Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > >


Invasions biologiques



Mimosa



Le Mimosa (Acacia dealbata) est une plante de la famille des Mimosaceae. Cet arbre couramment rencontré sur les littorals méditeranéens et atlantiques est une espèce invasive, originaire d'Australie. Son impact est principalement présent sur les autres espèces végétales indigènes avec qui le Mimosa rentre en compétition.


Présentation

Le Mimosa (Acacia dealbata) est une plante de la famille des Mimosaceae. Cet arbre peut atteindre une vingtaine de mètres de hauteur, même si la plupart des individus européens mesurent moins de 10 m. Les rameaux portent des feuilles composées, persistantes. Elles sont de couleur gris argenté. Les feuilles sont divisées en folioles elles-mêmes divisées en très petites, fines et nombreuses foliolules (plusieurs milliers pour une seule feuille). La floraison survient de janvier à mars. Les fleurs se présentent sous forme de petits pompons jaunes et soyeux disposés en grappes ramifiées. Chaque fleur comprend un calice constitué de 5 sépales très petits, duveteux.

Elle affectionne les sols siliceux et peut supporter des températures assez basses, jusqu'à - 7 °C. Elle demande cependant un bon ensoleillement.

Origine

Le Mimosa est originaire d’Australie. L’espèce a été par la suite introduite en Europe (France, Espagne, Baléares, Canaries, Portugal, Madères, Italie, Corse, Sardaigne, Turquie), en Afrique du Sud, en Nouvelle-Zélande, en Californie, en Inde, au Chili et à Madagascar.

Raison de l’introduction

L’espèce a été introduite en Europe depuis 1824, elle n’est arrivée sur le littoral méditerranéen que 40 ans plus tard. Elle a été importée comme plante ornementale et pour stabiliser les sols. Elle est également utilisée pour l’extraction d’huiles essentielles. Elle s’est par la suite échappée des cultures.
En France, on la retrouve essentiellement sur les côtes méditerranéennes et atlantiques.

Impacts

Le Mimosa peut former des peuplements denses qui sont impénétrables et empêche ainsi le développement d’autres espèces locales. De plus, ces peuplements perturbent le débit d’eau et l’érosion des sols. Enfin, cette espèce joue un rôle d e fixation de l’azote qui augmente la concentration dans le sol.


Marquer et partager



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche