Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > >


Invasions biologiques



Poisson rouge



Présentation d'une espèce introduite très commune : le Poisson rouge (Carassius auratus). Cette espèce originaire d'Asie a été introduite pour être implantée dans les aquariums et les bassins, avant d'être jeté dans le milieu naturel par les particuliers.


Présentation

Le poisson rouge aussi appelé carassin (Carassius auratus) est un poisson de la famille des Cyprinidae. Le corps est allongé, la queue et les nageoires petites par rapport au corps. Il était au départ doré, mais avec l'apparition de l'élevage en Chine il est devenu rouge, calico, blanc ou noir.
Cette espèce peut croître jusqu’à 41 cm de longueur, pour un poids de 2 kgs. L’espérance de vie en aquarium dépasse les 30 ans.

Cette espèce fréquente les cours d’eau, les lacs, les étangs, les zones humides comme les lagunes ou les fossés. Elle est capable de supporter une salinité élevée et de faible taux d’oxygène dissous.

Dans la nature, cette espèce s’alimente d’une grande variété de plantes aquatiques (comme les algues), de détritus, de vers, de crustacés, de petits insectes et d’escargots.

Origine

Cette espèce est originaire d’Asie. Elle est présente à l’état naturel dans le centre de l’Asie, en Chine et au Japon.

Raison de l’introduction

Cette espèce est utilisée comme poisson domestique pour les aquariums et les bassins. Elle a été relâchée (et l’est encore) dans la nature (rivières, étangs, lacs…) par de nombreux particuliers qui souhaitent se débarrasser de leurs poissons soit parce qu’ils n’en veulent pas, soit parce qu’ils sont devenus trop gros… Des populations sauvages de cette espèce se sont donc constituées dans beaucoup de régions, à cause de libérations, aussi bien intentionnelles qu'involontaires.

Impacts

Le passage des cyanobactéries dans l’intestin des poissons rouges stimule la croissance des cyanobactéries, qui va entraîner par la suite une prolifération des algues dans le milieu.
Les méthodes d’alimentation des poissons rouges peuvent également contribuer à la prolifération des algues entrainant une nouvelle suspension des nutriments qui étaient enfouis, et qui deviennent par conséquent de nouveaux disponibles pour les algues.

Un deuxième type d’impact provoqué par cette espèce est une prédation des œufs, des larves et des adultes des poissons indigènes.


Marquer et partager



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche