Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Fragmentation des habitats > La déforestation


Fragmentation des habitats



La déforestation





La déforestation est le phénomène de régression des surfaces couvertes de forêt. Elle résulte des actions de déboisement puis de défrichement, liées à l'extension des terres agricoles, d'une exploitation excessive de certaines essences forestières et de l'urbanisation.


Situation actuelle


On estime que 13 millions d’hectare de forêts disparaissent chaque année, soit l’équivalent d’un terrain de football toutes les 15 secondes ou encore de 86 % de la forêt française qui disparait chaque année. Le rythme de déboisement des forêts tropicales atteint près de 1 % par an.

Pour compenser la déforestation ou les coupes sélectives des arbres, les plantations artificielles d’arbres sont en hausse. Elles couvrent actuellement 5 % des surfaces boisées sur la planète. Les forêts primaires (c’est à dire faiblement anthropisées) ne couvrent plus que 36 % d e la surface forestière mondiale. La superficie des forêts de plantation a progressé en moyenne de 3,1 millions d'hectares par an durant les années 90. La moitié de cette augmentation résultait de la transformation en forêts de terres précédemment employées à d'autres fins et le reste de la transformation de forêts naturelles en forêts de plantation.

Actuellement, c’est l’Amérique du Sud qui est le continent le plus affecté par la déforestation avec environ 4,3 millions d’hectares détruits par an. Les deux pays responsables de la déforestation la plus massive sont le Brésil avec 3,1 millions d’hectare de forêts détruits et l’Indonésie avec 1,8 millions d’hectares de forêts.

Causes de la déforestation


Les causes de la déforestation sont multiples :
- L’élevage du bétail. C’est surtout le cas en Amazonie où près des trois quart des zones déforestées l’ont été pour l’élevage du bétail.
- Les terres agricoles
- L’urbanisation et la construc7tion de voies de communication
- L’exploitation du bois non raisonnée pour le chauffage, la papeterie, les meubles…
- Les incendies : il s’agit d’une cause directe ou indirecte (cas de la culture sur brulis pour les activités agricoles).

La déforestation est essentiellement due à la conversion en terres agricoles de culture et de pâturage, induite par l’explosion démographique et la recherche de productivité agricole.

Beaucoup de pays ne possèdent aucun plan de gestion à long terme de leur forêt. Ainsi la coupe des arbres se fait de manière plus rapide que la régénération naturelle de la forêt ou à défaut des plantations. Beaucoup d’arbres sont coupés alors qu’ils ne présentant aucun intérêt et sont donc abandonnés par la suite.

Des causes naturelles d'incendies existent (foudre, éruptions volcaniques...). Les surfaces soumises aux incendies naturels ont été très importantes et pouvaient couvrir des millions d'ha. Mais le laps de temps, généralement long, qui séparait chacun de ces feux permettait à l'écosystème de se reconstituer. Les causes essentielles des incendies contemporains sont anthropiques : c'est le cas des incendies répétitifs de la zone européenne méditerranéenne, ou des incendies provoqués en vue du défrichement dans les zones tropicales humides.

Conséquences de la déforestation


La destruction des forêts entraine la disparition d’habitats naturels pour la faune et la flore. Les espèces animales et végétales concernées sont fragilisées, voire peuvent disparaitre si les ressources disponibles ne sont plus suffisantes. Des extinctions en chaînes peuvent avoir lieu. L’Amazonie abrite plus de 70 % des espèces animales et végétales dans le monde. La déforestation pourrait ainsi causer la disparition des deux tiers de la biodiversité mondiale.

La déforestation est également source de fragmentation des habitats (première cause d’extinction des espèces), voir le chapitre « Fragmentation » pour plus d’informations.

Le recul des forêts (surtout sur les pentes) favorise les glissements de terrains, avalanches et coulées de boues. Le lessivage d es sols par les pluies n’est plus freine par la végétation, la pluie emporte donc l’humus et met à nu la roche mère. Outre les conséquences écologiques sur la flore essentiellement (absence de sol adéquat), les conséquences peuvent être également humaines avec l’augmentation des inondations en cas de fortes pluies. Les forêts permettent de retenir une partie de l’eau de pluie qu’elles vont intercepter ou permettre l’infiltration dans les nappes phréatiques, permettant ainsi à ces dernières de se recharger.

Une déforestation trop importante entraîne une érosion fatale aux cultures. En plus de la déforestation, l’érosion et la désertification ont fortement amputé le potentiel de production des terres. Les cultures itinérantes telles que celles du café ont laissé derrière elles des millions d’hectares qui ne pouvaient plus être utilisés que pour des cultures moins exigeantes

La disparition des forêts alluviales, qui jouent un rôle de filtre entre le milieu terrestre et les rivières, supprime un moyen naturel d’épuration des eaux, notamment vis-à-vis des nitrates. Une épaisseur de 30 mètres de forêt alluviale, par exemple, suffit en effet à empêcher la quasi-totalité des nitrates d’atteindre les eaux de la rivière.

Les arbres contribuent plus que le reste de la flore au phénomène d'évapotranspiration, ce qui influence la pluviométrie. La déforestation provoque ainsi une modification du climat à l'échelle mondiale aussi bien qu'à l'échelle locale.

La végétation est une source de carbone très importante, puisqu’on estime que 40% du carbone terrestre y est stocké. Cela signifie par conséquent que la déforestation libère donc dans l’atmosphère tout le carbone originellement stocké. L’augmentation du taux de carbone dans l’atmosphère engendrera par conséquent une augmentation d e l’effet de serre, et donc du réchauffement climatique. Une évaluation du FAO montre que la destruction des forêts ne fait qu'ajouter près de 2 milliards de tonnes de carbone à l'atmosphère chaque année.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche