Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Elevage > Impact des pratiques agricoles sur la biodiversité


Agriculture - Elevage



Impact des pratiques agricoles sur la biodiversité





Les pratiques agricoles actuelles occasionnent de multiples dommages à la biodiversité, alors que des solutions alternatives plus écologiques sont disponibles. Il s'agit notamment de l'utilisation de pesticides, de la fertilisation, de l'arrosage des cultures, du labour...


Les pratiques agricoles actuelles occasionnent de multiples dommages à la biodiversité, alors que des solutions alternatives plus écologiques sont disponibles. L’espace agricole français représente 53% du territoire métropolitain et abrite une part importante de la diversité biologique. L’évolution des pratiques agricoles actuelles est donc déterminante pour maintenir voire restaurer la biodiversité à l’échelle nationale.

Utilisation de pesticides


L’usage de produits phytosanitaires de synthèse serait responsable du déclin de la biodiversité, notamment en grandes cultures. La France et la Hollande sont les pays qui consomment la plus grosse quantité de pesticides à l'hectare. La France était la deuxième consommateur mondial 2006 et le troisième en 2007. Le Grenelle de l'environnement a retenu comme objectif la réduction en moyenne de 50% des quantités de pesticides utilisés, si possible d'ici 2018.

Herbicides

Les herbicides sont utilisés par les agriculteurs pour lutter contre les adventices (ou mauvaises herbes) et les ligneux. Ils vont induire une importante réduction de la diversité floristique au sein des surfaces cultivées mais également en bordure.
Les herbicides peuvent également avoir des conséquences sur la pédofaune, et entrainer une disparition de celle-ci par intoxication.

Insecticides et fongicides

Les insecticides et fongicides occasionnent des dommages encore plus important sur l’environnement que les herbicides.
En effet, ils peuvent avoir des effets directs sur les organismes cibles (mortalité, baisse de la fécondité) ou sur les organismes non cibles (arthropodes, petits mammifères, oiseaux) ; mais également des effets indirects sur les mêmes groupes soit par intoxication, soit par réduction des ressources disponibles dans le milieu. Il semblerait toutefois que les pesticides n’entrainent pas de modification de la richesse spécifique de la pédofaune, mais simplement une diminution de leur abondance.

Pratiques d’épandage

L’épandage aérien des pesticides pour lutter contre les ravageurs notamment occasionne un impact non seulement à l’échelle de la surface cultivée mais également sur les habitats naturels voisins non visés par les traitements.

Fertilisation



La fertilisation est le processus consistant à apporter à un milieu de culture, tel que le sol, les éléments minéraux nécessaires au développement de la plante. Ces éléments peuvent être de deux types, les engrais et les amendements.
La fertilisation a entraîné une homogénéisation des milieux terrestres et un dérèglement du fonctionnement des écosystèmes aquatiques.

Azote

L'azote joue un rôle primordial dans le métabolisme des plantes. C'est le constituant numéro un des protéines, composants essentiels de la matière vivante.
L'apport en fertilisant azoté a un impact négatif important sur la biodiversité : la richesse spécifique en plantes herbacées serait plus faible dans les cultures fortement fertilisées.

Phosphore et potassium

Le potassium joue un rôle primordial dans l'absorption des cations, dans l'accumulation des hydrates des protéines, le maintien de la turgescence de la cellule et la régulation de l'économie en eau de la plante. C'est aussi un élément de résistance des plantes au gel, à la sécheresse et aux maladies. Le phosphore intervient dans les transferts énergétiques (ATP), dans la transmission des caractères héréditaires (acides nucléiques), la photosynthèse et la dégradation des glucides. Cet élément est essentiel pour la floraison, la nouaison, la précocité, le grossissement des fruits et la maturation des graines.

La fertilisation en Potassium peut avoir un impact négatif sur la flore ainsi que sur les écosystèmes aquatiques.
Le phosphore n'a pas de toxicité propre, c'est sa présence en excès et notamment dans le milieu aquatique qui peut être la cause de l'eutrophisation du milieu. L'eutrophisation des milieux aquatiques entraine une prolifération des végétaux aquatiques, d'algues, de cyanobactéries...

Labour des sols


L’utilisation du labour de lanière répété occasionne une perturbe du sol et entraine une diminution de l’abondance de la pédofaune.

Mécanisation des récoltes


La récolte mécanisée peut entraîner une mortalité de la faune sauvage. En effet, un certain nombre d’espèces animales se réfugient, s’alimentent voire nichent dans les champs. La mortalité concerne souvent les jeunes animaux (exemple des oisillons de busards) mais peut également toucher les adultes.

Arrosage des cultures


Drainage

En agriculture, le drainage est une opération qui consiste à favoriser artificiellement l'évacuation de l'eau gravitaire présente dans la macro-porosité du sol à la suite de précipitation. Le drainage, bien au-delà de la baisse du plafond de la nappe superficielle, génère des impacts importants, directs et indirects, immédiats et différés, localement et à grande échelle sur le cycle de l’eau, sur l’écologie du paysage et sur les cours d'eau. Il conduit parfois à une altération écologique et physique du paysage et des milieux naturels ou de certains agrosystèmes lorsqu’il a été pratiqué en vue d'accroître les zones labourables ou l'intensité de l'agriculture, notamment dans le cas du drainage de vastes zones humides. L’impact écologique est majeur sur les zones humides et sur les tourbières lorsqu’elles ont été elles-mêmes drainées, même si les canaux de drainage peuvent provisoirement au moins favoriser quelques espèces patrimoniales.

Irrigation

L'irrigation, bien que favorable au développement de la faune du sol, conduit à une diminution de la diversité floristique. De plus, l'irrigation agricole a un impact indirect sur les débits des rivières et donc sur la biodiversité qui y est associée. L'arrosage au canon ou à des intensités fortes peuvent entrainer la noyade des couvées de perdrix et oiseaux qui nichent au sol.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche