Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Ecologie > Les stratégies démographiques


Ecologie



Les stratégies démographiques





Les termes stratégies démographiques désignent le partage optimal des ressources entre les différents besoins de l’organisme. La théorie des stratégies adaptatives repose en effet sur l’hypothèse que l’ensemble des traits démographiques, écologiques, éthologiques et physiologiques d’une population sont co-adaptés et modelés par la sélection naturelle.


Stratégie démographique r et K


La notion de stratégie r et K a été élaborée par Mac Arthur et Wilson en 1967.

La stratégie r est une stratégie de développement des populations d'êtres vivants adoptée par des animaux ou des végétaux dont l'habitat est variable ou perturbé, l'approvisionnement en ressources vitales imprévisible et les risques élevés : les espèces misent alors sur la reproduction avec un fort taux de croissance, pour compenser par le nombre. On les appelle des espèces colonisatrices, en expansion ou opportuniste.
Elles ont par conséquentes les caractéristiques suivantes :
  1. Fécondité élevée
  2. Faible investissement parental dans la survie de chaque descendant
  3. Mortalité infantile importante
  4. Cycle de vie court
  5. Croissance rapide
  6. Maturité sexuelle précoce
  7. Mortalité adulte importante
  8. Faible capacité de compétition
  9. Grande capacité de dispersion

La stratégie K est une stratégie de développement des populations d'êtres vivants adoptée par des animaux ou des végétaux dont les conditions de vie sont prévisibles, avec un approvisionnement constant en ressources et des risques faibles : les animaux investissent dans la survie des jeunes. On parle d’espèces en équilibre stationnaire.
Elles ont par conséquentes les caractéristiques suivantes :
  1. Fécondité faible
  2. Un fort investissement parental dans la survie de chaque descendant
  3. Une mortalité infantile moindre
  4. Cycle de vie long
  5. Croissance lente
  6. Maturité sexuelle tardive
  7. Très forte capacité de compétition
  8. Survie élevée
  9. Petite capacité de dispersion

Stratégie démographique CSR


Grime a introduit en 1977 le modèle CSR après s’être aperçu qu’il y avait certaines limites à la stratégie r et K qui ne prend pas en compte les aspects physiologiques des espèces.

On note notamment deux facteurs externes qui peuvent constituer des facteurs limitant quelque soit l’habitat :
  1. Le stress : tout phénomène qui restreint la production phytosynthétique (réduction de lumière, baisse des ressources…)
  2. La perturbation : tout phénomène qui traduit partiellement ou totalement la biomasse des espèces végétales (herbivorie, impact des pathogènes, impact anthropique, sécheresse, tempête, incendie,…).

Stratégie C : correspond à toutes les espèces compétitrices. Elles vont être capables de maximiser la capture des ressources dans l’habitat qui est très productif.

Stratégie S : correspond à toutes les espèces stress tolérantes. Les plantes présentent une réduction de leur variabilité végétative et reproductrice, qui correspond à des habitats de faible productivité voire très pauvre en éléments minéraux et qui vont être soumis à des perturbations faibles.

Stratégie R : correspond à toutes les espèces rudérales. Elles augmentent leur vigueur reproductrice et sont associées à des habitats qui sont soumis à une perturbation forte et un stress faible. Elles sont moyennement productives.

Face à un stress, les espèces rudérales vont assurer leur reproduction, les espèces compétitrices vont maximiser la capture des ressources et les espèces stress tolérantes vont maximiser la conservation des ressources capturées.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche