Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Hotspot > Le Caucase


Hotspot



Le Caucase





Les déserts, savanes, zones arides, terres boisées et les forêts qui constituent le hotspot du Caucase contiennent un grand nombre d'espèces de plantes endémiques. Son paysage accidenté abrite deux espèces hautement menacées du Caucase dont la Chèvre du Caucase occidental.


Le hotspot du Caucase s'étend sur une superficie de 532 658 km² dans les pays de la Géorgie, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la partie Nord du Caucase de la Fédération Russe (y compris le Daghestan, en Tchétchénie, en Ingouchie, l'Ossétie du Nord, …), la partie nord de la Turquie, et une partie du nord-ouest de l'Iran.

La topographie du Caucase comprend le Grand Caucase (avec le plus haut sommet, le Montt Elburz à 5642 mètres), le Petit Caucase (4000 mètres), les hautes terres du Sud du Caucase (couvrant une partie de l'Asie Mineure, l'Arménie, etl’ Iran), et la dépression de la Transcaucasie (entre le Grand Caucase et le Petit Caucase). Plus de 2000 glaciers couvrent 1450 km ² dans le Grand Caucase. Le tiers nord du hotspot est la grande plaine du Nord du Caucase, la partie orientale de ce qui est en dessous du niveau de la mer. Le climat de la région est variable, avec des précipitations annuelles allant de 150 millimètres dans la partie orientale sur la côte de la mer Caspienne à plus de 4000 millimètres dans la chaîne côtière le long de la mer Noire.

La végétation du Caucase est très diversifiée. Dans la partie nord du hotspot on retrouve des steppes herbeuses, à l'ouest un écosystème de semi-désert qui fait la transition avec les déserts à l’est. Dans le centre de la dépression du Transcaucasie, on retrouve des forêts de marécages, des steppes, des zones arides et les terres boisées sont remplacées par des semi-déserts et des déserts le long de la mer Caspienne. Des forêts de feuillus, des forêts de conifères de montagne ou encore des bosquets sont dispersés à travers le hotspot. Il ya deux refuges de la flore tertiaire dans la région: la Colchide dans le bassin versant de la mer Noire, et l’Hyrcanian à l'extrême sud-est de la limite du Caucase, sur la côte de la mer Caspienne.


La biodiversité


Flore

Le Caucase abrite plus de 6400 espèces de plantes, dont 1600 sont endémiques de la région (25%). Il ya 17 genres endémiques de plantes, dont neuf sont associés aux écosystèmes de haute montagne. L'endémisme est particulièrement élevé dans les milieux d’éboulis rocheux, à savoir 80% des plantes qui poussent sur les éboulis calcaire sont endémiques.

La flore de la région du Caucase comprend de nombreuses espèces anciennes, et de nombreuses formes sont encore dominantes ou co-dominante dans les communautés végétales du hotspot. Parmi les espèces reliques endémiques, on trouve des rhododendrons (Rhododendron caucasicum, R. ungernii, R. smirnowii) et la Parrotie de fer (Parrotia persica).

La région abrite également une remarquable concentration de plantes économiquement importantes, en particulier les espèces sauvages apparentées, comme le blé, le seigle et l'orge, ainsi que les noix et des fruits comme les abricots et les pommes.


Vertébrés

Oiseaux

On retrouve dans le Caucase, plus de 380 espèces d'oiseaux. Seulement une espèce est endémique, à savoir le Tétraogalle du Caucase (Tetraogallus caucasicus). Le hotspot accueille plusieurs espèces menacées d'oiseaux d'eau : le Canard marbré (Marmaronetta angustirostris, VU), l'Oie naine (Anser erythropus, VU) et l'Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala, EN).

Le hotspot contient un nombre important de rapaces nicheurs. C’est également un corridor important pour les populations d’oiseaux migrateurs. Chaque été et en automne, des millions d'oiseaux passent le long de deux grands axes de migration sur la côte Est de la mer Noire et la côte Ouest de la mer Caspienne.


Mammifères

Il existe environ 130 espèces de mammifères dans le hotspot du Caucase, près de vingt d'entre elles sont endémiques et plusieurs sont menacées. On retrouve dans la chaîne de montagne du Caucase, des espèces récentes ainsi que des espèces reliques anciennes. Ici, les antiques et primitifs mammifères sont représentés par l'insolite Campagnol long-griffé de taupe (Prometheomys schaposchnikowi), et des représentants des genres Mesocricetus, Sicista, et Apodemus.

Plusieurs grandes espèces de mammifères menacées se trouvent dans ce hotspot, y compris la Chèvre du Caucase occidental (Capra caucasica, EN), un membre de la famille des chèvres. Le phoque moine de la mer Caspienne (Phoca caspica, VU) se reproduit également sur les rives de la mer Caspienne. Des petites espèces menacées de mammifères sont présentes dans le Caucase : le Rhinolophe Euryale (Rhinolophus Euryale, VU), le Rhinolophe de Mehely (Rhinolophus mehelyi, VU), la Siciste d'Arménie (Sicista armenica, CR).


Reptiles

Les reptiles sont représentés par près de 90 espèces, dont 20 sont endémiques. Le Caucase est une zone d’endémisme pour les genres de Lézard Lacerta et Darevskia, on y retrouve près de la moitié des 60 espèces et la moitié d'entre eux sont endémiques. Fait intéressant, plusieurs de ces espèces (Darevskia dahli et Darevskia armenica) sont parthénogénétiques, ce qui signifie qu'il n'ya pas de mâles et de femelles, ils se reproduisent sur eux-mêmes.

Parmi les autres reptiles endémiques présents, on note la Vipère du Caucase (Vipera kaznakovi, EN). Le venin de cette espèce est utilisé pour l'arrêt du saignement excessif des patients en chirurgie, et le serpent est exploité pour le commerce au marché noir.


Amphibiens

La diversité des amphibiens est relativement faible, avec 17 espèces, dont seulement quelques-unes sont endémiques. La Salamandre du Caucase (Mertensiella caucasica, VU) est l’espèce la mienne connue de la région, endémique de l'Ouest du Caucase, de la Géorgie et la Turquie. L'un des plus amphibiens le plus remarquable du hotspot est la Salamandre de Gorgan (Batrachuperus gorganensis, CR), qui compte seulement environ 100 adultes reproducteurs et est présent dans le Shir-Abad Cave et le ruisseau s’écoulant dans le nord-ouest de l'Iran.


Poissons d'eau douce

La région a plus de 125 espèces de poissons, mais seulement une douzaine est endémiques. Parmi les plus intéressantes, on retrouve trois espèces de lamproies, Caspiomyzon wagneri, Eudontomyzon Mariae et Lampetra lanceolata. Lamproies sont sans mâchoires et sans colonnes vertébrales, ils remontent à 280 millions d'années. Ces derniers ont le plus grand nombre de chromosomes de tous les vertébrés (164-174). Un autre ancien groupe de poissons dans le hotspot est le groupe des esturgeons avec sept espèces, dont le fameux esturgeon Béluga (Huso huso, EN), le plus grand poisson d'eau douce et source de caviar. Les populations de toutes les espèces d'esturgeons ont été réduites à cause de la surexploitation, surtout pour le caviar, alors que d'autres menaces sont aussi la pollution de l'eau et des barrages, ce qui restreint les migrations anadromes.


Invertébrés

Les invertébrés, les insectes en particulier, sont très diversifiés. Dans les hautes terres du Caucase, on peut observer de nombreux exemples de la diversité des insectes, y compris un papillon endémique (Parnassius nordmanni) et la Rosalie des Alpes (Rosalia alpine, VU).


L’impact anthropique


La région du Caucase a été habitée et affectée par les communautés humaines depuis des dizaines de milliers d'années, avec en moyenne près de la moitié des terres de la région déjà transformé par les activités humaines. Néanmoins, plusieurs zones vierges sont encore présentes dans le hotspot, pour la plupart dans des zones de haute altitude et de gorges inaccessibles. Environ 27% de la zone, soit 145 000 km², sont encore un habitat naturel, mais seulement environ 12% de la végétation d'origine est considérée comme vierge. Dans la majorité des hotspots, les écosystèmes intacts sont concentrés dans des sites inaccessibles de haute montagne, alors que les plaines et les piémonts ont le plus souffert de la perte d'habitat.

L’état de conservation de la région du Caucase s'est détériorée en raison des crises sociales et économiques qui ont frappé la région depuis 1992. La consommation de bois de chauffage a doublé dans certaines régions, augmentant la coupe illégale du bois. Le surpâturage par les moutons a érodé la végétation naturelle dans plus de 30% des zones subalpines et alpines d'été et à peu près 50% dans les zones d’hiver dans les aires steppiques et semi désertiques.

Le braconnage des animaux sauvages a augmenté de manière significative depuis les années 1990. Les animaux qui ont un risque plus élevé de braconnage sont le léopard (Panthera pardus), l'ours brun (Ursus arctos), le loup (Canis lupus), la chèvre (Capra aegagrus, VU) et la Chèvre du Caucase occidental (Capra caucasica, EN). Cette dernière qui comptait plusieurs centaines de milliers d’individus au milieu du siècle, a été considérablement réduite aujourd’hui en raison de la combinaison du braconnage et le développement des pâturages. Aujourd'hui, seulement environ 4000 individus subsistent dans l'est et 6000 à 10000 dans l’ouest.


Les mesures de conservation et les aires protégées


Il ya une longue tradition de conservation de la nature dans le Caucase. La première réserve naturelle, la gorge de Lagodekhi en Géorgie, a été créée en 1912. Depuis lors, l'établissement de réserves naturelles est devenu un élément clé des activités de conservation dans la région. Aujourd'hui, les zones protégées couvrent environ 44000 km ², soit 8% de la superficie totale du pays, dont 39000 km ² (7,3%) est dans les aires protégées de l'UICN en catégories I à IV. Plusieurs milliers de kilomètres carrés sont également protégées dans des réserves de chasse, qui offrent une certaine protection et la gestion des ressources.

Néanmoins, l'intégrité de nombreuses aires protégées est menacée par une recrudescence du braconnage, par l'exploitation forestière illégale, et le pâturage. La réduction des ressources des organismes gouvernementaux induit une difficulté de faire appliquer les priorités de conservation. Un plus grand nombre d’habitats de la région doivent être protégés pour assurer la survie à long terme de la biodiversité de la région. Une grande partie des terres restantes dans la région est la propriété du gouvernement, ce qui signifie qu'elles pourraient être protégées relativement facilement et rapidement. L’économie de marché se renforçant dans la région, la propriété foncière passera à des propriétaires privés et la possibilité de créer de nouvelles réserves sera donc perdu.

Des projets de création de zones protégées internationales sont en cours sur la frontière entre la Géorgie, l'Azerbaïdjan et la Russie. Ces projets transfrontaliers sont importants pour la conservation des populations nécessitant une superficie importante et dont les habitats sont fragmentés, ainsi que pour protéger les espèces menacées et endémiques de poissons dans la région de rivières et de lacs.

La Géorgie a pris plusieurs mesures importantes pour améliorer la conservation de la biodiversité au cours des dernières années et prévoit d'élargir de 760 km ² le parc national de Borjomi-Kharagauli. Le Parlement géorgien a adopté un nouveau système d'aires protégées basé sur les recommandations de l'UICN. Le président s'est engagé à protéger 15% de l'ensemble du domaine forestier de la Géorgie comme "Don à la Terre". Aavec l'appui de la Banque mondiale / BEF, trois nouveaux parcs nationaux ont été créés.

Ailleurs, le Ministère de l'écologie et des ressources naturelles de l’Azerbaijan développe un système d'aires protégées avec la création de nouveaux parcs nationaux et l'expansion des aires protégées existantes. En 2004, deux nouveaux parcs nationaux ont été créés dans le Caucase turc couvrant une surface totale de 1050 km ². La Russie a augmenté ses investissements dans la conservation de la nature dans le nord du Caucase quatre fois au cours des dernières années, y compris par la création de nouvelles aires protégées.
/>
En outre, le WWF travaille dans le Caucase depuis 1990 sur la conservation de la nature et des projets d’éducation à l'environnement. Les priorités de conservation pour le WWF dans le Caucase, incluent les plaines inondées de l’est du Caucase, les forêts de montagne à Colchique, et les forêts du sud de l'Arménie. Le Centre géorgien pour la conservation de la faune est une importante organisation nationale de travail sur la conservation de la biodiversité.

En 2003, le « Critical Ecosystem Partnership Fund » un investissement de 8,5 millions de dollars sur cinq ans dans la région du Caucase pour se concentrer sur la conservation des espèces endémiques et menacées du hotspot. CEPF a ciblé ses investissements sur un ensemble de priorités thématiques et géographiques, incluant une zone clé pour la biodiversité et t cinq corridors de conservation: Grand Caucase, Caspienne, Ouest du Petit Caucase, Est du Petit Caucase, et Hyrcan. C'est un exemple de plans de conservation qui ont été élaborés pour la région, fondée sur une large participation des parties prenantes, mais ces processus sont toujours en besoin crucial d'autres appuis financiers et techniques.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche