Vous êtes ici : > Accueil > Conservation > Espaces protégés > Parc National


Espaces protégés



Parc National





Un parc national est un secteur d’intérêt spécial qu’il importe de préserver contre tout effet de dégradation naturelle et de soustraire à toute intervention artificielle susceptible d’en altérer l’aspect, la composition et l’évolution.


Le parc national est sous tutelle du ministère de l’écologie et du développement durable, et institué par la loi du 22 juillet 1960 relative aux parcs nationaux. Les parcs nationaux sont régis par les articles L331 et R214 du code de l’environnement.

Un parc national est constitué de deux zones :

- Une zone centrale où l’on retrouve une réglementation stricte spécifique au parc
- Une zone périphérique gérée par le parc national sous réglementation de droit commun. Elle est instituée par l’article L331-15. Les administrations en charge du parc doivent prendre « toutes mesures pour permettre un ensemble de réalisations et d'améliorations d'ordre social, économique et culturel tout en rendant plus efficace la protection de la nature dans le parc ».

Des zones dites « réserves intégrales » peuvent être instituées dans un parc national afin d'assurer, dans un but scientifique, une protection plus grande de certains éléments de la faune et de la flore.

La gestion des parcs est confiée à un établissement public à caractère administratif créé par un décret en conseil d’état.

Règlementation


Les activités suivantes peuvent être ou sont interdites dans un parc national : « la chasse, la pêche, les activités industrielles et commerciales, l'exécution des travaux publics et privés, l'extraction des matériaux concessibles ou non, l'utilisation des eaux, la circulation du public quel que soit le moyen emprunté, toute action susceptible de nuire au développement naturel de la faune et de la flore et, plus généralement, d'altérer le caractère du parc national ».

Il réglemente, en outre, l'exercice des activités agricoles, pastorales ou forestières.
La publicité est interdite dans la zone centrale du par cet règlementée dans la zone périphérique.

Liste des parcs nationaux


La France compte 7 parcs nationaux, représentant une superficie de 12800 km² (2,5 % du territoire national) :

Parc national des Cévennes : située dans les régions du Midi-Pyrénées, du Languedoc Roussillon et de Rhône-Alpes, c’est le seul parc national français situé dans une zone de moyenne montagne. Sa superficie est de 321 380 ha. Il a été créé le 2 septembre 1970.

Parc national de la Guadeloupe est comme son nom l’indique situé en Guadeloupe où il couvre une superficie de 33 500 ha (centrale et périphérique). Il a été créé en 1989.

Parc national des Ecrins est situé dans les Alpes et couvre la grande majorité du Massif des Ecrins. D’une superficie de 91 800 ha, il a été créé en 1973.

Parc national du Mercantour est lui aussi situé dans les Alpes avec un territoire de 68 500 hectares. Sa création date de 1979.

Parc national de Port-Cros s’étend sur 2 îles (Port-Cros et Bagaud) ainsi sur 2 îlots (la Gabinière et Rascas). La superficie terrestre est de 700 hectares alors que la superficie marine est de 1288 hectares. Il a été créé le 14 décembre 1963.

Parc national des Pyrénées d’une superficie de 45 707 hectares, il a été créé en 1967. C’est un des parcs les plus riches de France par l’hétérogénéité de sa flore (près de 12 % d’espèces endémiques) et de sa faune. Il abrite 150 espèces végétales, 1 000 espèces de coléoptères, 300 espèces de papillons, de nombreux rapaces en voie de disparition.

Parc national de la Vanoise situé en Savoie est le plus ancien parc de France, puisqu’il a été créé le premier en 1963 suite à la disparition du bouquetin. Sa superficie est de 52 839 hectares.

Législation

Parc National
L’article L.331-1 du code de l’environnement précise que peut être classé en ‘parc national’, le territoire de tout ou partie d’une ou plusieurs communes quand la conservation de la faune, de la flore, du sol, du sous-sol, de l’atmosphère, des eaux et en général du milieu naturel, présente un « intérêt spécial et qu’il importe de préserver ce milieu contre tout effet de dégradation naturelle et de le soustraire à toute intervention artificielle susceptible d’en altérer l’aspect, la composition et l’évolution », y compris sur le domaine public maritime et les eaux territoriales et intérieures. Suite...


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche