Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Monographies > Choucas des tours


Monographies



Choucas des tours





Le choucas des tours (Corvus monedula) est un oiseau de la famille des corvidés. Son plumage est noir avec la nuque et les côtés de la tête gris. Mâle et femelle sont rigoureusement identiques et sont fidèles à vie. Relativement peu farouche, le choucas fréquente tous les lieux où il peut trouver des cavités, même au voisinage de l'homme : ruines, carrières abandonnées, arbres creux dans les parcs.


Description de l’espèce


© GB
Choucas des tours
Le Choucas des tours (Corvus monedula) appartient à la famille des Corvidés. De taille beaucoup plus petite que les autres corvidés noirs, le choucas se distingue facilement par la nuque et les côtés du cou gris clair ardoisé. Pour le reste, le plumage est tout noir ardoisé, mais légèrement plus pâle sur les flancs et la poitrine. Son bec noir est court et puissant. L’iris blanc contraste avec le masque noir. En vol, il donne une apparence plus compacte à cause des ailes plus courtes que celles de la corneille noire. Ses yeux clairs lui donnent un air perspicace. Le mâle et la femelles sont rigoureusement identiques. Le jeune choucas est plus terne que l'adulte ; la tête et le corps sont moins contrastés.

Taille : 33 cm

Envergure : 64 - 73 cm

Poids : 220 - 270 g

Confusions possibles

Sa silhouette compacte à la queue courte et au cas épais le distingue du Chocard à bec jaune (Pyrrhocorax graculus) et du Crave à bec rouge (Pyrrhocorax pyrrhocorax), de même que l’extrémité des ailes à peine digitée. De plus, il forme des vols plus serrés que la Corneille noire.

Biologie

Ecologie

Le Choucas des tours se reproduit au niveau des latitudes moyennes du Paléarctique occidental, dans les zones boréales, tempérées, steppiques, continentales et océaniques. Toutefois il évite les zones soumises à des extrêmes de chaleur, de glace ou de neige.
Il affectionne les points surélevés qui lui permettent de dominer le paysage comme les falaises, les carrières, les clochers, les tours, les ruines, les châteaux, les arbres… Ils y trouvent également dans ces zones des cavités et des crevasses pour nicher.
Pour la recherche de nourriture, il utilise les champs cultivés et les pâturages. Il est prêt à rejoindre de grandes distances pour exploiter suffisamment de denrées alimentaires.

Comportement

Les choucas sont des oiseaux grégaires que l'on peut rencontrer en bande avec les corbeaux freux et les étourneaux. Ils peuvent se rassembler par centaines pour visiter les jardins ou se percher sur les toits, mais aussi pour passer la nuit dans les arbres-dortoirs.
Ses troupes volent et se nourrissent fréquemment en compagnie d'autres oiseaux, corneille, corbeaux freux ou étourneaux. En hiver, il forme des dortoirs souvent associés à ceux du corbeau freux. Moins farouches que les autres corvidés, les choucas se sont adaptés aux constructions humaines et s'établissent facilement dans les jardins.
L’espèce est migratrice partielle en Europe, l’hivernage a lieu principalement dans l’aire de reproduction. Les jeunes migrent plus que les adultes, et sur de plus longues distances. Ils résident principalement dans le nord et l'ouest de l'Europe. Dans bien des régions du Nord, par exemple la Finlande et la région de Léningrad (Russie), les oiseaux ont tendance à se concentrer près des habitations humaines en hiver.

Reproduction

Le Choucas fait son nid dans un trou ou une cavité, ou dans une structure humaine (cheminée, pont, endroit inaccessible), dans un vieil arbre, dans un vieux nid de Pic noir ou encore dans certains pays dans d’anciens terriers de lapins. Le nid est très variable d’un point de vue de la taille et de la structure en fonction de la nature de la cavité.
Il est composé souvent d’une accumulation de brindilles et de bâtons, souvent irréguliers, avec une couche de boue bordée de radicelles et de bois, de tiges, de mousses, de poils, de plumes, de papiers… Les deux parents sont associés à la construction du nid.
La période de nidification commence au mois d’avril et s’étale jusqu’au mois de juillet. La femelle pond de 4 à 6 œufs (avec quelques rares cas de 2 à 8 œufs). Les œufs sont bleus pâles à vert-bleu avec des taches très variables et des taches brun noirâtre, gris pâle ou gris-violet, de plus en plus grande vers l’extrémité (toutefois certains œufs sont non marqués).
La période d’incubation dure de 16 à 18 jours, l’envol des jeunes ayant lieu vers 28 à 36 jours.
Le succès d’éclosion était en Espagne de 70,3 %, et le succès d’envol de 26,1 % soit environ un jeune par couple à l’envol. La prédation est la principale cause d’échec de reproduction principalement par le Grand corbeau (Corvus corax). Mais les échecs s’expliquent également par les perturbations humaines ou encore le parasitisme effectué par le Coucou tacheté (Clamator glandarius). Près d’un quart des couvées ont échoué totalement, la moitié sont morts de famine, d’autres ont été prédatés par les Grands corbeaux.

Régime alimentaire

Le Choucas s’alimente principalement d’invertébrés (sauterelles, perce-oreilles, blattes, mouches, coléoptères, tiques, vers de terre, cloportes, araignées, crevettes, mollusques), de fruits (genébrier, hêtre, chêne, châtaignier, noisetier, pommier, cerisier, poirier, prunier, sorbier, figuier, murier,…), de graines, de charognes, parfois de petits vertébrés (Chauve souris, campagnols, souris, grenouilles) ou d’œufs d'oiseaux (Cigogne, héron cendré, mouette, faisans, pigeons, étourneau…). Les oisillons sont nourris essentiellement d'invertébrés.
Le choucas trouve la plupart de ses aliments par terre et s'empresse de les prendre avant l'arrivée des freux et des corneilles noires qui l'écartent.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

Cette espèce a une aire de répartition assez importante située entre 1 et 10 millions de kilomètres carrés. La population est estimée entre 10 et 29 millions d’individus en Europe. La tendance générale n’a pas été quantifiée, mais elle semble généralement augmentée.
L’aire augmente dans les pays comme la France, la Scandinavie, l’Autriche, l’Espagne, l’Italie, la Croatie, la Slovénie, l’Ukraine et le Maroc. Mais au contraire décroit en Allemagne, République tchèque, Autriche, Suisse, Portugal et Syrie. L’espèce a disparu à Malte et en Tunisie.
On la retrouve ainsi en Grande-Bretagne (390 000 territoires), en Irlande (210 000 territoires), en France (75 000 – 400 000 couples), en Belgique (21 000 couples), au Luxembourg (1200 – 1500 couples), aux Pays-Bas (60 000 – 120 000 couples), en Allemagne (55 000 - 150 000 couples), au Danemark (25 000 – 140 000 couples), en Norvège (1000 – 10 000 couples), en Suède (150 000 – 500 000 couples), en Finlande (40 000 – 60 000 couples), en Estonie (30 000 – 40 000 couples), en Lettonie (10 000 – 50 000 couples), en Lituanie (commun), en Pologne (quelques couples), en République tchèque (10 000 – 20 000 couples), en Slovaquie (3000 – 5000 couples), en Hongrie (5000 – 10 000 couples), en Autriche (en baisse), en Suisse (950 - 1000 couples), en Espagne (423 600 – 533 000 couples), au Portugal (1 000 – 10 000 couples), en Italie (50 000 – 100 000 couples), en Grèce (100 000 – 200 000 couples), en Albanie (20 000 – 50 000 couples), en Yougoslavie, en Croatie (60 000 – 80 000 couples), en Slovénie (3000 – 5000 couples), en Bulgarie (1 – 5 millions de couples), en Roumanie (40 000 – 60 000 couples), en Russie (1 – 10 millions de couples), au Belarus (350 000 – 400 000 couples), en Ukraine (80 000 – 85 000 couples), en Moldavie (3500 – 5000 couples), en Azerbaïdjan (moins de 1000 couples), en Turquie (1 – 10 millions de couples), à Chypre (localement très commun), en Israël (peu commun) et au Maroc (localement peu commun).

Statut de l’espèce

Directive Oiseaux (Annexe 2/2)
Oiseau protégé (Article 2)
Oiseau protégé (Article 5)

Bibliographie

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche