Vous êtes ici : > Accueil > Conservation > Mesures pour les professionels > Gestion des embâcles


Mesures pour les professionels



Gestion des embâcles





Les embâcles provoquent de nombreux effets bénéfiques sur le fonctionnement du milieu aquatique mais on dénombre également un certain nombre de perturbations, si bien qu’il n’est pas toujours évident de déterminer si ils doivent être laissés ou enlevés.


Les embâcles sont des accumulations de débris végétaux, auxquels viennent souvent s'ajouter le plus souvent des déchets d’origine anthropique, qui vont obstruer le plus souvent le lit du cours d’eau. Les débris végétaux sont notamment des souches d’arbres, des arbres tombés dans le cours d’eau. Les embâcles provoquent de nombreux effets bénéfiques sur le fonctionnement du milieu aquatique mais on dénombre également un certain nombre de perturbations, si bien qu’il n’est pas toujours évident de déterminer si ils doivent être laissés ou enlevés.

Effets des embâcles


Ils présentent de nombreux effets bénéfiques sur le fonctionnement du milieu aquatique :
  • Stabilisation du lit et régulation hydraulique : Il peut jouer un rôle de seuil et d’épis en atténuant les phénomènes d’érosion et en perturbant l’écoulement régulier du courant, ce qui est propice à l’autoépuration. Localement, les embâcles peuvent également augmenter le niveau de la nappe phréatique. Ils peuvent favoriser la création de mouilles et constituent de ce fait des facteurs de diversification des habitats aquatiques. Enfin, il peut également agir sur la granulométrie du cours d’eau.
  • Création d’habitats et de zone d’alimentation : les embâcles créent de nombreuses zones d’alimentation, de pontes pour les poissons ou des abris pour la faune. Ils contribuent également à l'approvisionnement en matières organiques, nécessaires aux consommateurs primaires, et notamment à certains représentants de la faune benthique.

Certains embâcles peuvent néanmoins être source de perturbations que ce soit sur le plan environnemental mais également sur le plan anthropique (dégâts aux activités humaines) :
  • Augmentation du risque d’inondation : La présence d’embâcles va provoquer une augmentation du niveau du cours d’eau en amont à cause d’un ralentissement de l’écoulement de l’eau. Ce problème est présent surtout pour les petites crues. Les embâcles permettent également une submersion temporaire des zones humides limitrophes (mares, prairies…).
  • Perturbation du déplacement de la faune : Les embâcles qui bloquent totalement le cours d’eau peuvent également représenter un barrage pour le déplacement de la faune, et notamment des poissons.
  • Menace pour la stabilité des ouvrages : Les embâcles peuvent constituer une menace pour la bonne tenue d’ouvrages (pont, barrage, seuil, etc.). En obstruant l’ouvrage, ils sont à l’origine de fortes poussées qui remettent en cause sa stabilité.
  • Erosion des berges : Les embâcles peuvent être à l’origine de l’érosion des berges : l’eau cherchant à les contourner, dévie sur la berge opposée et provoque une anse d’érosion.
  • Colmatage du fond : En ayant un effet de retenue d’eau en amont, les embâcles favorisent le dépôt de sédiment et ainsi le colmatage du lit du cours d’eau.

Gestion


La gestion des embâcles doit commencer par une phase préventive limitant leur formation ou leur « engraissement » grâce à des actions sur les ripisylves, notamment le contrôle des arbres morts et dépérissants, situés en pied de berge. Avant toute évacuation d'embâcle, il est nécessaire d'analyser exactement ses effets sur le courant et sa nature.

Lorsqu’un embâcle est d’origine anthropique (accumulation de déchets d’origine anthropique), ce dernier doit être retiré du cours d’eau afin de retrouver un fonctionnement naturel de ce dernier.

Par contre, lorsque l’embâcle est naturel, une réflexion doit avoir lieu et la gestion doit se faire au cas par cas. Le choix de retirer ou de conserver un embâcle fait partie de la gestion raisonnée du cours d’eau. Il devra être évalué si le retrait de l’embâcle présente plus d’avantages sur le plan hydromorphologique que de le conserver.

Il est notamment nécessaire de regarder si la présence de l’embâcle est-elle source de perturbations et de quelle nature sont ces perturbations (érosion, aggravation du risque d’inondation, etc.), le type de cours d’eau rencontré et sa largeur, l’environnement proche de l’embâcle (zone urbanisée, agricole, présence d’un ouvrage, etc.).

Exemples d’embâcles à conserver

Embâcle en partie immergé ne provoquant pas de perturbation sur la rive opposée et présentant un intérêt pour la faune aquatique

Hutte de berge de castor à préserver de toute intervention

Exemples d’embâcles à enlever

Embâcle filtrant augmentant localement la ligne d’eau en crues provoquant des inondations et perturbant la circulation de la faune aquatique

Arbre tombé ayant un effet stabilisant pour le lit (Enlever les branches situées au-dessus du niveau d’eau afin d’éviter toute accumulation de débris)

Arbre mort ou en partie immergé, déviant le courant sur la berge opposée et provoquant une anse d’érosion

Accumulation de débris obstruant l’ouvrage hydraulique et à l’origine de forces et poussées sur l’ouvrage lui même pouvant menacer sa stabilité


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche