Grenouille de l'Adrar Atar (Hoplobatrachus occipitalis)




Description de l’espèce


© Gérald Berger
Grenouille de l’Adrar Atar
La Grenouille de l’Adrar Atar (Hoplobatrachus occipitalis) est un amphibien de la famille des Ranidae. C’est une grenouille de grande taille pesant entre 98 et 218g pour environ 8 à 11 cm de longueur.
La couleur de base du corps et des membres est un vert jaunâtre, vert olive ou brun terne. La partie ventrale est soit blanchâtre soit tachetée de gris sur fond blanc. On retrouve une ligne jaune transversale en arrière des yeux. La peau est très rugueuse, on retrouve de nombreuses verrues dorsales de couleur verdâtre à noirâtre. Les verrues sur les flancs sont généralement disposées en rangées longitudinales. 6 à 8 de ces lignes sont très distinctes sur le dos des jeunes spécimens.
Sa tête est à museau arrondi, avec des pupilles en forme de losange. Les yeux sont globuleux. Le sac vocal est interne double, sans ouverture chez la femelle et externe ; double et latéraux chez le mâle. La peau de la gorge abritant le sac vocal est fortement repliée. Les sacs vocaux sont gris foncé, bleu clair ou couleur crème.
Les membres postérieurs sont relativement courts mais très musclés, les cinq orteils sont palmés. Les membres antérieurs ont quatre doigts non palmés et sans tubercules.

Biologie

Ecologie

L’espèce est très ubiquiste, on la rencontre dans un grand nombre de zones humides des étangs au fleuve. Sa présence dépend notamment de la saison (saison sèche ou saison des pluies).

Comportement

L’espèce est susceptible de migrer lorsque les conditions pluviométriques ne lui conviennent pas. Les individus sont capables de parcourir jusqu’à 1,4 kilomètres en une seule nuit.
La fidélité au site utilisé serait d'un maximum de deux semaines. Le domaine vital de l’espèce serait d’environ 2 km² quelque soit le sexe.
Des interactions intraspécifiques agressives ont déjà été recensées. Cela pourrait expliquer la présence des grenouilles plus petites dans des habitats marginaux.

Reproduction

L’espèce dépose une faible quantité d’œufs sur chaque rocher de manière à réduire les risques en cas de prédation ou de dessiccation (les grenouilles seraient d’ailleurs capable de prédire la capacité de remplissage d’un étang en eau indépendamment de son volume actuel). De plus, cette grenouille évite de pondre des œufs dans un étang abritant déjà des têtards de la même espèce. Ce comportement ne serait pas uniquement destiné à limiter le cannibalisme mais interviendrait également pour éviter une concurrence pour les ressources alimentaires. Les têtards sont carnivores, elle s’attaque de préférence aux têtards d’autres espèces.
Les femelles montrent une variation annuelle de leur capacité de reproduction même lorsque les conditions environnementales sont constantes en termes de photopériode, de température, de précipitation et d’humidité. Elles sont toutefois aptes à se reproduire tout au long de l’animal, avec un minima entre octobre et janvier.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire de cette grenouille est composé essentiellement de matériel végétal et d’insectes (les Coléoptères, les Diptères, les Lépidoptères, les Hyménoptères et les Orthoptères), mais l’espèce s’alimente également de mollusques, de poissons, de larves et d’œufs.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

Cette espèce est très répandue dans l’ouest de l’Afrique. Elle est présente dans les pays suivants : Algérie, Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, République centrafricaine, Congo, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Kenya, Libéria, Libye, Mali, Maroc, Mozambique, Niger, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan, Tanzanie, Tchad, Togo, Ouganda, Zambie.

Statut de l’espèce

Non protégée

GB


Haut de page