Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Hotspot > La Province floristique de Californie


Hotspot



La Province floristique de Californie





La Province floristique californienne est une zone de type méditerranéenne, avec le climat et le niveau élevé d'endémisme floristique qui caractérise cette région. Le hotspot abrite le séquoia géant, le plus grand organisme vivant, ainsi que le séquoia côtier. La destruction du milieu naturel causée par l'agriculture est une menace majeure pour la région.


Cette région contient également un certain nombre d'espèces endémiques menacées telles que le rat kangourou géant (Dipodomys ingens) et une salamandre du désert (Batrachoseps aridus), et certains des derniers individus du Condor de Californie peuvent encore être trouvés ici (espèce en danger critique d’extinction). Il s’agit de la plus grande zone de reproduction avifaunistique des États-Unis.

La destruction du milieu naturel causée par l'agriculture commerciale est une menace majeure pour la région, la Province floristique californienne génère la moitié de tous les produits agricoles utilisés par les consommateurs américains. Le hotspot est également fortement menacé par l'expansion des zones urbaines, la pollution et la construction de routes.

La Province floristique californienne est caractérisée par des étés chauds et secs et frais, des hivers humides. La région contient un large éventail d'écosystèmes, y compris des steppes à armoises, des terres arbustives, des zones côtières à maquis, genévrier et pinède, des montagnes à forêt subalpine, des forêts alpines, des forêts riveraines, des forêts de cyprès, des forêts mixtes, des forêts de sapin de Douglas, des forêts de séquoias, des dunes côtières et des marais salants. Aujourd'hui, environ 80.000 kilomètres carrés (24,7%) de la végétation d'origine, demeure plus ou moins en parfait état.

Une biodiversité unique et menacée


Flore

Comme dans les autres écosystèmes de type méditerranéens, la province floristique californienne se distingue par le plus haut taux d’endémisme de ses plantes que ses animaux. Sur les 3500 espèces de plantes vasculaires dans le hotspot, plus de 2120 (61%) ne sont présentes nulle part ailleurs dans le monde. Environ 52 genres de plantes endémiques sont également présents.
L’important endémisme floristique s’explique par la topographie variée, les zones climatiques, la géologie et les sols. Le nombre d'espèces de plantes vasculaires dans le hotspot est plus important que le nombre total d'espèces du centre et du nord des États-Unis ainsi que des parties adjacentes du Canada, une zone dix fois plus grande que le hotspot.

Quatre sous-régions dans le hotspot centers présentent une diversité végétale particulièrement importante : la Sierra Nevada, les zones transversales dans le sud de la Californie, la région du « Klamath Siskiyou » dans les chaînes de montagnes côtières de la Californie et de l'Oregon, et les zones côtières. Le Klamath-Siskiyou est le foyer de la plus grande diversité de conifères dans le monde.
En outre, la présence d’habitats à serpentine le long de zones de failles dans la région centre et nord de la côte, du niveau de la mer à une altitude de 2900 mètres. Grâce aux caractéristiques physiques et chimiques des sols, ces habitats sont pauvres en éléments nutritifs, ce qui a conduit à la mise en place d'une flore spécialisée et diversifiée. Il a été estimé que les espèces de plantes endémiques poussant sur la serpentine représentent 10% des espèces endémiques du hotspot.

Le hotspot est aussi remarquable car il abrite deux espèces d'arbres endémiques : le séquoia géant (Sequoiadendron giganteum) et le séquoia côtier (Sequoia sempervirens). Le séquoia géant, qui est encore présent dans 75 bosquets de la Sierra Nevada, est l’espèce la plus massive sur Terre, atteignant des hauteurs de 75 mètres et de 30 mètres circonférence pour les plus vieux arbres. Certains séquoias ont atteint des hauteurs jusqu’à 105 m, mais avec une circonférence moins importante.

Vertébrés

Oiseaux

Bien qu'il y ait moins de 10 espèces d'oiseaux endémiques dans le hotspot, sur un total de plus de 340 recensées, plus d'espèces d'oiseaux se reproduisent dans cette région que partout ailleurs aux États-Unis. Il existe deux zones d'oiseaux endémiques (Endemic Bird Area - EBA), telle que définie par BirdLife International, dans le hotspot. L'une de ces EBA, l'île de Guadalupe, est l'aire de répartition du Junco de Guadalupe (Junco insularis, CR), le maintenant disparu Caracara de Guadalupe (Polyborus lutosus) et le Pétrel tempête de Guadalupe, le dernier enregistrement datant de 1912.
Le condor de Californie (Gymnogyps californianus, CR), le plus grand oiseau d'Amérique du Nord, a son principal bastion dans ce hotspot. Il ne restait plus que 25 à 35 condors dans les années 1970, mais les programmes d’élevages en captivité ont permis d’augmenter la population à plus de 100.

Mammifères

Sur les plus de 150 espèces de mammifères du hotspot, environ 20 sont endémiques de la région. Plusieurs espèces de grands mammifères, une fois trouvées ont été éliminées de la Californie depuis l'arrivée des colons européens. Il s'agit notamment du grizzli (Ursus arctos), du loup gris (Canis lupus), du jaguar (Panthera onca), et des bisons (Bison bison). Ironie du sort, le grizzli apparaît sur le pavillon de l’état de Californie et a été le symbole de l'État pendant plus de 150 ans. Un chasseur a abattu le dernier grizzly de Californie en 1920. Bien qu'il y ait des observations occasionnelles de jaguar signalées dans le sud de l'Arizona, ce chat a été repoussé de la plupart de sont aire de répartition des États-Unis. Le dernier jaguar en Californie a été abattu à Palm Springs en 1860. D'autres espèces de mammifères phares qui se produisent dans le hotspot sont le renard à grandes oreilles (Vulpes macrotis), le renard des îles (Urocyon littoralis, CR) comportant six sous espèces confinées aux six plus grandes îles des huit « Channel Islands », l'élan de Roosevelt (Cervus elaphus roosevelti), l’Elan de Tule (Cervus elaphus nannodes), respectivement le plus grand et le plus petit de la sous-espèce nord-américaine. L’Elan de Tule était sur le point de disparaître à la fin des années 1800. Aujourd'hui, la protection de l'habitat et l’amélioration génétique ont contribué à établir une population sauvage de plus de 1000 animaux.

Reptiles

Quatre des 70 espèces de reptiles du hotspot sont endémiques, dont deux qui se trouvent sur les îles de Cedros, au large de la péninsule de Baja California : le crotale dimantin de l'île de Cedros (Crotalus Exsul) et le Lézard cornu de l'île de Cedros (Phrynosoma cerroense). Un certain nombre d'espèces ont une population fragmenté ou peu importante, y compris le Côte patch-nez serpent (Salvadora hexalepis virgultea), le crotale diamantin rouge (Crotalus ruber), et la couleuvre à collier américaine (Diadophis punctatus).

Amphibiens

On rencontre les niveaux les plus élevés d’endémismes dans le hotspot avec les amphibiens, avec plus de la moitié des 50 espèces présentes dans le hotspot qui sont endémiques. La région est remarque notamment pour son taux élevé d’endémisme des salamandres. Le genre le plus diversifié de salamandre est Batrachoseps qui est presque endémique à ce hotspot. Il comprend la Salamandre mince de la montagne de San Gabriel (Batrachoseps Gabrieli), récemment découvert dans les montagnes de Los Angeles. Deux représentants de salamandre du genre Hydromantes sont endémiques à cette région. Ce genre est intéressant car il dispose d'une distribution exceptionnellement disjointe ; on retrouve d’autres de ses membres dans la région de la Méditerranée du sud de l'Italie et la France. D’autres espèces de salamandres sont arboricoles, comme les membres du genre Aneides, qui montent au sommet des plus hauts séquoias, et l’endémique salamandre tigre de Californie (Ambystoma californiense, VU), qui est apparue comme un important point de discorde entre les conservateurs et les développeurs des comtés de Santa Barbara. Les rares crapauds d’Arroyo (Bufo californicus, EN), un crapaud de montagne trapu trouvé dans le hotspot, sont protégé en vertu de la US Endangered Species Act.

Poissons

Le hotspot a un nombre relativement peu important de poissons dans les terres intérieures (environ 70 espèces), à cause de son isolement de l’importante population de poissons de la grande Amérique du Nord par les montagnes de l’ouest et les déserts.

Invertébrés

Le hotspot possède également une impressionnante diversité d'invertébrés. L'État de Californie abrite selon les estimations environ 28.000 espèces d'insectes, dont 9000 qui sont endémiques (32%). Ces espèces constituent environ 30% de tous les insectes présents aux États-Unis et au Canada.

Impact anthropique


Les écosystèmes naturels du hotspot sont face à de graves menaces de la part des activités humaines et du développement. L’économie californienne se classerait parmi le top sept des pays dans le monde. L’Etat californien est le plus peuplé (estimé à 35 millions de personnes en 2002) et l’état avec la plus forte croissance des États-Unis. La Californie fournie la moitié de tous les produits agricoles consommés aux États-Unis chaque année. Les pressions directes sur les écosystèmes incluent l’urbanisation, la pollution, la destruction deshabitats, l'expansion à grande échelle de l'agriculture, l’extraction minière et pétrolière, les espèces exotiques envahissantes, la construction de routes, le pâturage du bétail, l'exploitation forestière, l’utilisation de manière croissante des véhicules hors route, et la suppression des incendies naturels.

Les pressions de la population ont fait de la Californie l'un des quatre états les plus écologiquement dégradés dans le pays. Les huit écosystèmes les plus menacées de la nation sont représentés : les plages et les côtes, le sud de la Californie avec les brousses à sauge côtières, les grands fleuves et rivières, les forêts riveraines californiennes et les zones humides, les prairies, les vieilles forêts de pins ponderosa, les écosystèmes de grottes karstiques, et les forêts anciennes du Pacifique Nord-Ouest, qui comprennent les séquoias côtiers.

Les prairies naturelles dans le hotspot ont été réduites à environ 1% de leur taille initiale par la conversion des terres naturelles en champs agricoles et zones de pâtures pour le bétail, pour le développement urbain, ou encore l'invasion des graminées exotiques. Les magnifiques forêts de séquoia qui, qui occupèrent par le passé 8.000 km le long de la côte californienne, ont été réduites par l'exploitation forestière intensive à 15% de leur surface initiale au cours de 150 dernières années (même si dans un certain nombre de coins, il y a eu de la régénération). Une autre menace importante sur les écosystèmes comprend les zones humides, les forêts riveraines et maritimes de sauges qui ont toutes été réduites à 10% ou moins de leur superficie initiale. Les zones humides sont détruites par le comblement et le détournement de l'eau pour la production agricole, industrielle et résidentielle. La réduction des zones humides est accompagnée par le déclin des coquillages, poissons, oiseaux aquatiques et des populations qui dépendent de ces habitats. Les forêts riveraines font elles face à des menaces de l'exploitation forestière, le pâturage, et le développement (ayant été réduit d'environ 90%), tandis que les garrigues de sauges côtières sont menacées par le développement des habitations, le développement commercial, et l'usage croissant des véhicules hors route.

Aujourd'hui, environ 25 % de la végétation native du hotspot reste plus ou moins en parfait état.

Actions de conservation et aires protégées


Un peu moins de 110.000 km, ou 37% de la superficie totale des terres du hotspot, est sous protection officielle, bien que moins d'un tiers de ces 37% est dans les catégories de l'UICN I à IV. Parmi les moyens de protection présents dans cette région, on trouve plusieurs parcs nationaux (dont deux dans le nord de la Baja California), près de 50 zones sauvages (géré par l’U.S. Forest Service), 16 refuges de faune national (géré par l’U.S. Fish and Wildlife Service) 107 parcs d'État, six installations militaires américaines, et plus de 50 domaines gérés par des ONG. La création d'un grand nombre de ces zones protégées a été le résultat des efforts dévoués des organismes de conservation, y compris le Sierra Club, The Nature Conservancy, et la Société pour la nature.

Le hotspot inclut deux des plus anciens parcs nationaux établis dans les États-Unis: le « Yosemite National Park » et le « Sequoia National Park » (qui assure la protection de la biodiversité dans le sud de la Sierra Nevada) ont été créés dans les jours qui suivent l'un de l'autre en 1890. Parmi les autres parcs nationaux de la région : « Redwood National Park », a été établi officiellement en 1968 (et élargi en 1978) et le « 1010-km Channel Islands National Park », une série d'îles au large de la côte sud de la Californie qui assure la protection des colonies de nidification des oiseaux marins et la reproduction des populations de phoques et lions de mer, ainsi que l'île Fox. Dans les dernières décennies, la Californie a dépensé plus d'argent sur la conservation et a mis de côté des habitats pour leur protection que tout autre État des États-Unis. Néanmoins, la situation en Californie, la plus riche des États-Unis, sert comme un rappel important que la perte de biodiversité et le manque d'une protection adéquate pour les écosystèmes uniques et menacés n’est pas seulement un problème des pays développés.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche