Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Hotspot > L'Irano-anatolien


Hotspot



L'Irano-anatolien





Formant une barrière naturelle entre le bassin méditerranéen et les plateaux arides de l'Asie occidentale, les montagnes et les bassins qui composent ce hotspot contiennent de nombreuses zones d'endémismes. On retrouve près de 400 espèces endémiques de plantes dans l'Anatolie intérieure et 1200 espèces de plantes endémiques en Turquie.


La topographie complexe et le vaste système de montagnes et de bassins fermés qui composent le hotspot irano-anatolien, forment une barrière naturelle entre les écosystèmes méditerranéens et les plateaux arides de l’Asie occidentale. Le hotspot couvre 899 773 km², soit une grande partie du centre et de l’est de la Turquie, une petite partie du sud de la Géorgie, la province du Nahçevan en Azerbaïdjan, une grande partie de l’Arménie, l’Irak du nord, le nord et l’ouest de l’Iran et le nord du Turkménistan.

L’altitude dans le hotspot varie d’une gamme de 300 mètres au pied du Kopet Dag et à l’ouest des montagnes Zagros, à plus de 5000 mètres pour les volcans éteints du mont Ararat en Turquie (5165 mètres) et du mont Damavand en Iran (5671 mètres).
Les plateaux d'Anatolie, d'Arménie et de l'ouest de l'Iran se situent entre 800 et 2000 mètres. Historiquement, les montagnes ont servi à la fois de zones refuges et de corridors entre la Méditerranée orientale et l’Asie occidentale, expliquant ainsi la présence de plusieurs zones d’espèces endémiques.

Le climat est continental, avec des étés chauds et des hivers très froids. Les précipitations annuelles varient de 100 mm à plus de 1000 millimètres, la plupart tombant en hiver et au printemps. Le principal habitat du hotspot est les forêts steppiques de montagne, des forêts de feuillus à chêne dominant dans l'ouest et au sud (Anatolie et montagnes Zagros) et forêts de genévrier dans l'est (versant sud de l'Elburz et les montagnes Kopet Dag). Une vaste zone à végétation subalpine et alpine couvre les sommets des montagnes, et des formations à coussin épineux se trouvent dans la zone subalpine. On retrouve également des glaciers permanents dans la zone alpine de la Turquie et les montagnes de Hakkâri Cilo.


Biodiversité


Flore

Le hotspot abrite au moins 6000 espèces de plantes, dont environ 2500 d'entre elles sont endémiques. Cela comprend plusieurs petites zones d'endémisme, y compris le Kopet Dag, qui a 332 espèces endémiques, et les monts Zagros qui ont au moins 500 espèces endémiques.

Certains des espèces végétales les plus intéressantes du hotspot sont des plantes halophiles extrêmement localisées en Anatolie et Iran. Ces plantes poussent dans les steppes salées des bassins fermés Irano-Anatolien et se sont adaptées à des conditions extrêmes de sécheresse, les sols salins avec des températures élevées et peu d'eau. Seules ces espèces physiologiquement spécialisées (appartenant aux familles des Chenopodiaceae et des Plumbaginaceae) peuvent survivre dans des sols salins.

Des centaines de localités uniques de présence de plantes endémiques sont présentes en Turquie. La plupart d’entre elles sont menacées, comme des nombreuses orchidées qui sont collectées illégalement en grande quantité pour la production d'une boisson traditionnelle populaire appelé sahlep. En raison de la rapide diminution des espèces d'orchidées en Turquie, la collecte s’est élargie à l'Iran.


Vertébrés

Oiseaux

Il ya plus de 360 espèces d'oiseaux qui se reproduisent régulièrement dans la zone irano-anatolienne, bien qu'aucun n’est endémique. Néanmoins, plusieurs oiseaux menacées à l'échelle mondiale ont d'importantes populations reproductrices dans le hotspot : l'Erismature à tête blanche (Oxyura leucocephala, EN), la Grande outarde (Otis tarda, VU), le Canard marbré (Marmaronetta angustirostris, VU), et l'Aigle impérial (Aquila heliaca, VU). Un quart de la population mondiale du Pluvier sociable (Vanellus grégaire, CR) s’arrête dans les plateaux de l'Est de l'Anatolie à l'automne. En outre, une forte proportion de la population mondiale de Roselin à ailes roses (Rhodopechys sanguinea), de Traquet de Finsch (Oenanthe finschii), de Traquet à queue rousse (Oenanthe xanthoprymna), d’Hypolaïs d’Upcher (Hippolais languida), d’Iranie à gorge blanche (Irania gutturalis) et de Sitelle des rochers (Sitta tephronata) se produisent dans le hotspot.

Les zones humides du Tuz, du Van et de l’Urumiyeh en Turquie et en Iran abritent d’importantes colonies reproductrices d’oiseaux d’eau, notamment le Flamant rose (Phoenicopterus ruber), le Pélican blanc (Pelecanus onocrotalus), la Spatule blanche (Platalea leucorodia), l’Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus). Ces zones humides sont également importantes pour les oiseaux migrant le long des voies Afrique-Eurasie. Lors des hivers doux, elles peuvent abriter plus de 100 000 oies et canards en hivernage.

40 000 couples de Flamants roses se reproduisent entre l’Iran et la Turquie, principalement dans le lac Tuz en Turquie et le lac Urumiyeh en Iran. Il n’y a eu aucune reproduction dans le lac Urumiyeh depuis 2000 en raison de la sécheresse. Ces lacs sont le seul grand site de reproduction avec la Camargue (France) et le Rann de Kutch (Inde).

Mammifères

Plus de 140 mammifères sont présents dans le hotspot, dont environ 10 espèces endémiques. La plupart de ces espèces endémiques sont des rongeurs comme la Merione de Dahl (Meriones dahli, EN) et un campagnol récemment décrit dans le nord de l’Iran (Microtus quzvinensis).

La région irano-anatolienne était autrefois habitée par plusieurs sous-espèces de l’Hémione o âne sauvage d'Asie (Equus hemionus, VU). Aujourd'hui, seuls quelques centaines d'individus d’une sous-espèce de cet âne, l’Onagre (Equus hemionus onager, CR) persistent dans le Bahram-e-Goor (Iran). Une autre sous espèce d’âne, le Kulan (Equus hemionus kulan, CR), ne survit que dans une seule population dans la réserve naturelle de Badkhyz dans le sud du Turkménistan, à la limite externe du hotspot.

Parmi les plus importantes espèces phares dans ce hotspot, on trouve le Guépard asiatique (Acinonyx jubatus venaticus, CR), environ 60 individus, dans le sud du Kopet Dag en Iran. Un autre félin, le Tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata, EX) a été récemment signalé dans le nord des montagnes Zagros en Turquie. Toutefois, cette information exige une enquête plus poussée, ce dernier ayant été signalé comme éteint par le passé.


Reptiles

Les reptiles sont représentés par plus de 115 espèces, dont environ une douzaine d'espèces endémiques. On trouve ainsi quatre espèces endémiques et menacées de vipères à répartition très restreinte : Vipère de Darevsky (Vipera darevskii, CR), la Vipère de montagne (Vipera albizona, EN) qui se trouve dans seulement 20 km ² de talus rocheux dans le Kulmaç Da?i de l'Anatolie centrale, la Vipère de Wagner (Vipera wagneri, EN), près du lac de Urumiyeh en Iran et en Turquie orientale; et la Vipère de Latifi (Vipera Latifi, VU) dans les montagnes d’Elburz.


Amphibiens

Environ 20 espèces d'amphibiens se reproduisent dans le hotspot, dont deux salamandres endémiques et menacées du genre Neurergus : Neurergus microspilotus (VU) présente uniquement sur la montagne d’Avroman à la frontière entre l'Irak, l’Iran et la Turquie, et Neurergus Kaiseri (EN), qui se trouve seulement en Iran. Les deux espèces ont subi une baisse au cours des dernières années en raison de la destruction de l'habitat, la pollution et la sécheresse.

Poissons d'eau douce

Environ un tiers des quelque 90 espèces de poissons d'eau douce dans le hotspot sont endémiques, principalement dans des bassins et des lacs (comme le bassin de Konya, le bassin du lac Tuz, le bassin du lac Van, et le lac Urumiyeh) et des cours d'eau. Plusieurs de ces espèces sont menacées à l'échelle mondiale, comme Salmo platycephalus (CR).

Une des espèces de poissons endémiques, Chalcalburnus tarichi, a été utilisé comme une espèce emblématique par les ONG de conservation dans la province de Van pour déclencher l'intérêt dans la conservation du bassin du lac Van en Turquie orientale. Le rapide déclin de l'espèce, qui a également une valeur commerciale locale, a attiré l'attention des acteurs locaux et nationaux sur le problème environnemental touchant le lac de Van. Un certain nombre de projets de conservation ont été lancés depuis lors dans la zone pour protéger le bassin.


Invertébrés

Bien que la faune invertébrée ne soit pas bien étudiée, elle est connue pour être particulièrement riche en espèces de papillons, avec au moins 350 espèces. Au moins 240 d'entre eux sont trouvés en Turquie, près de 20 sont endémiques. Plusieurs espèces menacées au plan mondial se produisent dans ce hotspot (ex : Polyommatus dama (EN)). Le hotspot est également connu pour être la partie de la région paléarctique la plus riche pour les scorpions, avec plus de 40 espèces décrites, dont la moitié au moins serait endémique.


L’impact anthropique


La plus grande menace sur la partie turque de l'Anatolie est le développement de l'irrigation pour l'agriculture et les infrastructures associées, comme les barrages. Par exemple, dans le bassin du Konya, l'usage excessif de l'eau pour le sucre de betterave a entraîné la perte d’un grand nombre de grandes zones de steppe et de lacs. Le lac Sevan en Arménie et les zones humides de la montagne Javakheti en Géorgie sont également en grande partie détruite. Et dans la seule vallée d'Ararat, 1500 km ² de marécages ont été asséchés pour le développement agricole.

D'autres menaces ont conduit à une perte de l'habitat dans le hotspot, notamment le surpâturage, la surexploitation des plantes ligneuses pour le bois de feu et l'exploitation minière. Les tensions politiques et les opérations militaires en Irak, en Iran et en Turquie ont également entraîné la perte des forêts et des zones humides. Aujourd'hui, plus de 90% des steppes naturelles de la région ont disparu, bien que les alpages couvrant les parties supérieures des montagnes soient à peu près intacts. En Iraq, seulement 4% des forêts naturelles demeurent. Les seules zones forestières intactes sont inaccessibles sur les montagnes du sud de la Turquie et dans les territoires voisins de l'Iran. Au total, pas plus de 15% de la végétation originelle de cet habitat reste intact.

Les impacts de l'augmentation de la déforestation et du surpâturage, aggravés par un doublement de la population humaine depuis le début des années 1970, ont conduit à un déclin de nombreuses espèces. De nombreuses espèces de steppe, comme la Grande outarde, ont diminué de façon spectaculaire à la suite de l'expansion de l'agriculture et des projets d’amélioration des cultures.


Les mesures de conservation et les aires protégées


Environ 7% de la superficie du hotspot est soumis à une forme de protection aujourd'hui. Toutefois, moins de la moitié de ces terres - environ 3% - est inclus dans les aires protégées de l'UICN catégories I à IV. Parmi les plus importantes aires protégées dans la région, on trouve le lac Tuz dans le centre de la Turquie, qui avec ses 7000 km ² est la plus vaste aire protégée du hotspot. Puis on trouve la réserve d’Alborz-e-Markazi dans le centre de la montagne d’Elburz avec 4000 km& et les 4640 km ² du parc national d’Urumiyeh en Iran, et le Parc national Sevan en Arménie. Tous les pays dans le hotspot, à l'exception de l'Iraq, font parti de la Convention de Ramsar relative aux zones humides d'importance mondiale, et il ya neuf sites Ramsar dans le Hotspot: deux en Turquie, cinq en Iran et deux en Arménie.

Un nouveau concept à l'essai dans le domaine est le développement des zones clés pour la biodiversité représentant les sites les plus importants pour la conservation de la biodiversité mondiale. La Turquie est l'un des premiers pays au monde à identifier à la fois les zones clés pour les oiseaux et la biodiversité. Bien que 85% de ces zones clés ne sont pas encore bien protégées, un programme national de conservation a été initiée par la Société Turque pour la Nature, en collaboration avec les institutions gouvernementales et les ONG pour promouvoir la protection de ces zones.

En Iran, la principale loi traitant de la conservation de la nature (Environmental Protection and Enhancement Act) date de 1974. Les quatre principaux types de zones protégées du pays fournissent une bonne couverture de tous les principaux habitats. Un certain nombre d'ONG travaille en Iran pour la conservation des espèces phares, comme le Daim de Perse (Dama dama mesopotamica), qui était sur le point de disparaître à la fin des années 1980.

Il n'existe actuellement pas de législation pour la conservation ou la protection de la biodiversité en Irak. Plusieurs centres d’élevage d’animaux sauvages existent, et un certain nombre de parcs naturels sont gérées pour les loisirs, mais pas la conservation de la faune. Une Fondation nationale sur les forêts a été créée, en partie pour protéger les forêts restantes dans la région Zagros.

Le Turkménistan est toujours entrain de développer ses lois sur l'environnement. Bien que certaines réserves naturelles contribuent à la protection de la diversité des forêts du Kopet Dag, ils manquent souvent d'une gestion efficace.

Globalement, le manque d'expertise et l'instabilité politique sont le principal obstacle à la conservation de la biodiversité dans la région irano-anatolienne. Les aires protégées existantes devraient être élargies, et mieux gérés. Malheureusement, les zones les plus conservées avec un fort endémisme du hotspot - la partie nord de la montagne du Zagros, la Turquie, l'Iraq et l'Iran - ont également été le théâtre de plusieurs opérations militaires pendant de nombreuses années.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche