Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Pollution > Pollution par les produits phytosanitaires


Pollution



Pollution par les produits phytosanitaires





Les impacts des produits phytosanitaires sont considérables, ils touchent non seulement l’environnement mais également la santé humaine. L’usage de ces produits est largement répandu dans notre société, principalement pour l’agriculture, mais aussi pour l’entretien des espaces aménagés par l’homme à titre privé ou publics.


Les impacts des produits phytosanitaires sont considérables, ils touchent non seulement l’environnement mais également la santé humaine. L’usage de ces produits est pourtant largement répandu dans notre société, principalement pour l’agriculture, mais aussi pour l’entretien des espaces aménagés par l’homme à titre privé (jardins…) ou publics (espaces verts, rues, routes, voiries,….). La France est d’ailleurs le troisième utilisateur mondial de produits phytosanitaires et le premier utilisateur européen. Ce sont notamment les herbicides, fongicides, insecticides, engrais…

Les produits phytosanitaires ont non seulement un impact écologique direct mais aussi indirect.

L’impact direct réside notamment en la destruction des organismes vivants ciblés par les produits (insectes pour les insecticides, champignons pour les fongicides…) mais de manière non sélective. Ainsi tous les insectes seront par exemple touchés par un insecticide alors que le produit n’aura été utilisé que pour une ou plusieurs espèces spécifiques. Leur utilisation implique une destruction de la faune et de la fore locales. Ainsi, l’impact sur les abeilles par exemple, est aujourd’hui extrêmement inquiétant.

L’impact indirect est double. Puisqu’ils touchent le plus souvent la base des chaînes alimentaires (végétaux et insectes), ces produits diminuent les ressources pour l’ensemble de la chaîne, jusqu’aux animaux vertébrés tels que les oiseaux, les amphibiens, les mammifères.
Un autre impact de l’usage des pesticides est celui de l’accumulation chez les prédateurs. En effet, les prédateurs des animaux que l’on souhaite éliminer vont consommer des insectes contaminés morts, des insectes contaminés non encore morts ou bien des insectes empoisonnés ayant développé une résistance au produit. Les prédateurs accumulent ainsi les doses de toxiques et finissent par en mourir ou bien obtenir un impact négatif sur leur taux de reproduction du prédateur étant alors limité. L’insecte ou rongeur ciblé au départ est ainsi indirectement favorisé par le traitement utilisé contre lui. Une espèce que l’on ne souhaitait pas détruire est également touchée et il peut s’agir d’espèces rares et/ou protégées comme les rapaces.

Ces produits ont également un impact sur les milieux aquatiques et sur la biodiversité qui y vit. Une fois appliqués localement les pesticides vont être déplacés par l’écoulement des eaux. Ainsi, l’impact d’un désherbant en espace vert se fera ressentir dans le ruisseau, puis la rivière et le fleuve, il aura également des impacts sur la faune et la fore. A ce titre, le traitement de surfaces gravillonnées, bitumées, ensablées, etc., est particulièrement impactant pour les milieux naturels, car le produit est très rapidement entraîné vers le réseau hydraulique. Il s’agit donc de zones prioritaires pour la réduction, voire la suppression des herbicides.

Les impacts les plus importants sur la santé concernent notamment les enfants, plus sensibles en période de développement, et sont essentiellement des cancers, des perturbations endocriniennes, des troubles de la reproduction et des troubles neurologiques.

Bibliographie

Conseil Général Loire Atlantique (2007). Pesticides : Quels dangers ? Quelles alternatives ? 27 p.
LPO Loire-Atlantique (2008). Municipalité et protection de la nature. 56 p


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche