Comment sont recyclé les emballages et les déchets ?

Le verre

Le verre est un matériau infini, qui se recycle indéfiniment. Des bouteilles en verre peuvent donc être transformées en d’autres bouteilles en verre et ce, sans perte de qualité. C’est l’un des matériaux les mieux recyclés et revalorisés en France comme en Europe. Les bénéfices sont nombreux : pour chaque tonne de verre récupéré, on évite l’usage 1,2 tonne de matières premières, on réduit les émissions de CO2 non-nécessaires et on économise de l’énergie.

L’acier et l’aluminium

L’acier et l’aluminium sont bien revalorisés en France. Une fois récupérés, ces déchets (qui prennent différentes formes : canettes, aérosols, boîtes de conserve…) sont transformés en de nouvelles plaques d’acier et d’aluminium qui servent ensuite de matières premières. Pour cela, il faut commencer par broyer les déchets dans une immense machine, puis les passer au four, à basse température. Cette cuisson douce permet d’éliminer les impuretés, décoller les vernis et les étiquettes et purifier l’acier et l’aluminium. Ces petites particules sont ensuite fondues à très haute température, dans des fours à 1 600 °C. Une fois fondu, l’acier ou l’aluminium est alors étiré sur une table : l’aluminium prend la forme de plaques ou de lingots, tandis que l’acier forme des plaques, des bobines ou des fils.

Ces plaques, ces lingots et ces bobines sont ensuite acheminés vers des sociétés spécialisées qui s’occupent de leurs transformation. Les déchets en acier peuvent avoir une grande variété de nouvelles vies. Ceux en aluminium deviennent des canettes, des boîtes de conserve, des ustensiles de cuisine ou des Caddies, tandis que les déchets en aluminium sont récupérés pour devenir des pièces automobiles, des radiateurs, des trottinettes ou des éléments d’électroménager.

Le papier et les cartons

En France, entre 7 et 8 millions de tonnes de papiers et de cartons sont collectées tous les ans. Ce chiffre augmente d’année en année : il a été multiplié par dix en soixante-dix ans. Le secteur tertiaire en est particulièrement friand : 85% de ses déchets sont des cartons et du papier. Ils sont plutôt bien revalorisés en France : c’est le troisième type de déchets les mieux recyclés, après le verre et l’aluminium. Les avantages de ce recyclage sont multiples : en réutilisant papiers et cartons, on limite en effet la déforestation en réduisant le nombre d’arbres destinés à l’abattage, mais on limite aussi la consommation d’eau et d’énergie nécessaires à les transformer en papier et en carton.

Tous les papiers et cartons sont recyclables, à la condition indispensables qu’ils soient vides. Une fois collectés dans la poubelle de tri, ils sont acheminés vers un centre des déchets pour être triés de nouveau et classés par composition. Ils sont alors compactés sous formes de balles, ou broyés pour en retirer une sorte de pâte, appelée la fibre cellulosique de récupération (FCR), qui sera enroulée en bobines. Cette fibre devient alors une nouvelle matière première et est vendue à l’industrie papetière pour fabriquer de nouveaux cartons et papiers. Sur les emballages, un petit logo accompagné d’un pourcentage, le sigle ALUR, informe sur la quantité de matériaux recyclés dans le nouvel emballage.

Le plastique

Le plastique est l’un des plus grands défis du recyclage. Les consignes de tri se sont récemment étendues pour pouvoir accueillir le plus possible de déchets plastiques, de tous types, dans les poubelles de recyclage. Pendant longtemps, la collecte était limitée aux bouteilles et aux flacons (eau, jus, produits ménagers ou d’hygiène). Avec le tri étendu, s’y ajoutent les sacs plastiques, le film alimentaire, les barquettes et les pots (de yaourt ou de glace).

Le plastique recyclé a en effet de nombreux usages. Les bouteilles d’eau ou de jus peuvent devenir des fibres textiles qui seront utilisées pour des objets du quotidien : couettes, sacs de couchage, peluches, ou isolation. Les plastiques plus durs, qui servent à contenir les produits gras comme la lessive ou le beurre, servent, eux, à fabriquer des accoudoirs, des sièges automobiles pour enfants ou des arrosoirs, voire des bancs publics. L’extension du tri ouvre encore plus de possibilités : tous les objets en plastique seront donc potentiellement recyclables, et tous les futurs objets en plastique seront donc potentiellement à base de matières recyclées.