Vous êtes ici : > Accueil > Actualités > Bilan > Publication d'un rapport sur la biodiversité en Espagne


Bilan

Publication d'un rapport sur la biodiversité en Espagne



L'Espagne, pas plus que les pays voisins, n'a réussi à atteindre l'objectif de l'Union Européenne de limiter en 2010 la perte de biodiversité. L'observatoire du développement durable en Espagne (OSE Observatorio de la Sostenibilidad en España) [1] a publié début juin un rapport intitulé Biodiversidad en España. Base de la sostenibilidad ante el cambio global ("Biodiversité en Espagne ; Base de la durabilité devant le changement global") [2], qui fait un bilan peu encourageant de l'évolution de la biodiversité ces dernières années.


La biodiversité espagnole, la plus importante d'Europe avec plus de 85.000 espèces différentes d'invertébrés, est principalement menacée par le changement climatique, les incendies forestiers, les espèces exotiques envahissantes, l'usage non durable des ressources naturelles et la pollution, mais aussi par les changements dans l'usage des sols. En 20 ans (1987-2006), les zones artificielles (zones industrielles et commerciales, zones portuaires, aéroports, zones en construction, tissus urbains discontinus etc.) ont augmenté de 52% en Espagne.

Lors de la présentation du rapport au ministère de l'environnement, de la ruralité et de la mer (le MARN), Luis M. Jiménez Herrero, directeur de l'OSE, a notamment souligné que le phénomène a augmenté ces dernières années. Entre 2000 et 2006, les zones artificielles ont augmenté de 3,37 hectares par heure et représentaient en 2006 2% du territoire.

En plus de l'artificialisation des sols, l'agriculture intensive (25 600.000 hectares en Espagne, la moitié de la surface du pays) et le développement d'infrastructures de transports contribuent à accentuer le changement d'usage des sols, ce qui affecte tout autant des zones d'habitats d'espèces en danger que le reste du territoire. Luis Jiménez Herrero précise que les activités humaines ont multiplié par 100 à 1.000 le rythme de perte de biodiversité naturelle.

Le changement climatique affecte particulièrement les espèces en modifiant les conditions jusqu'ici favorables dont elles ont bénéficié. Il existe un risque de désertification de 37% de la superficie du pays avec une tendance à la méditerranéisation de la partie Nord et une aridification de la zone Sud. 96 espèces de vertébrés terrestres ibériques sont menacées ainsi que beaucoup d'espèces d'arbres, et comme le rappelle José Jiménez, directeur général de la section Environnement et politique forestière du MARN, le pays a déjà perdu 45% de son espace forestier au cours des cent dernières années.

Concernant les océans, la surpêche, surtout en mer cantabrique, la surexploitation et la contamination des ressources hydriques du continent sont les principales menaces. Afin d'améliorer la situation, 10 nouveaux espaces marins seront inclus prochainement dans le réseau Natura, ce qui augmentera la surface protégée de ces écosystèmes de 25 180 km2. Aujourd'hui, seul 1% de l'espace marin est protégé.

En cherchant une solution à plus long terme pour protéger la biodiversité, Jiménez Herrero pose la question de l'économie de la biodiversité qui est selon lui, le chemin que doit emprunter une société qui cherche un développement durable. Il ne s'agit pas dans cette proposition de commercialiser la biodiversité mais de mettre en relation les bénéfices et le coût de la perte de biodiversité. L'usage des forêts comme espace de stockage du CO2 (14% des émissions totale de l'Espagne) est un exemple de cette manière de penser.

Parmi les autres propositions de l'étude sur la biodiversité, on peut noter la volonté de renforcer les mécanismes de protection existants et le développement d'une comptabilité environnementale et économique intégrée prenant en compte des mécanismes de compensation. Le dicton "Mieux vaut prévenir que guérir" est plus que jamais d'actualité.

Source : bulletins-electroniques.com


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

Communiqués de presse



Voir sa fiche