Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Activités humaines > Mortalité de l’avifaune sur le réseau électrique


Activités humaines



Mortalité de l’avifaune sur le réseau électrique





Les lignes électriques peuvent représenter une importante cause de mortalité chez certaines espèces d’oiseaux. Soit les oiseaux subissent une mortalité par collision avec les câbles électriques, soit par électrocution sur un poteau ou pylône électrique.


Les lignes électriques peuvent représenter une importante cause de mortalité chez certaines espèces d’oiseaux. Soit les oiseaux subissent une mortalité par collision avec les câbles électriques, soit par électrocution sur un poteau ou pylône électrique. Cette menace est susceptible de fragiliser des populations d’espèces rares et menacées (notamment les rapaces). La collision est principalement présente dans le cas de ligne Très Haute Tension, alors que l’électrocution

Facteurs de sensibilité


La sensibilité des espèces au réseau électrique dépend de la morphologie de l’oiseau (un oiseau de grande taille a un risque plus élevé) et du type de vol utilisé par l’oiseau. Une étude réalisée en Espagne sur les cas de mortalité d’oiseaux sous les lignes électriques a montré que les espèces les plus sensibles sont celles qui possèdent une masse corporelle élevée et des ailes et une queue relativement courtes (comme la Grande Outarde ou l’Outarde canepetière).

D’autres facteurs sont également à considérer et notamment la répartition des oiseaux en fonction du maillage électrique : une espèce qui doit traverser régulièrement des lignes électriques à proximité de son site d’alimentation, de reproduction ou d’hivernage a un risque plus élevé qu’un individu qui ne traverse que ponctuellement.

Les espèces grégaires, volant en groupes, auraient également un risque de collision plus important (par exemple les étourneaux, pigeons ou goélands).

Une autre étude suggère que les espèces possédant de petites ailes par rapport à leur masse corporelle possèdent un risque plus élevé de collision avec les lignes électriques, car leur manœuvrabilité de vol est moins importante et ils sont par conséquents moins aptes à éviter un obstacle imprévu.

Importance du phénomène



La mortalité de l’avifaune sur le réseau électrique est très variable en fonction de la localisation géographique, de la période l’année et de la météorologie (voir articles sur les facteurs).
Il est très difficile de quantifier précisément la mortalité des oiseaux sur le réseau électrique dans la mesure où : (1) le réseau électrique est très vaste et dans des zones parfois difficilement accessibles, (2) il n’est pas possible d’effectuer un passage régulièrement sous chaque tronçon de ligne afin de dénombre les cadavres d’oiseaux percutés ou électrocutés et (3) un certain nombre de cadavres d’oiseaux victimes de collisions sont récupérés par les charognards avant le passage de contrôle. Par conséquent, une infime proportion des oiseaux retrouvés morts de collision ou d’électrocution est retrouvée.

Une étude estime la mortalité de l’avifaune par kilomètre de ligne électrique. Elle est estimée entre 2,95 et 489 oiseaux par kilomètre de ligne. Cette dernière est donc très variable. Des études se sont également attachées à estimer la mortalité à l’échelle nationale. Ainsi, une étude estime que les 4600 km de lignes des Pays-Bas provoquent la mort par collision de 750 000 à 1 million d’oiseaux par an. A l’échelle des Etats-Unis, l’estimation de la mortalité indique entre 130 et 174 millions d’oiseaux par an.
Toutefois ces estimations sous-estiment vraisemblablement la mortalité à cause des trois explications indiquées ci-dessus. Elle n’est très certainement pas surestimée.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche