Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Invasions biologiques > Exemple d'une espèce végétale introduite : Carpobrotus sp.


Invasions biologiques



Exemple d'une espèce végétale introduite : Carpobrotus sp.





L’introduction d’espèces exogènes par l’homme est responsable d’un problème écologique majeur : c’est la deuxième cause d’extinction des espèces sur terre, après la fragmentation et la destruction des habitats.


On parle de fragmentation lorsqu’un écosystème de large étendu est transformé par action humaine en nombreux fragments, de taille réduite, isolés les uns des autres).

Depuis le néolithique (environ 10 000 ans), l’homme a introduit volontairement des espèces animales et végétales dans des lieux où elles n’existent pas réellement. Les raisons sont multiples : agriculture, ornementation, …

Le danger de l’introduction d’une espèce allochtone réside dans sa capacité à se naturaliser (environ une espèce sur dix). Ces espèces peuvent alors devenir envahissantes et provoquer de multiples nuisances sur les écosystèmes.
Elles provoquent souvent 
- Une modification de la dynamique des populations
- Une modification de la structure des communautés
- Une modification de la composition des écosystèmes et leurs fonctionnements
- Une accélération de l'extinction des espèces indigènes

Présentation


L’espèce Carpobrotus est un exemple de plante introduite et devenue envahissante suite à son introduction par l’homme vers 1800 en France. Plus connue sous le nom de « Griffes de sorcières », Carpobrotus est une plante vivace rampante et succulente appartenant à la famille des Aizoaceae.

Les Aizoaceae sont des plantes herbacées et des petits arbustes annuels ou vivaces, plus ou moins succulents. Ils ont des caractères xéromorphes leur permettant de survivre à des longues périodes d'insolations ou de sécheresse.

Introduction - Menaces


C’est une espèce d’origine sud africaine, introduite dans plusieurs régions du monde, notamment pour stabiliser les dunes et en guise de plantes ornementales, possédant des fleurs appréciées de certains de 5 à 8 cm de diamètre, jaune pour Carpobrotus edulis et magenta pour Carpobrotus affine acinaciformis.

Carpobrotus représente une sévère menace pour les espèces indigènes, pouvant entraîner une baisse de la diversité floristique, mais aussi une homogénéisation du milieu, des modifications au niveau des peuplements et des régimes alimentaires de la faune (pour ne considérer uniquement l’aspect environnemental).

Le succès de l’espèce, et de manière générale des espèces envahissantes, réside dans les capacités de reproduction de l’espèce. La conjugaison de la reproduction asexuée permettant une bonne colonisation du milieu et de la reproduction sexuée pour la transmission des génotypes favorables aux générations futures chez Carpobrotus, en est l’exemple.

Reproduction


Les deux types de reproduction sont observés chez Carpobrotus edulis, optimisant ainsi sa production de graines qui peut être considérée comme une alternative de reproduction.
L’autre taxon, Carpobrotus affine acinaciformis, est moins compétitif : la maturation des fruits est moindre, les graines sont moins nombreuses et les stratégies de reproduction moins nombreuses également.

La dispersion des graines est réalisée notamment par les mammifères herbivores et frugivores, comme les lapins, les lièvres ou les cerfs. Chez les animaux frugivores, la dispersion peut être faite par endozoochorie (absorption de la graine par l’animal qui va résister au passage dans l’intestin, et qui sera relâchée plus loin, la distance étant variable suivant l’animal).
Cette interaction entre plante et mammifères contribue à l’expansion de Carpobrotus.
Un seul individu peut former des nattes denses et circulaires pouvant s’étendre sur 20 mètres de large. La croissance dépend de l’habitat, avec de hautes performances dans les dunes de sables insulaires.

Lutte


La lutte contre l’extinction des espèces passe par l’arrêt de l’introduction d’espèces exotiques par l’homme, et le contrôle des espèces déjà introduites et envahissantes.
Dans le cas de Carpobrotus, la réduction de ses effectifs passe par une limitation de la production de graines pour Carpobrotus edulis et par un contrôle mécanique pour Carpobrotus affine acinaciformis.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche