumes ou certains champignons peuvent constituer des alternatives pour un apport en acides aminés satisfaisant.

Enfin, pour absorber des sources de protéines complémentaires, les végétariens peuvent en outre se tourner vers des produits laitiers avec modération et compléter avec des laits végétaux.

Vous pouvez vous rendre sur cet article pour en savoir plus sur le régime végétarien.

Le régime végétalien, encore plus restrictif…

Le régime végétalien est un régime qui proscrit tous les aliments d’origine animale.

Il est suivi par exemple par les défenseurs des animaux en raison principalement de maltraitance dans les élevages ou de leurs conditions insalubres. Tout comme le régime végétarien, les végétaliens se nourrissent essentiellement de fruits, de légumes, de céréales et de légumineuses, excluant totalement la chair animale. La différence fondamentale est que le régime végétalien exclue également tous les aliments d’origine animale tel que le lait ou les oeufs. Les végétaliens ne mangent donc aucun produit d’origine animale, ou produit ayant été en contact avec un produit animal (par exemple les jus de fruits, les vins, les bonbons, confitures…).

Les végétaliens consomment néanmoins des versions d’aliments similaires avec des fromages ou des laits végétaux tels que le lait de noix ou d’amandes ainsi que des boissons au soja ou des produits de soja complets tels que le tofu, le tempeh (plutôt que de protéines de soja ou d’isolats de protéines de soja).

Le régime végétalien serait meilleur pour la santé en dépit du fait que l’homme soit omnivore plutôt que programmé pour être végétarien. Ce choix se fait pour des raisons de sensibilité à la cause de la souffrance animale mais aussi des raisons économiques ou religieuses.

Comment manger équilibré quand on est végétalien

Le régime végétalien comporte des pièges qui sont proches de ceux d’un régime végétarien. Il y a un risque encore plus fort de carences potentielles en vitamine B12 et en protéines ou un déficit de collagène.

Car même si les végétariens ont un apport en sources végétales de protéines avec des légumineuses crues (pois,lentilles…), ces sources par ailleurs riches en lectines, ne sont pas aussi digestes que les protéines animales et se gorgent d’eau une fois cuites, réduisant ainsi la teneur en protéines de moitié.

Les personnes optants pour un régime végétalien doivent donc trouver des alternatives qui rendent difficile le maintien de ce mode alimentaire à long terme. En fait, ce régime peut être intéressant en intermittence, sur de courtes périodes avec pour objectif de toujours revenir à une alimentation plus variée.

Les risques de perte de muscles et de densité osseuse sont importants. De fait, le régime végétalien ne doit pas être suivi par les jeunes enfants en phase de croissance et doit être évité par les seniors qui sont eux, exposés à des pertes osseuses tels que l’ostéopénie ou pour de muscles (sarcopénie).

Le Véganisme, régime et mode de vie extrême

Très populaire aux USA et notamment sur la côte Ouest et la Californie, le mouvement Vegan et à la fois alimentaire et idéologique.

Sur le plan nutritionnel, le véganisme est bâti sur la base du régime végétalien et constitue en réalité un mode de vie de personnes qui désirent exclure complètement les produits issus de l’exploitation animale de leur mode de consommation.

De plus, le mouvement Vegan est étroitement lié au concept de spécisme, une idéologie forgée au début des années 1970 qui considère que l’espèce animale possède des droits équivalents à ceux de l’espèce humaine.

Ce concept Vegan va donc bien au-delà de la nutrition et se caractérise par un refus d’utiliser des matériaux ou produits dérivés ayant pour base le cuir, la laine, la soie ou la fourrure voir le miel et de manière générale le moindre produit lié à l’exploitation animale.

Ainsi, toujours aux Etats Unis, certains constructeurs automobiles tels que Tesla éliminent des options les sièges en cuir pour proposer un matériau synthétique garanti sans origine animale. Il en est de même pour le volant vegan qui sera disponible prochainement.

En outre, chez les vegans, certains sports ou activités qui impliquent l’équitation sont également proscrits. Mouvement relativement marginal et encore peu présent en France

Et concernant les inconvénients du régime alimentaire vegan, on notera donc qu’il cumule des risques importants à savoir :

  • Carences nutritionnelles importantes et risques pour le développement des enfants qui suivront le modèle parental sans en avoir le choix.
  • Régime alimentaire peu viable à long terme et risques importants sur le plan de la santé.

De ces trois formes de nutrition, la souffrance animale est la raison principale de ce choix de consommation.

Pour ceux qui font la part belle aux aliments végétaux, le régime végétarien apparaît le plus profitable, sous réserve qu’il soit pratiqué sur une période limitée.

Toutefois, même si les végétaux sont une source alimentaire de bienfaits pour la santé, les régimes alimentaires sains imposent de respecter des besoins du corps humain notamment en protéines. Le mode de nutrition doit tenir compte de la programmation génétique de l’homme, qui par nature est omnivore. Manger des céréales, des légumineuses et quelques œufs permet certes de satisfaire les besoins en protéines mais sous une forme trop restreinte.

Pour ceux qui désirent absolument limiter la viande, la solution peut être le flexitarisme. Et pour ceux qui veulent éliminer l’alimentation carnée tout en conservant une source suffisante de protéines animales, le poisson est aussi une solution alternative avec le régime de type pesco-végétarisme.

Donec ut velit, vulputate, accumsan ipsum