Des sacs à vrac réutilisables et écologiques pour des courses Zéro Déchet

La tendance Zéro Déchet gagne de plus en plus nos foyers. Vous avez déjà renoncé à la bouteille en plastique à usage unique, aux cotons démaquillants jetables peut-être, alors quelle sera la prochaine étape ? 

Lorsque l’on sait que la grande majorité de nos déchets sont alimentaires, c’est forcément de ce côté-ci qu’il y a quelque chose à faire. L’achat en vrac et sans emballages fait d’ailleurs partie des gestes les plus naturels à adopter lors du passage à un mode de vie Zéro Déchet.

Acheter en vrac, c’est prendre le temps de découvrir de nouveaux produits et réfléchir à ce dont on a vraiment besoin !

Seulement voilà… Remplir sa cuisine de jolis bocaux de conservation en verre d’accord mais comment bien faire le plein de sacs en tissu ? Quel format choisir ? Plutôt coton ou toile de jute ? Petit guide pratique à l’attention de l’acheteur en vrac.

Pourquoi le vrac ?

Dans notre société de consommation actuelle, pour un même type de produit, ce sont jusqu’à dix références différentes qui nous sont proposées sur les étals des supermarchés. Et pour jouer la carte de la différenciation, on mise sur les couleurs et les formes attractives pour influencer le consommateur, en surfant parfois sur la tendance de l’éco-responsable avec des teintes pastels et des motifs de végétaux. Design naturel ou pas le résultat est le même et cet emballage aura une chance sur deux de contribuer à l’étouffement de la planète durant la dernière étape de sa vie.

La simple production de plastique ou de carton est à elle seule source de pollution. Autrement dit, à l’instant où vos yeux se posent sur ce paquet de pâtes ou cette boîte de granola à l’allure pourtant minimaliste, la moitié du mal est déjà fait. 

Face à l’urgence écologique, enseignes et consommateurs jouent aujourd’hui le jeu de l’achat en vrac avec environ 215 épiceries spécialisées en 2019. Cela permet à la fois de réduire l’empreinte carbone en limitant le nombre d’étapes lors de la chaîne de production mais aussi de profiter d’un prix nettement plus attractif puisque l’emballage au final, ça se paye ! 

Acheter en vrac, c’est aussi éviter le gaspillage alimentaire en achetant précisément ce dont on a besoin et renouer avec un mode de vie beaucoup plus serein. Autrefois, bien avant l’essor de nos supermarchés, tout ou presque était vendu à l’unité et chacun se déplaçait de petit commerçant en petit commerçant pour remplir son panier. Aujourd’hui, pour les plus pressés, grandes surfaces et enseignes spécialisées se chargent d’ailleurs de proposer des rayons vrac de plus en plus fournis. 

Et puis l’achat en vrac, c’est enfin se réconcilier avec la cuisine maison et prendre le temps de préparer de petits plats sains, libérés de tous ces additifs qui sont devenus la norme. 500 épiceries de ce type sont d’ores et déjà attendues d’ici à 2022 et près d’un foyer sur deux affirme avoir acheté en vrac au cours des douze derniers mois. Alors on empoigne ses petits sacs à vrac qui ne demandent qu’à se remplir ! Et d’ailleurs ces sacs Zéro Déchet, à quoi ressemblent-ils exactement ?

Au tableau les sacs à vrac !

En 2017, suite à l’interdiction de la mise à disposition de sacs en plastique dans les commerces en France, bon nombre d’enseignes ont opté pour le sac en papier, notamment pour les fruits, les légumes et les petits produits secs. 

L’initiative était louable bien sûr et le papier étant issu de fibres naturelles, l’idée est apparue comme doublement en phase avec la chasse au plastique ! Mais ici encore, le papier tel que nous le connaissons nécessite de nombreuses étapes de transformation (broyage, lissage, découpe, blanchiment…) toutes très énergivores et demandeuses en eau. Et puis le sac en papier, aussi pratique soit-il, ne se réutilise généralement pas et reste très fragile. Alors utiliser les bornes de vrac oui, mais utiliser systématiquement de nouveaux sacs en papier génère toujours des déchets. 

Mais pas d’inquiétude, c’est ici que les sacs à vrac en tissu font leur entrée en tant qu’alternatives fiables et durables ! On évitera globalement les fibres synthétiques telles que le polyester ou l’acrylique qui sont encore des formes de plastique et l’on s’intéressera plutôt au lin biologique ou au coton naturel que l’on ne présente plus.

Ou mieux encore, on se tournera vers les sacs réutilisables en toile de jute qui font leur grand retour après avoir été quelque peu boudés par la grande distribution du fait de leur aspect rustique.

Loin d’être rancunière, la toile de jute se révèle extrêmement résistante, biodégradable et recyclable. 

Puisqu’ils sont très légers, les sacs Zéro Déchet s’emportent sur soi en toute simplicité et sauront contenir une multitude d’aliments. Une fois de retour à la maison, on transférera le tout dans nos fameux bocaux en verre avant de les replier soigneusement pour de prochaine courses… après un passage en machine si nécessaire !

Quel textile pour mon sac à vrac ?

Le coton

Plus connu sous le nom de tote bag, ces sac ont énormément gagné en popularité depuis l’interdiction des sachets plastiques. Première fibre textile utilisée au monde, le coton est à la fois solide, esthétique et facilement recyclable ce qui en fait une matière très utilisée dans le tissage de sacs à vrac en tissu recyclable.

Pas si recyclable que ça pourtant le coton puisque sa culture intensive, pratiquée bien souvent dans des milieux inadaptés, nécessite l’utilisation de beaucoup d’eau et de pesticides. À titre d’exemple, le coton ne représente que 2 à 3% des terres cultivées mais est responsable à lui seul des 25%de la consommation de produits chimiques dans le monde. Des pesticides qui influent sur la qualité des eaux et des sols et dont les conséquences pour l’homme n’ont pas encore été définies.

On préfèrera donc absolument le coton biologique, bien moins gourmand en eau et en substances nocives. Ou mieux encore, on privilégiera le coton recyclé.

Le lin biologique

Les propriétés absorbantes et thermorégulatrices du lin sont connues depuis bien longtemps et la matière gagne peu à peu du terrain par sa résistance et son habilité à répondre aux préoccupations écologiques du moment.

Tissé et utilisé dans la fabrication de sacs à vrac, le lin se révèle extrêmement solide grâce à ses fibres longues tout en restant très respirant. À l’intérieur, fruits,légumes et aliments secs s’installent sans être étouffés. Autre avantage, le lin absorbe l’humidité et devient encore plus solide une fois mouillé, même légèrement. Plus question de craindre les petits accidents ! 

Le lin s’inscrit enfin dans une démarche pleinement écologique puisque sa culture ne sollicite qu’une faible quantité de ressources et aide à préparer le sol pour d’autres cultures. On regrettera en revanche les traitements chimiques de finition appliqués sur la matière et la large délocalisation en Chine pour les opérations de teintures et de tissage, alors même que le lin est majoritairement cultivé en France et en Belgique. 70% des exportations en direction de la Chine proviennent à l’origine de France. À améliorer !

Les fibres de bambou

On fera ici la différence entre les fibres de bambou, directement prélevées de la plante, et la viscose de bambou obtenue à partir de pulpe de bambou réduite en poudre puis retravaillée à l’aide de solvants tels que l’acide sulfurique, la soude caustique ou le sulfate de soude, tous très nocifs pour la santé et l’environnement. Les propriétés antibactériennes et anti-UV ne résistent d’ailleurs pas à ce procédé.

Solide, respirante et facile d’entretien malgré tout, gare donc à la viscose de bambou !

Dans une démarche écologique, on préfèrera forcément les sacs à vrac en fibre de bambou naturelle, plus rêches certes mais beaucoup plus vertueux.

Le chanvre et le jute

Utilisés depuis des siècles dans les milieux agricoles, le chanvre et le jute permettent aujourd’hui des sacs à vrac d’une grande résistance, obtenus à partir d’une culture et de processus de fabrication bien plus écologiques que les autres textiles. Ils participent en effet à la régénération des sols et se révèlent très rentables puisque toutes les parties de leur plante peuvent être ici utilisées. 

Plus rugueux et parfois délicat à produire selon les pays, le chanvre s’efface derrière le jute qui apparaît aujourd’hui comme l’une des meilleures alternatives écologiques qui soit !   

Quels sont les avantages de la toile de jute ?

Surnommé « fibre d’or » à juste titre, le jute est une matière naturelle végétale dont la culture ne nécessite que peu d’engrais et de pesticides.

90% de la production mondiale de jute proviennent de l’Inde et du Bangladesh où ce type de culture fait vivre aujourd’hui encore plusieurs millions de personnes. Cultivée dans les terres tropicales à faible altitude, la plante est récoltée puis travaillée à la main, sans l’intervention de produits chimiques. À l’arrivée, nous obtenons des fibres soyeuses et résistantes dont la production se révèle 125 fois moins gourmande que celle du coton. 

Soigneusement tissée en sacs de tailles variables, la toile de jute devient en un clin d’œil une alliée indispensable du quotidien ! Patates, pommes et autres aliments lourds s’y glissent en toute sécurité sans être étouffés par le tissu grâce à la fibre qui permet le passage de l’air. Celle-ci n’a d’ailleurs pratiquement pas d’odeur et pourra rejoindre vos déchets organiques dans le bac de compostage sans aucun souci ! Une matière pleinement éco-responsable en somme, parfaitement capable de répondre aux préoccupations du moment comme à celles de demain. Le jute est en effet encore très étudié et nous réserve sans aucun doute encore de belles surprises !

Quelques chiffres

  • 3,5 millions : C’est le nombre de tonnes de fibres de jute produites chaque année.
  • 11 tonnes : C’est la quantité d’oxygène produite par 1 hectare de jute seulement, suite à l’absorption de 15 tonnes de dioxyde de carbone.
  • 2ème : le jute est la deuxième plante la plus cultivée au monde, après le coton. 

Comment choisir mon sac à vrac ?

Au quotidien, on pourra opter pour des sacs en toile de jute de tailles différentes ou bien pour une taille unique, déclinée en plusieurs exemplaires et suffisamment large pour accueillir à peu près tout : biscuits apéritifs, pâtes, riz, céréales, pépites de chocolat et même des farines.

Pour mes achats

Pour plus de confort, les sacs en toile de jute se déclinent en une multitude de formats avec par exemple : 

 

Mini

Petit

Moyen

Grand

XL

Taille

10×15 cm

15×20 cm

20×25 cm

25×30 cm

30×35 cm

Contenu

Environ 100 g : épices, graines, fruits secs.

Jusqu’à 500 g : riz, pâtes, céréales, légumineuses.

Jusqu’à 1 kg : riz, pâtes, céréales, légumineuses, fruits, légumes.

Jusqu’à 2 kg : riz, pâtes, céréales, légumineuses, fruits, légumes.

Environ 3-4 kg : Pain, fruits, légumes. 

Floralia Nature a d’ailleurs misé sur un sac en toile de jute à mi-chemin entre un moyen et un grand modèle pour vous accompagner partout.

Pleinement adapté au contact alimentaire, l’ouverture et la fermeture y sont faciles et sécurisées. Et puisque Zéro Déchet ne veut pas forcément dire zéro design, nous nous sommes fait une joie de collaborer avec l’artiste brésilien Thiago Bianchini, notamment réputé pour l’ensemble de ses oeuvres sur la nature, afin de réaliser le design sérigraphié sur notre sac en toile de jute. À découvrir dans notre box Zéro Déchet ! 

Pour le transport 

Pour ne pas s’écarter en si bon chemin de la démarche Zéro Déchet, nos sacs réutilisables une fois bien remplis pourront éventuellement se glisser dans un grand cabas en fibre naturelle ou un joli tote bag.

En un mot, bravo le vrac et merci le sac réutilisable en toile de jute ! Faire le choix du textile pour ses courses du quotidien, c’est faire le choix d’un engagement plus juste et plus réfléchi en faveur de notre planète. Et à l’heure où l’on parle déjà pour l’avenir de gel WC au poids et de distributeurs réfrigérés de yaourt brassé, les contenants à vrac promettent de devenir plus indispensables que jamais !

et, id, elementum leo. dapibus Aenean risus leo ut venenatis