Vous êtes ici : > Accueil > Actualités > Surexploitation des espèces > La CITES refuse l’interdiction du commerce international de l'ours polaire


Surexploitation des espèces

La CITES refuse l’interdiction du commerce international de l'ours polaire



Après le refus de l’interdiction du commerce du Thon rouge, la CITES vient de refuser l’interdiction du commerce international de l’ours polaire. Cette proposition de classement de l’espèce en annexe 1 de la convention émanait des Etats-Unis mais des pays comme le Canada, le Danemark et la Norvège étaient contre cette interdiction.


Le classement de l’espèce en Annexe 1 a été rejeté au motif que la principale menace pesant sur l’espèce serait le changement climatique et la fonte des glaces, contribuant à réduire son habitat. Les Etats-Unis souhaitaient un classement à titre de précaution, les effectifs ayant chuté de 30 % au cours des quatre dernières décennies. L’Ours polaire avait été classé dès 1975 à l’Annexe 2 de la CITES, qui autorise un commerce règlementé. L’'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) a classé cette espèce comme « vulnérable » en 2008.

L'ours est chassé principalement pour sa peau, ses dents et ses os utilisés dans l'artisanat, mais aussi comme trophée de chasse. Environ 300 ours font l'objet d'un commerce international chaque année, principalement géré par les populations autochtones, dont 210 par les communautés inuits du Canada.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche