Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Loisirs > Impact des activités récréatives sur les oiseaux d’eau


Loisirs



Impact des activités récréatives sur les oiseaux d’eau





Les activités humaines peuvent avoir un impact préjudiciable sur les populations d’oiseaux. Les effets peuvent aller de l’abandon des zones dérangées à la réduction du succès de reproduction et à l’augmentation des taux de mortalité. C’est le cas notamment des espèces d’oiseaux nichant au sol, comme les échassiers, qui sont particulièrement sensibles aux perturbations humaines.


Les activités humaines peuvent avoir un impact préjudiciable sur les populations d’oiseaux. Les effets peuvent aller de l’abandon des zones dérangées à la réduction du succès de reproduction et à l’augmentation des taux de mortalité. C’est le cas notamment des espèces d’oiseaux nichant au sol, comme les échassiers, qui sont particulièrement sensibles aux perturbations humaines. Une perturbation lors de la période d’incubation peut entraîner un problème de régulation de la température de l’œuf (hypothermie) ou encore augmente les risques de prédation durant l’absence du couveur.

L’augmentation des activités de pleine nature actuellement est donc susceptible de poser un problème de conservation de ces espèces. En effet, la fréquentation des zones naturelles (campagne, montagne ou milieu côtier) par l’homme à travers diverses activités (randonnée, vtt, loisirs motorisés, chasse, …) est susceptible d’occasionner un dérangement important de l’avifaune, et par conséquent un conflit avec la conservation de la nature.

Une étude réalisée en Angleterre sur le Pluvier doré (Pluvialis apricaria), espèce de l’annexe 1 de la Directive Oiseaux a permis de vérifier la présence d’un impact. Bien que cette espèce ne semble pas montrer de réactions durant la période d’incubation, les chercheurs ont pu constater une forte réaction des pluviers lors de l’élevage des poussins lorsque l’homme était situé à moins de 200 m du nid. Il semblerait donc que la sensibilité de l’espèce varie en fonction du cycle de reproduction avec une tolérance importante en période d’incubation, qui diminuerait par la suite lors de l’élevage des jeunes. L’impact anthropique serait donc principalement présent sur le succès d’élevage, plutôt que sur le succès d’éclosion. L'interruption répétée de l'alimentation à la suite de perturbations pourrait donc réduire le taux de croissance des poussins, et leur probabilité de survie.

Des mesures de gestion sur la fréquentation du public dans la zone concernée (réaménagement des sentiers) ont permis de diminuer cette distance et ainsi de réduire l’impact anthropique. Cet exemple démontre par conséquent la possibilité de trouver un compromis entre conservation de la nature et activités humaines.

Par conséquent, il est possible de réduire fortement l’impact des activités de loisirs sur les oiseaux d’eau à travers des mesures de gestion des habitats fréquentés à la fois par l’avifaune pour la reproduction et par l’homme pour les activités recréatrices. Un partage de l’espace qui permet de limiter l’étendue spatiale de la perturbation peut permettre de réduire les conséquences des activités humaines et permettre ainsi la conservation des espèces présences sur le site concerné. Toutefois des mesures plus restrictives devront être prises lorsqu’il s’agit d’un milieu fortement fragmenté ou soumis à une perturbation généralisée (littoral, plage,…).

Bibliographie


Burger, J., Gochfeld, M. & Niles, L.J. 1995. Ecotourism and birds in coastal New Jersey: contrasting responses of birds, tourists and managers. Environ. Conserv. 22: 56–65.

Gill, J.A., Sutherland, W.J. & Watkinson, A.R. 1996. A method to quantify the effects of human disturbance on animal populations. J. Appl. Ecol. 33: 786–792.

Hockin, D., Ounsted, M., Gorman, M., Hill, D., Keller, V. & Barker, M.A. 1992. Examination of the effects of disturbance on birds with reference to its importance in ecological assessments. J. Environ. Manage. 36: 253–286.

Leseberg, A., Hockey, P.A.R. & Loewenthal, D. 2000. Human disturbance and the chick-rearing ability of African black oystercatchers Haematopus moquini: a geographical perspective. Biol. Conserv. 96: 379–385.

Murison, G., Bullock, J.M., Day, J., Langston, R., Brown, A.F. & Sutherland, W.J. 2006. Habitat type determines the effects of disturbance on the breeding productivity of the Dartford Warbler Sylvia undata. Ibis 149 (Suppl. 1): 16–26. Stillman, R.A., West, A.D., Caldow, R.W.G. & Le V. dit Durell, S.E.A. 2007. Predicting the effect of disturbance on coastal birds. Ibis 149 (Suppl. 1): 73–81.

Novick, J.S. 1996. An Analysis of Human Recreational Impacts on the Reproductive Success of American Oystercatchers (Haematopus palliatus): Cape Lookout National Seashire, North Carolina. MS thesis, Duke University, Durham, NC

Pearce-Higgins, J. W., Finney, S. K., Yalden, D. W. & Langston, R. H. W. 2007. Testing the effects of recreational disturbance on two upland breeding waders. Ibis 149 (s1), 45–55. doi:10.1111/j.1474-919X.2007.00644.x

Strauss, E. & Dane, B. 1989. Differential reproductive success in a stressed population of piping plovers in areas of high and low human disturbance. Am. Zool. 29: 42A.

West, A.B., Goss-Custard, J.D., Stillman, R.A., Caldow, R.W.G., Le V. dit Durell, S.E.A. & McGrorty, S. 2002. Predicting the impacts of disturbance on shorebird mortality using a behaviour-based model. Biol. Conserv. 106: 319–328.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche