Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Hotspot > Les Ghâts occidentaux et le Sri Lanka


Hotspot



Les Ghâts occidentaux et le Sri Lanka





Face à la pression énorme de la population, les forêts des Ghâts occidentaux et du Sri Lanka ont été considérablement impactées par la demande en bois et en terres agricoles. Ce hotspot abrite un assemblage riche de plantes endémiques, de reptiles et d'amphibiens. La région abrite aussi d'importantes populations d'éléphants d'Asie, de tigres indiens,...


Les Ghâts occidentaux du sud-ouest de l’Inde et les hauts plateaux du sud-ouest du Sri Lanka, bien que séparés par 400 kilomètres, sont remarquablement similaires dans leur géologie, leur climat et leur histoire évolutive.
Les Ghâts occidentaux, connus localement sous le nom Hills Sahyadri, sont formés par les plaines de Malabar et la chaîne de montagne parallèle à la côte ouest de l'Inde. Ce hotspot couvre une superficie d'environ 160.000 km ² et s'étend sur 1600 km de la pointe sud du pays, au Gujarat, au nord.

Le Sri Lanka est une île séparée du continent, du sud de l'Inde, par les 20 mètres de profondeur du détroit de Palk. L'île, de quelque 67.654 km ² de superficie, a été connectée à de nombreuses reprises à l'Inde notamment durant les périodes interglaciaires. Plus récemment, jusqu'il y a environ 7000 ans, l’île était reliée par un pont terrestre jusqu'à environ 140 kilomètres de large.

Les Ghâts occidentaux jouent un rôle en interceptant les vents de la mousson du sud-ouest. Le versant ouest des montagnes accueille la majorité des précipitations annuelles (dont 80% tombent durant la mousson de juin à septembre), alors que le versant Est est plus sec. La pluviosité diminue aussi du sud au nord. Des dizaines de rivières prennent leur source dans ces montagnes. La grande variabilité de la pluviosité dans les Ghâts occidentaux, couplée avec la géographie complexe de la région, produit une grande variété de types de végétation. Il s'agit notamment de broussailles dans les zones basses et abritées de la pluie et dans les plaines, les forêts tropicales à feuilles caduques jusqu'à environ 1500 m, et une mosaïque de forêts montagnardes et de prairies ondulantes au delà de 1500 m.

Une biodiversité unique et menacée


Flore

Plus de 6000 espèces de plantes vasculaires sont présentes dans ce hotspot, dont 3000 sont endémiques. On dénombre également 80 genres endémiques dont beaucoup ont une seule espèce.

Les Ghâts occidentaux abritent environ 5000 espèces de plantes vasculaires appartenant à près de 2200 genres. Environ 1.700 espèces sont endémiques et 58 genres endémiques. Près des trois quarts des genres endémiques n'ont qu'une seule espèce.

Certains genres remarquables sont représentés par un grand nombre d’espèces endémiques comme les Impatiens qui a 76 espèces endémiques sur les 86 présentes, Dipterocarpus avec 12 des 13 espèces endémiques et Calamus avec 23 des 25 espèces endémiques. Sur les 490 espèces d'arbres présentes dans les forêts de faibles et moyenne altitude, 308 espèces sont endémiques. Sur les 267 espèces d'orchidées, 130 sont endémiques.

Au Sri Lanka, la diversité végétale et l'endémisme sont assez élevés également, avec 3210 espèces de plantes et 1052 genres, dont 916 espèces et 18 genres sont endémiques. On dénombre environ 350 espèces de fougères sur l'île. Environ 433 espèces de plantes, et au moins cinq genres, sont présents à la fois au Sri Lanka et sur les Ghâts occidentaux.

Dans les Ghâts occidentaux, les collines d’Agasthyamalai dans l'extrême sud abrite le plus haut niveau de diversité végétale et d'endémisme au niveau des espèces. Près de 87% des plantes à fleurs de la région se trouvent au sud de la brèche de Palghat (37% étant endémiques à cette sous-région). Au Sri Lanka, la diversité, la richesse et l'endémisme dans tous les taxons sont beaucoup plus importants dans les zones humides (y compris à l'étage montagnard) que les zones sèches. En effet, la zone humide, qui représente seulement un quart du territoire du Sri Lanka, contient 88 % des plantes à fleurs de l'île, et 95 % de ces espèces endémiques sont des angiospermes.

Vertébrés

Oiseaux

L'avifaune du hotspot est diversifiée, mais l'endémisme n'est pas exceptionnel. Il y a plus de 450 espèces d'oiseaux dont environ 35 sont endémiques. Plus de 20 espèces sont endémiques du Sri Lanka, pour la plupart originaire des forêts humides, des forêts de plaine et de montagne de la région du sud-ouest de l'île.

Parmi les espèces endémiques, 10 sont considérées comme menacées, dont le Coucal de Ceylan (Centropus chlororhynchos), l’Arrenga de Ceylan (Myiophonus blighi) et le Garrulaxe de Yersin (Garrulax cachinnans). Le hotspot abrite également plusieurs espèces d'oiseaux d'eau comme le Pélican à bec tacheté (Pelecanus philippensis) et le Marabout chevelu (Leptoptilos javanicus). Une autre espèce menacée, le Gobemouche du cachemire (Ficedula subrubra) se reproduit dans l'Himalaya et hiverne dans les Ghâts occidentaux et au Sri Lanka.

Mammifères

Le hotspot abrite environ 140 espèces de mammifères, bien que moins de 20 soient endémiques. Bien que la diversité des mammifères est moindre dans ce hotspot par rapport aux autres hotspots tropicaux, on retrouve une grande diversité de chauves-souris, avec près de 50 espèces et un genre endémique. Ce genre est représenté par la Roussette de Salim Alis (Latidens salimalii) qui est endémique des montagnes de Haute Wavy dans les Ghâts occidentaux. En outre, il existe trois genres endémiques du Sri Lanka, chacun représenté par une seule espèce: Solisorex pearsoni, Feroculus feroculus et Srilankamys ohiensis.

Parmi les espèces emblématiques de mammifères, les plus importantes sont le Macaque à queue de lion (Macaca silenus), présent dans les forêts tropicales très fragmentées des Ghâts occidentaux, et le Tahr des Monts Nilgir (Hemitragus hylocrius), qui vit à l'étage montagnard dans les prairies des Ghâts occidentaux. L'un des mammifères les plus menacés de l’Inde, la Civette de Malabar (Viverra civettina, CR), n'est connu que sur les plaines du Malabar, qui sont densément peuplées et accueille la plupart des activités de développement.

Le hotspot a également d'importantes populations de l'éléphant d'Asie (Elephas maximus). Les Ghâts occidentaux abritent environ 11.000 individus, tandis qu'au Sri Lanka, environ 2.500 individus survivent dans l’île.

Reptiles

Les taux d’endémisme les plus importants du hotspot chez les vertébrés sont retrouvés chez les reptiles et les amphibiens. On retrouve dans la région plus de 260 espèces de reptiles, dont environ 175 (66 %) sont endémiques. Un quart des 90 genres de reptiles du hotspot sont endémiques, et neuf d'entre eux sont représentés par une seule espèce. Des familles telles que les Uropeltidae (47 des 48 espèces), Gekkonidae (18 sur 30), et Agamidae (20 sur 26) présentent des taux d’endémisme très élevés.

Amphibiens

L'endémisme est particulièrement marqué chez les amphibiens dans ce hotspot : 175 espèces sont présentes dont 130 sont endémiques. Le genre Philautus est particulièrement bien représenté avec plus de 50 espèces présentes, et la quasi-totalité d'entre elles sont endémiques.

De plus, 6 genres (sur un total de 28) sont endémiques des Ghâts occidentaux et du Sri Lanka. Récemment, une nouvelle famille d'amphibiens a été découverte dans le Kerala dans les Ghâts occidentaux, la famille des anoures fouisseurs, les Nasikabatrachidae. Elle est représentée par une seule espèce Nasikabatrachus sahyadrensis. Les plus proches parents vivants de cette famille sont les Sooglosside aux Seychelles.

Parmi les espèces endémiques, plus de 85 espèces sont considérées comme menacées.

Poissons d'eau douce

De nombreux poissons d'eau douce occupent des zones très limitées dans les Ghâts occidentaux et au Sri Lanka. Près de 140 des 190 espèces de poissons d'eau douce présentes sont strictement endémiques du hotspot. Il y a aussi neuf genres endémiques, dont un (Malpulutta) qu'on trouve seulement au Sri Lanka. Dans les Ghâts occidentaux, la région du sud est connue pour être plus diversifiée que les régions du centre et du nord.

Invertébrés

Bien que la connaissance de la diversité des invertébrés dans les Ghâts occidentaux et le Sri Lanka est faible, le hotspot abrite des niveaux élevés d'endémisme au sein de certains groupes. Par exemple, plus de 100 des près de 140 espèces de coléoptères de tigre sont endémiques. Le nombre d'espèces de papillons dans cette région est relativement faible, avec seulement 37 espèces endémiques des 330 dans les Ghâts occidentaux, et 24 des 234 espèces endémiques du Sri Lanka.

Le Sri Lanka a un certain nombre d'espèces endémiques uniques, y compris Simoni Aneuretus, le représentant du seul survivant des 14 sous-familles de fourmis dans le monde. Il accueille également plus de 50 espèces de crabes d'eau douce endémiques (dans la famille Parathelphusidae), toutes endémiques. Ces espèces sont gravement menacées par la fragmentation des habitats et la dégradation, ainsi que par l'utilisation des pesticides dans les zones voisines. Une évaluation préliminaire de leur état de conservation indique qu'ils sont dans une situation désespérée: sur les 51 espèces, 23 sont répertoriés comme en danger critique, sept en danger, et sept autres comme vulnérables.

Impact anthropique


Le hotspot est soumis à une très forte pression démographique. Il ya plus d'un milliard de personnes en Inde et près de 20 millions au Sri Lanka. Près de 50 millions de personnes sont présentes dans l'ensemble du hotspot, avec une densité de 260 personnes / km ². Environ 25% de l'étendue de la végétation indigène d'origine reste dans un état relativement intact.

Ghâts occidentaux

Les forêts des Ghâts occidentaux ont été abattues de manière sélective et très fragmentée. Les forêts ont été converties en terres agricoles pour les monocultures de thé, café, caoutchouc, huile de palme, le teck, l’eucalyptus et l'acacia, et sont également défrichées pour la construction de réservoirs, de routes et chemins de fer. L’empiètement sur les zones protégées réduit encore l'étendue des forêts. Le pâturage par les bovins et les caprins à l'intérieur et à proximité des zones protégées entraîne une forte érosion sur les pentes autrefois boisées. Une grande partie du couvert forestier restant, constitué de plantations de bois.

Aujourd'hui, environ 20 % du couvert forestier d'origine reste dans un état plus ou moins intacte, avec des blocs de forêt de plus de 200 km² dans les collines Agasthyamala, Cardamome Hills, Silent New-Valley Amarambalam, et les régions sud du District Sud en Kannada. Des parcelles de forêt restantes sont soumises à la pression de chasse intense et l'extraction de bois de feu et des produits forestiers non ligneux. Le tourisme non contrôlé et les feux de forêt sont d'autres préoccupations.

La croissance des populations autour des zones protégées et des autres forêts a conduit à une augmentation des conflits homme-faune. Les éléphants ont causé la perte des récoltes, et les léopards ont tué le bétail. Les animaux sauvages sont souvent tués ou blessés dans une tentative pour réduire les dommages supplémentaires.

Sri Lanka

Au Sri Lanka, les deux tiers de la population vit dans la zone humide, qui héberge des taux d’endémisme plus important que la zone sèche. La plupart des forêts tropicales de l'île ont été autorisés à l'origine pour la culture du quinquina (un médicament contenant de la quinine et composés dérivés) et le café, qui a cédé plus tard sa place pour le thé et le caoutchouc. Le reste des forêts ne couvrent que 4,6 % de la zone humide. Cette forêt restante comprend quelque 140 fragments, les trois plus importants sont Peak Wilderness (250 km²), les collines de Knuckles (175 km²), et le Sinharaja, site du patrimoine mondial (90 km ²), mais la majorité de ces fragments ont moins de 10 km².

L'une des menaces les plus répandues dans les forêts restantes est l’empiètement sur les zones protégées. Les planteurs de thé et les agriculteurs utilisent de plus en plus les forêts protégées, de même que l'extraction de bois de chauffage. En général, le braconnage et l'extraction de produits forestiers (bois, plantes médicinales) sont un problème dans presque toutes les réserves forestières, et contribuent à la fragmentation des habitats et des effets de lisière importants. En outre, la libre utilisation des produits agrochimiques par les agriculteurs et les planteurs dans ces zones constitue une menace grave pour les services des écosystèmes et des groupes comme les amphibiens. Enfin, les espèces envahissantes représentent une menace grandissante, en particulier pour les habitats aquatiques

Mesures de conservation et zones protégées


L'Inde et le Sri Lanka ont une longue histoire de protection de l'environnement et de respect de la nature. La plus ancienne réserve du monde a été créée dans cette région, dans la zone sèche du Sri Lanka datant d'environ 200 ans. Dans les deux nations, il y a une forte préoccupation de la société pour la conservation. Au total, près de 26.000 km², soit 13,8% de la superficie du hotspot, est sous protection officielle (dont environ 11% dans des catégories I-IV de l’IUCN).

Ghâts occidentaux

L'Inde a une longue histoire de conservation et de législation environnementale, complétés par un système d'aires protégées qui est plus que centenaire. En 1980, la loi sur la conservation des forêts a été promulguée, en fournissant un moyen important de protection de la biodiversité pour la nation tout entière. Cette loi stipule que les terres boisées ne peuvent pas être utilisés sans l'approbation du gouvernement central. En conséquence, toutes les opérations d'exploitation dans le hotspot ont été interrompues au milieu des années 1980.

Les gouvernements nationaux et des états fournissent la majorité des investissements de conservation en Inde. Par exemple, le State Forest Departments s'occupe de la gestion des forêts, la conservation de la biodiversité, le reboisement et la sylviculture. Le ministère de l'Environnement et des Forêts, la Commission de planification, et d'autres institutions s'investissent dans des projets environnementaux à l'échelle nationale. Des organismes donateurs multilatéraux et bilatéraux, comme la Banque mondiale, la Banque asiatique pour le développement, et les organismes internationaux de développement du Japon, des États-Unis, du Royaume-Uni, et d'autres nations accordent des prêts et des subventions à la fois au gouvernement et aux institutions de recherche et aux ONG. De nombreuses ONG nationales, régionales et locales participent activement à la conservation de la biodiversité, notamment par l'implication des communautés dans l'utilisation durable des ressources naturelles. Alors que les institutions de recherche et les ONG ont accès à des quantités beaucoup moins importantes de financement que les organismes gouvernementaux, leur travail a tendance à être plus ciblée vers la conservation de la biodiversité.

Moins de 15% des Ghâts occidentaux est protégé dans 20 parcs nationaux et 68 sanctuaires. Compte tenu des catégories I-IV de l'UICN, qui offrent un niveau de protection plus élevé, le chiffre tombe à environ 11%, selon la base de données mondiale sur les aires protégées. Ainsi, le réseau d'aires protégées est loin d'être complet. Une moyen de s'assurer que le réseau des aires protégées conserve la biodiversité de manière adéquate passe par l'identification et la conservation des «secteurs clés de la biodiversité » (KBAs). Ce sont des sites d'importance mondiale pour la conservation de la biodiversité, défini par la présence d’une diversité biologique irremplaçable et menacée : espèce globalement menacée, espèce à distribution restreinte et les espèces qui ont des effectifs significatifs au niveau mondial. KBAs sont des unités biologiquement significatives qui peuvent potentiellement être gérées pour la conservation.

L'identification des KBAs dans les Ghâts occidentaux a été lancé en 2003, coordonnée localement par Ashoka Trust for Research in Ecology and the Environment (ATREE), et en collaboration avec la Wildlife Conservation Society et l'Inde et de l'University of Agricultural Sciences in Bangalore. Les données sur les espèces globalement menacées de mammifères, oiseaux, amphibiens, plantes, et dans une moindre mesure, les reptiles et les poissons, ont été synthétisées pour identifier et délimiter 126 KBAs dans les Ghâts occidentaux. Ces sites sont prioritaires pour les actions de conservation. KBAs dans les Ghâts occidentaux seront affinées quand de meilleures données seront disponibles.

Sri Lanka

Dans la partie sri-lankaise du hotspot, la plupart des habitats restants sont officiellement protégés par le Département des Forêts (FD) et le ministère de la Conservation du Gibier (DWLC). Ces zones comprennent les parcs nationaux, réserves naturelles intégrales, des couloirs jungle, et des sanctuaires. Environ 30 % de la superficie du pays est concerné par un niveau de gestion des ressources naturelles.

L'une des réserves les plus importantes dans le hotspot est la Sinharaja Forest Reserve, qui englobe 50% de la forêt de plaine tropicale humide restante au Sri Lanka. Des portions de la réserve ont été protégées depuis 1875, et elle a été déclarée site du patrimoine mondial en 1989. 75% des 220 arbres endémiques du Sri Lanka et des espèces ligneuses grimpantes et 270 espèces de vertébrés y ont été enregistrés. Bien qu’une sensibilisation du public à cette biodiversité unique soit en croissance, la réserve est toujours confrontée à des menaces. Les gens des villages voisins empiètent sur la réserve à travers les chemins forestiers pour collecter des produits forestiers non ligneux.

Au Sri Lanka, 92 zones de biodiversité clés ont été identifiées grâce à un processus coordonné par le Wildlife Heritage Trust of Sri Lanka et l'Université de Peradeniya, et impliquant un certain nombre d'experts. Les données sur les aires importantes pour les oiseaux ont été compilées par le Groupe d'Ornithologie de terrain au Sri Lanka et ont été intégrées dans l'analyse, ainsi que la littérature publiée sur la répartition des espèces, , l'inventaire des réserves forestières par The 1996 National Conservation, et d'autres données pour les autres groupes taxonomiques. Presque tous ces KBAs sont des parcelles de forêt dans la zone humide du sud-ouest. Tous les sites contiennent des espèces endémiques qui n'existent nulle part ailleurs, et sont donc considérés comme irremplaçable, avec plusieurs sites abritant plus de 100 espèces globalement menacées. Tous ces sites sont techniquement protégés, mais il y a un énorme besoin de renforcer la gestion et le suivi. En outre, la conservation à l'échelle du paysage, notamment le reboisement et la conservation des corridors biologiques, seront nécessaires pour que la biodiversité persiste dans cette région très fragmentée, même à court terme.

La flore et la faune du Sri Lanka sont largement sous-étudiés, par exemple en 2004, le Petit-duc de Sérendip (Otus thilohoffmanni), a été décrit et neuf espèces d'oiseaux ont été ajoutées à la liste des espèces endémiques. Ainsi, le nombre d'espèces endémiques est probablement une sous-estimation grossière de la réalité, et la liste des domaines clés de la biodiversité pourrait être modifiée en fonction de nouvelles données.

Comme en Inde, l'essentiel des investissements pour la conservation provient du gouvernement. En général, les investissements de conservation par le gouvernement sont concentrés sur l'application de la loi, ce qui entraîne l'aliénation de certaines communautés dans le voisinage de zones protégées. Des projets plus récents ont eu pour but de remédier à cet objectif en associant et en aidant les communautés à proximité des aires protégées. Les donateurs multilatéraux et bilatéraux sont notamment les gouvernements des Pays-Bas et des États-Unis, et le Global Environment Facility. Le seul organisme international de conservation avec une base au Sri Lanka est le World Conservation Union (IUCN), qui a travaillé avec le gouvernement pour élaborer une Liste rouge nationale des espèces menacées, et a aidé à élaborer une stratégie nationale pour la conservation de la biodiversité.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche