Vous êtes ici : > Accueil > Menaces > Pollution > Polluant : dioxyde de souffre


Pollution



Polluant : dioxyde de souffre





Le dioxyde de soufre (ou anhydride sulfureux) est un composé chimique constitué de deux atomes d'oxygène et d'un atome de soufre. Il est considéré du point de vue de la protection de l’environnement comme un polluant majeur.


Présentation


Le dioxyde de soufre (ou anhydride sulfureux) est un composé chimique constitué de deux atomes d'oxygène et d'un atome de soufre ; sa formule brute est : SO2. Le SO2 est un gaz dense, incolore et toxique ; son inhalation est fortement irritante.

Le dioxyde de soufre est utilisé comme désinfectant, antiseptique et antibactérien ainsi que comme gaz réfrigérant, agent de blanchiment et comme conservateur de produits alimentaires, notamment pour les fruits secs, dans la production de boissons alcoolisées et plus spécialement dans la fabrication du vin.

Emetteurs


Les rejets de SO2 sont dus en grande majorité à l'utilisation de combustibles fossiles soufrés (charbon, lignite, coke de pétrole, fuel lourd, fuel domestique, gazole). Tous les utilisateurs de ces combustibles sont concernés. Quelques procédés industriels émettent également des oxydes de soufre (production de H2SO4, production de pâte à papier, raffinage du pétrole, etc.). Même la nature émet des produits soufrés (volcans).
Les plus gros émetteurs sont généralement les centrales thermiques, les raffineries, les grandes installations de combustion, etc.

En France, le raffinage du pétrole est l’activité la plus émettrice de dioxyde de souffre (22%). Parmi les cinq principales, on retrouve ensuite la production d’électricité (21%), la chimie (9,7%), les activités résidentielles (7,6%) et l’exploitation des minéraux non métalliques et des matériaux de construction (7%).

Depuis 1990, les émissions ont baissé de 67% (-902 kt) et de 86% depuis 1980 (-2 723 kt). De plus, tous les secteurs ont vu leurs émissions diminuer.
Cette forte baisse s'explique notamment par la baisse des consommations d’énergie fossile du fait de la mise en œuvre du programme électro-nucléaire, par les actions mises en place visant à économiser l’énergie, par les dispositions réglementaires environnementales mises en œuvre (comme par exemple la baisse de la teneur en soufre du fioul domestique au 1 er janvier 2008 (Directive 99/32/CE du 26 avril 1999)), et par les progrès réalisés par les exploitants industriels en faveur de l’usage de combustibles moins soufrés et l’amélioration du rendement énergétique des installations.

Impacts


Le dioxyde de soufre est considéré du point de vue de la protection de l’environnement comme un polluant majeur.

Lorsqu’il se combine avec l'eau et l'oxygène atmosphérique, le dioxyde de soufre est l'une des principales causes des pluies acides (avec le dioxyde d'azote), perturbant, voire détruisant des écosystèmes fragiles. De plus, le SO2 est responsable également de l'acidification des océans, ce qui met ainsi l'existence des planctons en péril. Or ces planctons produisent la moitié de l'oxygène terrestre, leur disparition réduira considérablement la quantité d'oxygène sur Terre, ce qui ne sera pas sans conséquence pour sur la vie sur Terre.

D’un point de vue humain, c'est un gaz irritant qui agit en synergie avec d'autres substances notamment les particules en suspension. Il est associé à une altération de la fonction pulmonaire chez l'enfant et à une exacerbation des symptômes respiratoires aigus chez l'adulte (toux, gêne respiratoire). Les personnes asthmatiques y sont particulièrement sensibles.


Marquer et partager


Dans la même thématique


Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche