Vous êtes ici : > Accueil > Actualités > Bilan > L’environnement en Europe : Etat et perspectives 2010


Bilan

L’environnement en Europe : Etat et perspectives 2010



La politique environnementale de l'Union européenne et des pays voisins a conduit à des améliorations substantielles de l'état de l'environnement. Toutefois, les grands enjeux environnementaux demeurent ; ne pas les confronter provoquerait des conséquences importantes pour l'Europe.


Ce qui diffère en 2010 – comparé aux précédents rapports de l'AEE de la série L'environnement en Europe : état et perspectives – est une meilleure compréhension des liens entre ces enjeux mais aussi avec les grandes tendances mondiales, sans précédent jusqu'alors. Cela se caractérise par une plus grande appréciation de la nature systémique des risques et des vulnérabilités qui altèrent la sécurité des écosystèmes ; cela procure aussi des indications sur les insuffisances de gouvernance.

Les perspectives pour l'environnement en Europe sont mitigées mais les possibilités de rendre l'environnement plus résilient face aux risques et changements existent. Il s'agit notamment de moyens en informations et technologies environnementales inégalés, de méthodes adaptées pour la comptabilité des ressources naturelles et un engagement renouvelé envers les principes établis de précaution et de prévention ainsi que du pollueur-payeur et de rectification des dommages à la source.

Ces conclusions générales se nourrissent des 10 messages clés suivants :

L'appauvrissement continu en Europe des stocks du capital naturel et des flux de services écosystémiques finira par saper l'économie et éroder la cohésion sociale. Pour la plupart, ces changements négatifs résultent de l'utilisation croissante des ressources naturelles pour satisfaire les modes de consommation et de production. La conséquence en est une empreinte écologique importante en Europe et ailleurs.

Le changement climatique – L'Union européenne a réduit ses émissions de gaz à effet de serre et est en bonne voie de respecter ses engagements de Kyoto. Toutefois, les coupes européennes et mondiales d'émissions sont loin d'être suffisantes pour maintenir l'augmentation globale de la température moyenne en dessous de 2 °C. Des efforts accrus sont nécessaires pour atténuer les effets du changement climatique et mettre en place des mesures d'adaptation, augmentant ainsi la résilience de l'Europe.

Nature et biodiversite - Un vaste reseau d'aires protegees et de programmes visant a inverser la perte des especes menacees a ete etabli en Europe. Toutefois, l'alteration generalisee des paysages, la degradation des ecosystemes et la perte de capital naturel signifie que l'UE n'atteindra pas son objectif de stopper la perte de biodiversite d'ici a 2010. L'integration prioritaire de la gestion de la biodiversite et des ecosystemes dans l'elaboration des politiques est necessaire a tous les niveaux, particulierement pour l'agriculture, la peche, le developpement regional, la cohesion et l'amenagement du territoire.

Les ressources naturelles et les dechets - La reglementation environnementale et l'eco-innovation ont augmente l'efficacite des ressources dans certaines regions grace a un decouplage relatif entre la croissance economique et l'utilisation des ressources, les emissions et la production de dechets. Toutefois, le decouplage absolu demeure un defi, surtout pour les menages. Cela indique des besoins supplementaires d'amelioration des procedes de production, mais aussi de modification des habitudes de consommation.

Environnement, sante et qualite de vie - La pollution de l'eau et de l'air a diminue, mais insuffisamment pour obtenir une bonne qualite ecologique de toutes les masses d'eau ou pour assurer une bonne qualite de l'air dans toutes les zones urbaines. L'exposition generalisee a de multiples polluants et produits chimiques et des preoccupations au sujet des dommages a longterme pour la sante humaine impliquent la necessite, a plus grande echelle, de programmes de prevention de la pollution et l'utilisation d'approches de precaution.

Les liens entre l'etat de l'environnement en Europe et les diverses grandes tendances mondiales impliquent l'augmentation de risques systemiques. De nombreux facteurs de changement sont fortement interdependants et susceptibles de se derouler sur des decennies plutot qu'en annees. De par leurs consequences importantes, ces interdependances et tendances . dont beaucoup sont en-dehors de toute influence directe de l'Europe . generent des risques potentiels pour la resilience et le developpement durable de l'economie de l'Europe et de la societe. Une meilleure connaissance des liens et des incertitudes associees sera essentiel.

La notion d'une gestion dediee du capital naturel et des services ecosystemiques est un concept integrateur convaincant pour faire face aux pressions environnementales de multiples secteurs. L'amenagement du territoire, la comptabilite des ressources et la coherence entre les politiques sectorielles, mises en oeuvre a tous les niveaux, peuvent aider a l'equilibre entre la necessite de preserver le capital naturel et son utilisation pour soutenir l'economie. De plus, cette approche integree fournira un cadre pour mesurer les progres de facon plus large et sous-tendra l'analyse coherente de l'ensemble des multiples objectifs politiques.

L'efficacite et la securite accrues des ressources peuvent etre obtenues en utilisant, entre autres, une approche etendue au cycle de vie afin de refleter les impacts complets sur l'environnement des produits et activites. Cela peut reduire la dependance de l'Europe sur les ressources au niveau mondial et promouvoir l'innovation. Une tarification qui tienne pleinement compte des impacts de l'utilisation des ressources sera importante a cette fin pour l'industrie et le comportement des consommateurs. Organiser les politiques sectorielles en fonction de leurs besoins en ressources et des pressions environnementales permettrait d'ameliorer la coherence, un partage du fardeau plus efficace, d'optimiser les benefices sociaux et economiques, tout en contribuant a eviter des consequences imprevues.

La mise en oeuvre des politiques environnementales et le renforcement de la gouvernance de l'environnement continueront a fournir des benefices majeurs. Une meilleure mise en oeuvre des politiques sectorielles et environnementales permettra de s'assurer que les objectifs sont atteints et de fournir une stabilite reglementaire pour les entreprises. Un engagement plus vaste sur la surveillance de l'environnement, des mises a jour plus frequentes pour les polluants de l'environnement et les dechets, et l'utilisation des meilleures informations et technologies disponibles rendront la gouvernance environnementale plus efficace. Cela inclut de reduire les couts de long.terme d'assainissement a travers une action rapide.

La transformation en une economie europeenne plus verte assurera sur le long-terme la viabilite environnementale de l'Europe et des pays voisins. Dans ce contexte, un changement d'attitude sera important. Ensemble, les regulateurs, les entreprises et les citoyens pourraient participer plus largement dans la gestion du capital naturel et des services ecosystemiques, la creation de nouvelles et innovantes facons d'utiliser efficacement les ressources et la conception de reformes fiscales equitables. Par l'education et l'aide de divers medias sociaux, les citoyens peuvent etre engages dans la lutte contre les problemes mondiaux tels que la realisation de l'objectif climatique des 2°C.

Les premices pour de futures actions existent : la tache est de les aider a fructifier.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

Communiqués de presse



Voir sa fiche