Le chimpanzé, un proche parent menacé par le braconnage

Le chimpanzé, un proche parent menacé par le braconnage

Si chimpanzé signifie « faux homme » en congolais, c’est que nous partageons pas moins de 98% de nos gènes avec le primate. Capable en effet d’une intelligence rare, l’animal fait en effet appel à des techniques de communication très proches des nôtres et a appris à fabriquer et à utiliser au quotidien près de 65 outils de pierre et de bois. 

C’est en groupe, d’une dizaine à près d’une centaine d’individus que vit le chimpanzé, dans une poignée de zones boisées et tropicales du globe, aujourd’hui en proie à la déforestation. Un recul de son habitat naturel qui rend également l’espèce bien plus vulnérable face au braconnage.

  • Apparence :  poils noirs, visage rose, arrière-train blanc chez les jeunes individus 
  • Longueur du corps : de 70 à 83 cm
  • Poids : de 34 à 60 kg
  • Longévité : environ 50 ans, 60 en captivité
  • Distribution : Guinée, Côte d’Ivoire, Cameroun, Gabon, Rwanda, République Démocratique du Congo 
  • Régime alimentaire : fruits, graines, feuilles comestibles, insectes, petits mammifères

Zones de répartition naturelle du chimpanzé

Le chimpanzé englobe 4 sous-espèces que l’on retrouve dans divers milieux allant jusqu’à 2800 mètres d’altitude et comprenant généralement une part suffisante de végétation. Il se rencontre ainsi dans plus d’une vingtaine de pays africains, à travers les savanes herbeuses, les forêts tropicales et les zones humides qui lui offrent nourriture et abri.

Pourquoi les chimpanzés sont-ils en voie de disparition ?

De 2 millions d’individus au début du XXe siècle, les chimpanzés sont passés à 1 million dans les années 1960, 300 000 en 1980 et 150 000 au début des années 2000. L’espèce est en régression dans tous les territoires qu’elle occupe, et a déjà disparu de 4 pays où elle se rencontrait à l’origine : le Togo, le Bénin, la Gambie et le Burkina Faso. 

En cause essentiellement, la déforestation massive et le braconnage du chimpanzé pour la viande de brousse ou pour en faire un animal de compagnie.

Perte de son habitat naturel

Un peu partout à travers l’Afrique tropicale, et tout particulièrement en Afrique de l’Ouest, l’exploitation souvent non autorisée des espaces sauvages entraîne la dégradation des forêts et le recul des populations de chimpanzés. Sous l’effet de l’exploitation forestière et minière ou de l’agriculture, le primate survit aujourd’hui sur des parcelles réduites, et isolées les unes des autres. 

De quoi faciliter l’accès des chasseurs à des zones autrefois préservées.

Le braconnage

Chassé depuis longtemps pour sa viande, le chimpanzé est aujourd’hui au cœur d’une importante activité commerciale à travers l’Afrique centrale et de l’Ouest, où sont en jeu d’importantes sommes d’argent.  

S’ajoutent également les blessures et les morts causées par les pièges destinés à d’autres animaux, mais aussi les captures des très jeunes individus pour les revendre en ville comme animaux de compagnie. 

On estime que les prélèvements de chimpanzés dépassent d’environ 6% le rythme naturel de régénération des populations de l’espèce.

Depuis 1977, c’est notamment l’institut californien Jane Goodall qui œuvre en faveur de la protection des chimpanzés à travers des projets innovants, la création de refuges et la gestion de réserves préservées. Beaucoup de jeunes individus y ont déjà trouvé un abri, après que leur mère ait été victime de la chasse.

D’autres programmes ont également vu le jour depuis et notamment le GRASP, lancé en 2001 par l’ONU, qui s’étend à l’ensemble des grands singes de notre planète : gorilles, chimpanzés, bonobos et oran-outangs. 

Il faut dire que ce sont eux qui, de par leur mode de vie et leur alimentation, contribuent largement à la régénération des forêts qu’ils fréquentent. Leur disparition ferait alors peser de lourdes menaces sur des écosystèmes tout entiers.