Comment bien choisir sa vitamine D3 ?

Figurant en bonne place des vitamines les plus prescrites en France, la vitamine D a donné naissance à une multitude de produits. En comprimés, en ampoules, en gouttes, animale, végétale, micro-émulsionnée ou non pour un degré d’assimilation variable, la vitamine D3 se cherche et se réinvente régulièrement pour une flexibilité d’utilisation toujours plus étendue. Se valent-elles toutes ? Pas si sûr. Et pour choisir une vitamine D3 de qualité, on prendra le soin d’affiner quelques critères. 

Comment choisir une vitamine D3 de qualité ?

La vitamine D3 étant la forme de vitamine D la plus proche de celle synthétisée naturellement par l’organisme, opter pour elle plutôt que pour la vitamine D2 par exemple est déjà un premier pas vers une supplémentation qualitative et des apports suffisants sans efforts. On la préfèrera toujours seule et non associée à des compléments multivitaminiques où chaque substance n’est présente qu’en quantité infime.

En outre, une vitamine D3 de qualité devra respecter trois points principaux :

  • Une origine naturelle, qu’elle soit animale ou végétale, afin de ne présenter ni allergisants ni molécules toxiques.
  • Une absorption optimale. En tant que nutriment liposoluble, la vitamine D3 a besoin de corps gras pour être facilement assimilée par l’organisme. Les solutions liquides composées en partie d’huiles constituent actuellement la forme de vitamine D3 [N+2] offrant la meilleure absorption possible. Les gélules, elles, devront être prises au cours des repas, accompagnées de lipides. 
  • Une supplémentation journalière. Pour des apports plus stables et mieux régulés, on préfèrera les prises quotidiennes faiblement dosées de vitamine D3 plutôt que l’ingestion occasionnelle de fortes doses comme l’imposent les ampoules. Le format compte-gouttes permet justement ici une précision maximale avec un dosage homogène à chaque prise.

Gage de confiance supplémentaire, on préfèrera également les compléments alimentaires en vitamine D3 français, ou du moins européens, aux produits en provenance des États-Unis par exemple. Les contrôles y étant beaucoup moins stricts, il est fréquent que les dosages indiqués sur les étiquettes ne correspondent pas au dosage réel, avec des écarts oscillant entre 9 et 146% de la quantité mentionnée dans 75% des cas ! Prudence donc.

Un produit fiable comportera généralement un numéro d’identification garantissant le respect des doses indiquées. À noter qu’un prix élevé n’est pas, lui non plus, forcément synonyme de qualité. 

Gare à l’Uvedose ?

On choisira sa supplémentation en vitamine D3 en fonction de sa prescription médicale ou de ses modes d’administration privilégiés mais il faut savoir que les vitamines proposées sous forme d’ampoules type Uvedose ont loin d’avoir bonne presse. Alors que de nombreux experts préconisent aujourd’hui un dosage moyen d’environ 4000 UI par jour, ce qui est déjà plus élevé que les recommandations officielles, une seule ampoule de vitamine D3 correspond à une prise de 100 000 UI ! 

Un excès qui pourrait s’avérer extrêmement nocif pour le foie et pour les reins et que l’on va retrouver en dépôt dans le corps, l’organisme n’étant pas en mesure d’en absorber l’intégralité. 

Plus inquiétant encore, il semblerait qu’une prise massive de ce type permettrait d’atteindre des pics de vitamine D3 au cours des premières semaines pour retourner rapidement à un stade de déficit. 

Certaines de ces ampoules enfin, d’origine non naturelle, sont suspectées de contenir divers adjuvants toxiques et potentiellement cancérigènes.

Vitamine D3 et besoins 

À chaque carence ses sources et ses suppléments adaptés. On fera notamment la différence entre un simple déficit léger nécessitant l’achat de vitamine D3 en vente libre [N+2] afin de compléter les apports et une vraie carence susceptible de ou ayant déjà entraîné des conséquences plus ou moins lourdes sur la santé. On préfèrera alors consulter l’avis d’un médecin afin d’effectuer le test nécessaire et d’opter pour le traitement adapté. Le test en question coûte une vingtaine d’euros et est totalement remboursé par la Sécurité Sociale si réalisé à la suite d’une demande médicale.

On notera toutefois que la prescription médicale portera le plus souvent sur une vitamine D3 en ampoules. Ne pas hésiter à demander conseil pour privilégier peut-être les autres alternatives. 

quis, Praesent quis ut ut pulvinar risus facilisis consequat. Praesent Donec