Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Monographies > Oedicnème criard


Monographies



Oedicnème criard





L'Œdicnème criard (Burhinus oedicnemus) est également appelé « courlis de terre » car son cri ressemble à celui des courlis. Cet oiseau semi-nocturne est souvent difficile à repérer de jour. Il reste figé de longs moments, debout ou tapi, avant de progresser en trottinant. Il est très bruyant en été, surtout de nuit, faisant entendre de longs sifflements.


Description de l’espèce

L’Œdicnème criard (Burhinus oedicnemus) appartient à la famille des Burhinidés. Il est facilement reconnaissable grâce à son grand œil jaune et son bec jaune à bout noir. En vol, il est caractéristique en vol avec son motif noir et blanc des ailes. L'oedicnème criard a sa poitrine couleur crème et striée de brun-noir. Les ailes ont une teinte brun-noir et brun avec deux barres claires visibles en vol.

Taille : 40-44 cm
Envergure : 85-97 cm
Poids : 370-450 g

Biologie

Ecologie

L’Oedicnème criard habite des zones ouvertes, plates, sablonneuses ou rocailleuses à végétation clairsemée. Il affectionne également les zones agricoles où il s’installe dans les jachères et/ou les cultures tardives. L’Œdicnème criard recherche un milieu sec, avec une chaleur marquée et une végétation rase et clairsemée, d’aspect steppique, ainsi qu’une grande tranquillité, particulièrement pendant la période de nidification.

Comportement


© Gérald Berger
Oedicnème criard adulte
L’espèce est généralement grégaire, elle forme des groupes à la fin de l’été, en automne et en hiver. Même en période de reproduction, les oiseaux peuvent former des groupes pour l’alimentation.
L’espèce est monogame. Elle peut revenir en couples sur les sites de reproduction, sinon les couples sont formés peu de temps après le retour.
L’espèce est principalement migratrice dans le nord et l’est de l’Europe. Ailleurs l’espèce est soit partiellement migratrice soit résidente. Un grand nombre d’oiseaux traversent la méditerranée pour passer l’hiver en Afrique du Nord et en Afrique tropicale. L’émigration commence la seconde moitié du mois d’août, mais les oiseaux peuvent occuper des sites pre-migratoires avant de migrer au mois d’octobre. Au printemps, l’espèce revient d’Afrique à partir du mois de mars. Les oiseaux arrivent plus tard en Europe de l’est, généralement à partir du mois d’avril, voire pas avant début mai dans le nord.

Reproduction

La saison de reproduction commence à partir du mois d’avril en Europe de l’ouest, et dès début février aux îles Canaries.
Le site de reproduction est une petite cuvette au sol située en terrain dégagé. La cuvette est assez creusée, d’un diamètre de 16 à 27 cm et de 5 à 7 cm de profondeur. Le site peut être construit par les deux parents.
La ponte est généralement de deux œufs (un à trois œufs) ovales, lisses, généralement brillant, très pâle, chamois ou couleur pierre, plus ou moins tacheté. L’incubation dure 24 à 26 jours et est assurée par les deux sexes. Les jeunes sont nidifuges et sont nourris par les deux parents. L’envol a lieu après 36 à 42 jours.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire est composé d’invertébrés terrestres et de vertébrés. L’alimentation se fait principalement de manière nocturne du crépuscule à l’aube, et surtout dans l’obscurité lorsque les invertébrés sont au sol. Mais ils peuvent aussi s’alimenter de jour, principalement en période de reproduction, pour l’alimentation des jeunes. L’alimentation se fait seule, en couple ou en groupe de moins de dix individus. L’oedicnème s’alimente ainsi d’hyménoptères, de coléoptères, d’orthoptères, de formicidae, d’hémiptères. Mais elle peut s’alimenter aussi d’amphibiens, de souris, de campagnols, de petits lézards.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

L’espèce est présente dans la plupart des pays d’Europe et d’Asie, ainsi qu’en Afrique du nord et de l’est. Ainsi l’espèce est présente dans les pays suivants : Afghanistan, Albanie, Algérie, Allemagne, Arabie saoudite, Arménie, Autriche, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bangladesh, Bhoutan, Biélorussie, Bosnie-Herzégovine, Bulgarie, Cambodge, Chine, Chypre, Croatie, Djibouti, Egypte, Emirats arabes unis, Erythrée, Espagne, Ethiopie, France, Géorgie, Gibraltar, Grèce, Guinée, Hongrie, Inde, Iran, Iraq, Israèl, Italie, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, Kirghizistan, Koweït, Libye, Lituanie, Macédoine, Mali, Malte, Maroc, Mauritanie, Moldavie, Myanmar, Népal, Oman, Ouganda, Ouzbékistan, Pakistan, Pologne, Portugal, Qatar, République tchèque, Roumanie, Royaume-Uni , Russie, Sahara occidental, Sénégal, Slovaquie, Soudan, Sri Lanka, Suisse, Syrie, Tadjikistan, Tanzanie, Thaïlande, Tunisie, Turkmenistan, Turquie, Ukraine, Viet Nam, et au Yémen

En Europe, La population de l’Oedicnème criard est en fort déclin (hors Russie) et son statut est vulnérable. L’effectif européen de l’Oedicnème criard est estimé entre 41 000 à 160 000 couples. Cependant, la majorité des effectifs s’observe en Russie avec un maximum de 100 000 couples. Dans le reste de l’Europe, il accuse un déclin prononcé, particulièrement dans le Nord de sa distribution du fait de l’évolution des pratiques agricoles et de la disparition des ses habitats naturels ou semi naturels. L’espèce a même disparu des Pays-bas et d’Allemagne. La population nicheuse française est estimée entre 5 000 à 9 000 couples en 1993 dont le principal noyau de population (4 000 couples) se situe dans les plaines du centre-ouest. Son effectif et sa distribution sont en diminution probable de 20 à 50% depuis les années 1970.

Les effectifs européens et français sont en déclin. Les principales menaces pour l’espèce sont la destruction de ses habitats (notamment steppiques) à cause d’une homogénéisation des paysages (disparition des friches et des landes rases). S’y ajoute la raréfaction des proies en raison de l’évolution des pratiques agricoles : efficacité des insecticides, fauches et moissons de plus en plus précoces.

Statut de l’espèce

Convention de Berne (Annexe 2)
Convention de Bonn (Accord AEWA)
Directive Oiseaux (Annexe 1)
Oiseau protégé (Article 1)
Oiseau protégé (Article 5)

Bibliographie

BIOTOPE / CEN-LR (2007) Inventaire et Cartographie au titre des Directives Habitats et Oiseaux des sites Natura 2000 de l’Etang de Mauguio, Hérault .

MALVAUD F., 1999. L’Oedicnème criard, Burhinus oedicnemus. Pp 290-291. – in : ROCAMORA G. & YEATMANBERTHELOT D., 1999. Oiseaux menacés et à surveiller en France. Listes rouges et recherche de priorités. Populations. Tendances. Menaces. Conservation. Société d’études Ornithologiques de France / Ligue pour la Protection des Oiseaux. Paris. 560p.

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche