Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Invasions biologiques > Conséquences du changement climatique sur les invasions biologiques


Invasions biologiques



Conséquences du changement climatique sur les invasions biologiques





Les changements climatiques peuvent avoir de même des effets sur les espèces exotiques envahissantes. Etant donné la capacité d’adaptation de ces dernières à des conditions climatiques très diverses et à une répartition géographique très importante, elles sont susceptibles de s’adapter plus facilement aux modifications climatiques que les espèces natives.


Les invasions biologiques et le changement climatique sont considérés comme deux des cinq menaces les plus importantes pour la biodiversité. De nombreuses études ont montré les effets délétères du changement climatique sur la biodiversité avec des effets sur la phénologie et la répartition des espèces, sur les interactions entre les espèces ou encore le fonctionnement de l’écosystème. Les espèces envahissantes représentent une problématique écologique car elles entrainent une modification des processus écologiques des écosystèmes, une modification de la structure des communautés et la disparition des espèces natives.

Les changements climatiques ont une influence à l’échelle planétaire, et sur les principaux mécanismes biologiques. Ils sont également susceptibles d’affecter la distribution, l’abondance et l’impact des espèces envahissantes. Etant donné la capacité d’adaptation de ces dernières à des conditions climatiques très diverses et à une répartition géographique très importante, ces espèces envahissantes sont par conséquent susceptibles de s’adapter plus facilement aux modifications climatiques que les espèces natives. Leur capacité d’adaptation est notamment du à certaines caractéristiques qui leur permettent de d’adapter rapidement comme une maturité sexuelle rapide.

Certaines espèces exotiques pourraient ainsi bénéficier des nouvelles conditions climatiques et de la disparition des espèces natives, pour devenir envahissantes alors qu’elles ne l’étaient pas auparavant. Inversement, des espèces envahissantes pourraient être fragilisées par les changements et voir leur progression ralentir voire régresser.

Conséquences des changements climatiques pour les espèces envahissantes


Les changements climatiques peuvent avoir plusieurs conséquences directes pour les espèces exotiques envahissantes : modification des mécanismes de transport et d’introduction, modification des espèces envahissantes (apparition de nouvelles, disparition d’anciennes), modification de la répartition des espèces envahissantes ou encore une modification de l’impact de ces espèces. Cela peut ainsi entraîner une augmentation de la distribution et de l’abondance des espèces envahissantes.

Altération des mécanismes de transport et d’introduction

Comme indiqué précédemment, les espèces exotiques envahissantes se dispersent la plupart du temps à l’aide de l’homme soit par une action volontaire de sa part (lutte biologique, pêche sportive, horticulture, agriculture, aquaculture) soit par introduction accidentelle. Les changements climatiques pourraient modifier les habitudes humaines en termes de transports internationaux.
Le tourisme pourrait être modifié avec l’utilisation par l’homme de territoires jusque la inexploités et l’abandon de territoires jusque la utilisés. En effet, le réchauffement climatique pourrait modifier les conditions climatiques (régime de précipitation…) de certaines zones, les rendant moins attractives pour le public.
Les voies de transport internationales pourraient également être modifiées par le réchauffement climatique. Par exemple, si ce dernier conduit à la fonte des glaces en Antarctique, cela pourrait permettre aux navires commerciaux d’emprunter de nouvelles routes commerciales réduisant les temps de trajet. La réduction du temps de trajet pourrait bénéficier aux espèces exotiques en optimisant leur survie. Cela favorise ainsi le nombre d’espèces survivant au trajet et capable d’envahir les terres d’arrivées.
L’augmentation du nombre de phénomènes météorologiques extrêmes pourrait favoriser la dispersion des propagules des espèces envahissantes dans de nouvelles zones. Cette dispersion peut se faire par exemple par des propagules accrochées sur les plumes des oiseaux marins qui seraient repoussés à des centaines de kilomètres de leur aire de répartition initiale.

Modification des espèces susceptibles d’être envahissantes

Les changements climatiques peuvent conduire à l’apparition de nouvelles espèces envahissantes, et à la disparition d’autres espèces. Certaines espèces peuvent en effet ne pas être en mesure de survivre dans des territoires où les conditions climatiques ont changé. D’autres pourraient par contre bénéficier des changements pour s’implanter ou se développer. En effet, certaines espèces qui ne pouvaient supporter les anciennes conditions climatiques (trop chaude, trop froide, trop sèche, trop humide…) pourraient s’adapter aux nouvelles (par exemple des espèces ne supportant pas le froid pourraient bénéficier de l’augmentation de la température) et ainsi voir leur chance de s’installer augmentée.

L’augmentation des températures de la planète est particulièrement préoccupante d’un point de vue des invasions biologiques. En effet, beaucoup d’espèces exotiques envahissantes voient leur expansion limitée à cause des températures trop froides ou de la couverture neigeuse. Une augmentation des températures hivernales, une réduction des chutes de neige ou encore une augmentation de la fréquence des cycles de gel-dégel pourraient favoriser ces espèces en augmentant leur taux de survie et en allongeant la saison de croissance.
Ce problème d’augmentation des températures peut notamment se rencontrer au niveau des poissons d’eau douce adaptés à une température de l’eau assez fraiche. C’est le cas dans les lacs d’eau froide qui ont vu leur température augmenter de 2°C au cours des 20 dernières années, et qui pourraient continuer à augmenter de 7°C d’ici 2100.
L’augmentation de la température de l’eau va occasionner un stress thermique pour les espèces natives d’une part, et va favoriser l’installation d’espèces exotiques d’eaux tempérées d’autre part. Le stress thermique associé à la baisse des ressources (alimentaires…) disponibles dans le milieu (consommées par les espèces exotiques) va fragiliser les espèces natives. Ainsi, la raréfaction voire la disparition des espèces indigènes est le résultat d’une action combinée du changement climatique et des invasions biologiques.

Certaines espèces exotiques présentes dans les jardins et autres milieux naturels ne sont pas forcément envahissantes. On considère généralement qu’une espèce exotique sur dix peut devenir envahissante après sa naturalisation. Certaines de ces espèces exotiques pourraient trouver des conditions suffisantes pour survivre dans leur nouveau milieu sans toutefois qu’elles soient optimales pour pouvoir devenir envahissantes. Le changement des conditions climatiques pourraient être le facteur déclenchant qui permettrait aux espèces exotiques de devenir des espèces exotiques envahissantes.

De manière générale, plusieurs facteurs peuvent être responsable de ces phénomènes et conduire à une modification de l’influence des espèces exotiques. Ces facteurs sont notamment : les régimes de température, la couverture neigeuse et de glace dans les lacs, une augmentation de la salinité…

Modification de l’impact des espèces envahissantes

Les espèces envahissantes représentent une problématique écologique car elles entrainent une modification des processus écologiques, une modification de la structure des communautés et la disparition des espèces natives. L’impact d’une espèce envahissante dépend de plusieurs facteurs comme : la superficie occupée par cette espèce, son abondance au sein de cette espace, et son impact par unité de biomasse. Il faut ajouter à cela que l’impact sera différent en fonction de la taille de la population initiale de l’espèce native et des ressources disponibles dans le milieu. La modification de l’abondance des ressources disponibles dans le milieu impactera les espèces natives (en les fragilisant), ce qui favorisera indirectement les espèces envahissantes.
br /> Les changements climatiques peuvent également conduire à réduire la compétitivité des plantes envahissantes, si les conditions de climat deviennent inaptes à leur développement.

Bibliographie


Bradley, B. A., Oppenheimer, M. & Wilcove D.S. (2009). Climate change and plant invasions: restoration opportunities ahead? Gobal Change Biology. doi: 10.1111/j.1365-2486.2008.01824.x Hellmann, J., Byers, E.E., Bierwagen, B.G. & Dukes J.S. (2008). Five potential consequences of climate change for invasive species. Conservation Biology, 22 : 534–543.

Holzapfel, A.M. & Vinebrooke R.D. (2005). Environmental warming increases invasion potential of alpine lake communities by imported species. Gobal Change Biology, 11 : 2009-2015.

Pyke, C.R., Thomas, R., Porter, R., Hellmann, J., Dukes, J.S., Lodge, D.M. & Chavarria G. (2008). Current practices and future opportunities for policy on climate change and invasive species. Conservation Biology, 22 : 585-592.

Rahel F.J. & Olden J.D. (2008). Assessing the effects of climate change on aquatic invasive species. Conservation Biology, 22 : 521-533.

Ward N.L. & Masters, G.J. (2007). Linking climate change and species invasion: an illustration using insect herbivores. Gobal Change Biology, 13 : 1605-1615.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche