Vous êtes ici : > Accueil > Actualités > Pollution > Un continent de déchets découvert dans l'Atlantique nord


Pollution

Un continent de déchets découvert dans l'Atlantique nord



L’Organisation non gouvernementale Sea Education Association (SEA) a annoncé fin février avoir découvert un vaste « continent » de déchets dans l’Atlantique nord. Ce dernier occuperait une surface équivalente à la taille de l’état du Texas, et se localiserait précisément à 500 milles nautiques (926 km) des côtes.


L’Organisation non gouvernementale Sea Education Association (SEA) a annoncé fin février avoir découvert un vaste « continent » de déchets dans l’Atlantique nord. Ce dernier occuperait une surface équivalente à la taille de l’état du Texas, et se localiserait précisément à 500 milles nautiques (926 km) des côtes. Il est ainsi comparable à celui découverte en 1997, dénommé "Great Eastern Pacific Garbage Patch" - la "poubelle de l'est du Pacifique".

Les déchets retrouvés par l’ONG américaine seraient composés notamment de bouches de bouteille, de cartouches vides, de morceaux de cigarettes, de filets ainsi que de nombreux fragments minuscules de plastiques. Cette pollution provient notamment des navires et des rejets des des continents riverains de l'Atlantique, transportés par le vent et les fleuves vers la mer.

Les déchets aboutissent à cet endroit car il s'agit d'une zone de hautes pressions, où les vents sont faibles et où les courants s'enroulent dans le sens des aiguilles d'une montre : c'est ce qu'on appelle une gyre. "Les courants y aboutissent, et les objets qu'ils charrient ne s'en échappent jamais", explique Giora Proskurowski, océanographe à la SEA, principal auteur des recherches.

Les principales conséquences écologiques de cette immondice de déchets ont lieu sur les animaux marins qui peuvent être piégés par les sacs et les filets, ou encore avaler des fragments qui obstrueraient leur système digestif. Ces effets néfastes ont été démontrés sur 260 espèces. On note également un phénomène de bioaccumulation des polluants au niveau des déchets, qui sont ensuite ingérés par la faune marine, et pourraient, par ce biais, être véhiculés jusqu'à l'homme.

Une telle surface de déchets ne peut être nettoyée. Pour se rendre compte de l’immense travail nécessaire, Charles Moore, le navigateur et chercheur qui a découvert l'accumulation de déchets dans la gyre du Pacifique, compare cette tache au nettoyage du Sahara au tamis. Le plastique est très résistant, aucun micro-organisme n'est donc capable de le dégrader complètement. Même transformé en poudre, tout le plastique produit depuis que l'homme le fabrique est présent dans l'environnement.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche