Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Hotspot > Le Bassin méditerranéen


Hotspot



Le Bassin méditerranéen





La flore du bassin méditerranéen est exceptionnelle, elle comporte près de 22500 espèces de plantes vasculaires, soit plus de quatre fois le nombre dans tout le reste de l'Europe. Ce hotspot contient également de nombreuses espèces de reptiles endémiques.


Le Bassin méditerranéen s’étend d’ouest en est du Portugal à la Jordanie, et du nord au sud de l’Italie au Maroc. Ce hotspot, le seul au monde comportant cinq régions climatiques, s’étale sur plus de 2 millions de kilomètre carrés (2 085 292 km²). Il inclut en sus des pays cités ci-dessus, l’Espagne, la France, les pays des Balkans, la Grèce, la Turquie, la Syrie, le Liban, l’Israël, l’Egypte, la Libye, la Tunisie et l’Algérie. Il comporte également près de 5000 îles disséminées dans la mer Méditerranée (Açores, Macaronaisie, Madère, Cap vert,...).

La position du bassin Méditerranéen, à l’intersection de deux grandes surfaces : l’Afrique et l’Eurasie, a contribué à sa grande diversité paysagère. La région contient ainsi des montagnes dont l’altitude est supérieure à 4500m, des péninsules et un des plus grands archipels du monde. Le climat du bassin méditerranéen est dominé par des hivers frais et humides, et des étés chauds et secs, et les précipitations varient entre 100 millimètres et 3000 millimètres.

La majeure partie de ce hotspot était autrefois couverte de chêne dans les forêts sempervirentes, décidues et de conifères. Mais 8000 ans d’activités humaines ont nettement modifié la végétation caractéristique. Aujourd’hui, le type de végétation le plus répandu est le matorral à Juniperus, Myrtus, Oleas, Phillyrea, Pistacia et Quercus. Certains éléments importations de la végétation méditerranéenne (Arbutus, Calluna, Ceratonia, Chamaerops, et Larus) sont les vestiges des forêts anciennes qui ont dominé le bassin durant deux millions d'années.


Une biodiversité unique et menacée


A l’instar des autres écosystèmes de type méditerranéen, le bassin méditerranéen comporte des taux élevés de diversité végétale et d’endémisme. Mais on y retrouve toutefois qu’une faible proportion de mammifères et d’oiseaux en comparaison avec d’autres hotspots. La mammofaune et l’avifaune sont en grande partie dérivées de zones biogéographiques extra méditerranéennes, avec des mammifères provenant essentiellement de l’Eurasie et de l’Afrique, alors que l’avifaune provient de l’Eurasie et des zones semi-arides du sud. Les mammifères d'Afrique du Nord ont plus d’affinités avec l'Afrique tropicale que le bassin méditerranéen. D'autre part, les reptiles et les amphibiens, sont constitués uniquement d’espèces méditerranéennes, et ont des niveaux plus élevés d'endémisme.


Flore

Sur les 22500 espèces de plantes vasculaires dans ce point chaud, environ 11700 (52 %) ne se trouvent nulle part ailleurs dans le monde. Les espèces endémiques sont principalement concentrées sur les îles, les péninsules, les falaises rocheuses et les pics montagneux. L'endémisme à un plus hait niveau est très réduite, avec seulement deux familles endémiques (Aphyllanthaceae et Drosophyllaceae), tous deux représentées par une seule espèce, Aphyllanthes monspeliensis et Drosophyllaceae lusitanicum.

La région méditerranéenne abrite un haut degré de richesse et d’endémisme chez les arbres (290 espèces d'arbres indigènes dont 201 espèces endémiques). Un certain nombre d'arbres sont des espèces phares, comme les cèdres (exemple du Cèdre du Liban, Cedrus libani), l'arganier (Argania spinosa), et dattier de Crête (Phoenix theophrasti). Le seul palmier originaire de la Méditerranée, Phoenix theophrasti, se trouve dans une petite partie de la Crète et la Turquie sur la péninsule de Datca, deux régions du bassin méditerranéen où on rencontre un tourisme en plein essor.

Au sein du plus grande hotspot du monde, on rencontre 10 mini hotspot caractérisé par des zones de haute richesse florale et un endémisme de plus de 10 %: les montagnes de l'Atlas en Afrique du Nord, le Rif-Betique dans le sud de l'Espagne et les bandes côtières du Maroc et l'Algérie; les Alpes maritimes et de ligures; les îles Tyrrhéniennes ; le sud et le centre de la Grèce ; la Crète; le sud de la Turquie / Chypre ; Israël et le Liban ; la Libye ; et les Canaries / Madère. Ces dix zones couvrent environ 22 % de la superficie totale du bassin, mais abrite près de 5500 espèces de plantes endémiques, c'est-à-dire, environ 47 % du total des espèces endémiques de Méditerranée.



Vertébrés

Avifaune

Au total, près de 500 espèces d'oiseaux sont présentes dans le bassin méditerranéen, et bien d'autres migrent à travers la région (en traversant la Méditerranée, Gibraltar, la Sicile, les Baléares, la Corse, la Sardaigne, la Crète et Chypre). Environ 25 d’entres elles sont endémiques, et plusieurs sont menacées comme l'Aigle impérial ibérique (Aquila adalberti, EN), avec environ 350 individus matures, l’Alouette de Razo (Alauda razae, CR) qui se reproduit uniquement sur l’île inhabitée de Razo, le Puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus, CR) qui niche dans les îles Baléares et de Madère ou encore le Pétrel de Madère (Pterodroma madeira, CR) qui a une population reproductrice estimée à 20 - 30 couples.

La destruction et la dégradation des zones humides méditerranéennes est une menace généralisée pour les espèces présentes dans ce hotspot tels que le Pélican frisé (Pelecanus crispus, VU) qui hiverne dans l'est du hotspot, la Sarcelle marbrée (Marmaronetta angustirostris, VU) et le Fuligule nyroca (Aythya nyroca ). Ces zones humides sont également importantes pour l'hivernage et la migration des espèces comme le Courlis à bec grêle (Numenius tenuirostris, CR), qui se déplacent entre l'Afrique et ses zones sibériennes de reproduction chaque année.

Certaines zones apparaissent également comme des priorités dans l’analyse de BirdLife International des zones de peuplement aviaire endémique (ZAE), à savoir Chypre, Madère et les îles Canaries, et le Cap-Vert. Les îles Canaries et de Madère abritent huit espèces endémiques, dont trois pigeons : Pigeon des lauriers (Columba junoniae, EN), le Pigeon des lauriers (Columba Bolli), et le Pigeon des lauriers (Columba trocaz).

Mammifères

Le bassin méditerranéen abrite plus de 220 espèces de mammifères terrestres, dont 25 sont endémiques (11 %). Un certain nombre d'espèces de grands mammifères, comme le lion (Panthera leo, VU) et l’oryx (Oryx dammahI, EX), ont disparu de la région au cours des derniers milliers d'années suite à la modification des habitats et là la pression de chasse.

Parmi les espèces remarquables présentes en Méditerranée, nous pouvons citer le Phoque moine (Monachus monachus, CR) dont moins de 400 individus restent à l'état sauvage, le Macaque de Barbarie (Macaca sylvanus, VU) qui est le seul singe natif connu de l'Europe limité à plusieurs fragments d’habitats disparates dans les chaînes de montagne du Maroc et d'Algérie et sur l'île de Gibraltar, le Cerf de Barbarie (Cervus elaphus barbarus) représenté par quelques centaines d’individus dans une petite forêt sur la frontière algéro-tunisienne et le Lynx ibérique (Lynx pardinus, CR), le félin le plus menacé dans le monde avec moins de 250 individus dans la nature.

Reptiles

Il y a plus de 225 espèces de reptiles en Méditerranée, près de 80 (34 %) sont endémiques. Il existe également quatre genres endémiques, à savoir Algyroides, Trogonophis, Macroscincus, et Gallotia (le dernier étant un genre de lézards uniques aux îles Canaries). La famille Lacertidae est représentée dans le hotspot par plus de 60 espèces, un quart du total mondial, et la famille Viperidae est représentée par près de 20 espèces. La famille Testudinidae est représenté par cinq tortues : la tortue grecque (Testudo graeca, VU), la tortue d’Hermann (Testudo hermanni), la tortue bordée (Testudo marginata), la tortue de Kleinmann (Testudo kleinmanni, CR), et la tortue naine de Péloponnèse (Testudo weissingeri), une espèce endémique.

Amphibiens

Il y a près de 80 espèces d'amphibiens dans le bassin méditerranéen, près de 30 d'entre elles sont endémiques (31%). Le bassin méditerranéen est une zone d’endémisme pour deux familles d'amphibiens: les Discoglossidae et les Salamandridae. Onze des douze espèces du monde de discoglosse (Discoglossidae) sont présentes ici, dont sept sont endémiques. Ce hotspot abrite 23 espèces de Salamandridae, soit plus du tiers des représentants du monde de cette famille. La salamandre terrestre (Salamandra salamandra) est une des plus grandes salamandres du monde, sa répartition s’étend en Europe, une partie de l'Afrique du Nord, la Méditerranée et le Moyen-Orient. Sur les 17 espèces d'amphibiens menacés, le plus menacé est probablement la Rana holtzi (CR), qui est endémique à deux lacs (Karagol et Cinegol).

Poissons d'eau douce

Les poissons d'eau douce du bassin méditerranéen sont de petits sous-ensembles de la faune eurasienne et africaine d'où ils sont isolés. Bien qu'il y ait moins de 220 espèces, plus de 60 sont endémiques, dont six genres endémiques. Il y a également une famille endémique (les Valenciidae). Les péninsules ibériques et grecques contiennent environ 86% de l'ensemble du hotspot.

Les impacts humains


Le bassin méditerranéen a connu un important développement des activités humaines et l’impact de ces dernières sur les écosystèmes est sensiblement plus important que sur les autres hotspots. La colonisation de l’homme sous diverses formes existe dans la zone depuis au moins 8000 ans. Les impacts les plus importants de la civilisation humaine ont été la déforestation, le pâturage intensif et les incendies, et le développement des infrastructures, en particulier sur la côte. Historiquement, les forêts méditerranéennes ont été brûlées pour créer des terres agricoles et l'intensification a particulièrement touché les pays d'Europe. Les terres agricoles, forêts sempervirentes et les habitats qui dominent le hotspot d'aujourd'hui sont le résultat de ces perturbations anthropiques sur plusieurs millénaires. Paradoxalement, le pâturage et le feu peuvent maintenir la richesse des espèces. En leur absence, les forêts fermées sont souvent moins diversifiées.

Actuellement, il y a environ 300 millions de personnes qui vivent dans le bassin méditerranéen. En Afrique du Nord, la croissance rapide de la population et la propagation de l'agriculture mécanisée ont conduit le remplacement des techniques respectueuses de l’environnement par des moyens de cultures plus intensifs. Les pénuries d'eau et la désertification sont des problèmes graves dans ce domaine.

La fragmentation des habitats est un grave problème dans le hotspot, la végétation originelle ne subsiste que par quelques taches éparses. En outre, bon nombre d’espèces de plantes endémiques dans le bassin sont présentes dans une faible superficie: elles sont confinées à de très petits espaces, dans certains cas individuels des affleurements rocheux, et sont donc extrêmement vulnérables à la perte d'habitat, le surpâturage et l'expansion urbaine. En effet, il est probable qu’un plus grand nombre d'espèces végétales aient disparu ici que dans n'importe quel autre hotspot.

Le développement du tourisme a un impact important sur les écosystèmes côtiers. Les rives de la Méditerranée sont la plus grande attraction touristique dans le monde, avec 110 millions de visiteurs par an, un chiffre qui devrait doubler au cours des deux prochaines décennies. La construction de l'infrastructure et les impacts directs des personnes qui utilisent et piétinent les écosystèmes de dunes, restent un danger grave pour les zones côtières en Turquie, Chypre, Tunisie, au Maroc et en Grèce, ainsi que des petites îles de la Méditerranée, tels que les Baléares, Corse, Sardaigne, Sicile, en Crète, et les Canaries et Madère.

Aujourd'hui, à peine 5% du hotspot contient une végétation relativement intacte, ce qui place le bassin méditerranéen dans les 4 hotspots les plus altérés sur Terre.

Les mesures de conservation et les aires protégées


Le bassin méditerranéen a une longue histoire de conservation des terres. Dès 2000 ans, les Romains et les Grecs mettent en réserve des aires pour la protection des ressources naturelles. Néanmoins, aujourd'hui, les zones protégées ne couvrent que 90 000 km ², soit 4,3% de la superficie totale.

En reconnaissance de la valeur patrimoniale de cette région, la plupart des pays de la région ont planifié une expansion de leurs réseaux d’aires protégées, en particulier en Turquie, au Liban et en Syrie. Toutefois au vu du développement généralisé de l’homme et de l’utilisation actuelle des terres, les nouvelles aires protégées ne seront pas suffisantes pour soutenir convenablement les populations animales. Plusieurs aires existantes ou proposées souffrent de la pollution et des pénuries d’eau, des problèmes qui vont s’intensifier à cause de l’expansion de l’homme dans le bassin méditerranéen.

La création de réserves de biosphère, qui permettent l'utilisation durable des terres et des ressources dans les zones frontières des réserves, a fait ses preuves dans des domaines où les autorités de l'Etat reconnaissent leur valeur. Atteindre un équilibre entre la conservation de la biodiversité et le développement humain est une importante stratégie de conservation pour la Méditerranée. D'autres efforts de conservation importants dans la région sont la directive «Habitats» de l'Union européenne (Natura 2000), qui exige des pays méditerranéens de l'Union européenne, une identification des plus importants sites naturels et la formulation de réponses de conservation.

Des programmes de coopération régionale sont aussi un facteur important pour la conservation dans le bassin méditerranéen. Un processus qui a mis en place des mécanismes d'action régional pour la lutte contre la pollution et la conservation de l'environnement marin ; est le Plan d'action pour la Méditerranée, un effort de coopération mis en place sous l'égide des Nations Unies au milieu des années 1970, en réponse à la pollution axée sur la mort de la mer Méditerranée.

Les futures moyens de conservation devront s’intéresser à la pression anthropique sur les terres, et spécialement dans les zones côtières, comme le développement des infrastructures ou les connectivités (voies de communication). Il faudra également se pencher sur les moyens de subsistances du milieu rural tout en respectant la biodiversité, c'est-à-dire obtenir un pâturage durable, une gestion des forêts et des incendies.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche