Vous êtes ici : > Accueil > Actualités > Mesures pour l'environnement > Une voiture hybride fonctionnant avec des excréments humains !


Mesures pour l'environnement

Une voiture hybride fonctionnant avec des excréments humains !



La société britannique GENeco, spécialisée dans le développement durable et les déchets organiques, vient de présenter un concept innovant : une voiture hybride, la New Beetle Bio-Bug; qui roule au méthane obtenu à partir d’excréments humains.


GENeco, une société britannique spécialisée dans le développement durable et les déchets organiques, a mis au point un concept de New Beetle capable de fonctionner à l’essence et au fameux méthane. Elle récupère les « matières organiques » des égouts. Puis, schématiquement, après sa fermentation, elle obtient du biogaz, composé en grande partie de méthane et destiné dans ce projet à servir de carburant.

Equipée d’un moteur 2l, la Bio-Bug dans cette configuration affiche les mêmes performances qu’un modèle classique, atteignant les 183km/h de vitesse de pointe. Son moteur démarre et chauffe en mode essence et une fois à température, il passe automatiquement en mode méthane. D’après la société GENeco, La Bio-Bug ne semble pas être gourmande en biogaz. Un mètre cube de biogaz suffirait pour parcourir 8.5km. Les ingénieurs anglais estiment que 70 maisons pourraient faire rouler la Bio-Bug pour une année, soit 16 000km, ce qui permettrait une économie de 19 000 tonnes de CO2.

Le méthane n'est toutefois pas une solution parfaite. C'est ce même gaz qui est produit par les vaches et qui a été dénoncé comme responsable de pollutions importantes. Il représente en fait 16% des émissions globales. Le méthane est un gaz qui contribue fortement à l'effet de serre (il est tout de même considéré comme le troisième gaz responsable du dérèglement climatique après le CO2 et les fréons) puisqu’il absorbe une partie du rayonnement infrarouge émis par la Terre et l'empêche de s’échapper dans l’espace. Sa durée de vie dans l'atmosphère est d’environ 12 ans. Son potentiel de réchauffement est 62 fois celui du CO2.

Le rejet de méthane via les déchets organiques humains représente 12 % des émissions totales. 12 % qui pouraient peut-être un jour être utilisés à bon escient, surtout quand on sait que la combustion fait en partie perdre les propriétés réchauffantes de ce gaz.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche