Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Activités humaines > Impact des activités humaines sur l'avifaune


Activités humaines



Impact des activités humaines sur l'avifaune





Les activités humaines représentent actuellement une des principales menaces pour l’avifaune. Elles peuvent être à l’origine d’une modification du comportement reproducteur, de la répartition et de l’abondance mais également source d’échec de reproduction.


Les activités humaines représentent actuellement une des principales menaces pour l’avifaune. Elles peuvent être à l’origine d’une modification du comportement reproducteur, de la répartition et de l’abondance mais également source d’échec de reproduction (Ikuta et Blumstein, 2003 ; Gill et al., 2001). L’utilisation de la nature par l’homme est susceptible de se développer dans l’avenir, et notamment les activités de plein air (escalade, parapente). Or ces dernières ne sont pas sans conséquences pour la faune, et affectent notamment le comportement reproducteur de beaucoup de rapaces par une réduction du soin parental qui peut affecter la physiologie et la condition des poussins  (Arroyo et Razin, 2006). La période de nidification représente la période où les rapaces sont les plus vulnérables (Eliotout et al., 2004), un dérangement pouvant occasionner l’abandon du nid par le couveur ou la chute du poussin. Il est donc important de comprendre comment réagit la faune en mettant en évidence si les activités anthropiques influencent potentiellement le succès de reproduction (en augmentant par exemple le temps consacré à la recherche de nourriture) ou si elles entrainent une modification directe du succès de reproduction de l’espèce. De telles informations associées à une évaluation des dérangements rencontrés permettront d’optimiser les mesures de gestion qui seront mises en places, afin de réduire les effets néfastes.

La modification des activités humaines peut également contribuer au déclin de la faune. C’est le cas des espèces d’oiseaux nécrophages qui ont vu diminuer au cours du dernier siècle la quantité de ressources trophiques disponibles. Ces derniers étaient fortement liés aux activités agropastorales suite à l’importante réduction des populations d’ongulés sauvages. Mais, au début du 20ème siècle, une législation sur l’équarrissage est mise en place afin d’interdire aux éleveurs de se débarrasser des cadavres dans la nature pour des raisons sanitaires. Elle est renforcée à partir de 1942 avec l’interdiction des charniers sauvages. Actuellement, la législation actuelle interdit le rejet de cadavres d’animaux domestiques directement dans la nature pour une carcasse de plus de 40 kg. Cette modification de la législation a provoqué une diminution des ressources trophiques disponibles pour les oiseaux nécrophages, et a par conséquent précipité leurs déclins (LPO PACA, 2007)

Bibliographie

Arroyo, B. & Razin, M. 2006. Effect of human activities on bearded vulture behavior and breeding success in the French Pyrenees. Biological Conservation 128 : 276-284.

Eliotout, B., Henriquet, S. & Tariel, Y. 2004. Les rapaces rupestres. In LPO PACA La falaise : enjeux écologiques et aménagements : 24-33. Faune et Nature.

Gill, J.A., Norris, K. & Sutherland W.J. 2001 The effects of disturbance on habitat use by black-tailed godwits Limoa limosa. Journal of Applied Ecology 38 : 846-856.

Ikuta, L.A. & Blumstein, D.T. 2003. Do fences protect birds from human disturbance ? Biological conservation 112 : 447-452.

LPO PACA 2007. Pastoralisme et vautours : une association écologique et ancestrale. Faune et Nature. 80 pages.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche