Vous êtes ici : > Accueil > Biodiversité > Monographies > Huppe fasciée


Monographies



Huppe fasciée





La huppe fasciée (Upupa epops) est le seul représentant de la famille des Upupidés. C'est la seule espèce du genre Upupa. On la trouve dans les régions chaudes et tempérées de l'Ancien Monde. Elle fréquente la campagne ouverte parsemée de zones de terre nue ou d'herbe rase, de préférence plantée d'arbres âgés.


Description de l’espèce

La Huppe fasciée (Upupa epops) appartient à la famille des Upupidés. La huppe possède un plumage chamois orangé avec des ailes larges et arrondies à bandes noires et blanches. Sa huppe roussâtre est érectile. Son bec est long et étroit, légèrement arqué. La queue est noire avec une large bande blanche.

Taille : 25-29 cm
Envergure : 44-48 cm
Poids : 55-80 g

Confusions possibles

La Huppe fasciée peut difficilement être confondue avec une autre espèce.

Biologie

Ecologie

La Huppe fasciée est présente dans les zones de steppes, les zones méditerranées, les déserts, les zones subtropicales. On la rencontre peu dans les zones humides ou fraiches, où la chaleur du soleil est incertaine. C’est essentiellement un oiseau de temps chaud et sec, sur un terrain peu vallonné avec une surface à nue importante (sable, limon rocher) mais avec de nombreux éléments offrants des perchoirs, de l’ombre et des cavités de reproduction. En Europe, on la retrouve de préférence dans les milieux ouverts comportant de vieux arbres comme des saules, des vergers, des grandes clairières de feuillus ou de bois de pin.

Comportement


© Gérald Berger
Huppe fasciée
La Huppe fasciée est migratrice au nord de son aire de répartition, ailleurs elle est soit résidente soit migratrice. La plupart des nicheurs européens hivernent en Afrique au sud du Sahara. La migration, dont une grande partie est nocturne, se produit sur un large front à travers l’Europe et la Méditerranée, et probablement aussi à travers le Sahara.
La dispersion automnale commence dès la mi-juillet et se poursuit jusqu’à la fin octobre, voire même en novembre. Les migrants commencent à arriver au sud du Sahara en seconde moitié du mois d’août, le plus gros des arrivés a lieu en septembre – octobre. Le retour de migration a lieu à partir du début de février au Maroc et à la Malte, le pic ayant lieu à mi-mars et en avril.

Reproduction

La Huppe fasciée niche dans un trou d’un arbre (parfois dans d’anciens nids de pics), dans un bâtiment ou encore au sol. Le nid est très sommaire : nu ou léger apport de matériaux (herbes, feuilles, mousses, aiguilles de pins). La ponte a lieu de la fin avril à début main dans le sud de l’Europe et de la mi-février à mai en Afrique du Nord.
La femelle pond 7 à 8 œufs (pouvant aller de 4 à 10, avec un extrême à 12 œufs) elliptiques, lisses et brillants, gris, jaune pale ou encore olive. L’incubation dure 15 à 16 jours, et est assurée par la femelle uniquement. Les jeunes prennent leur envol après 26 à 29 jours. Ils sont nourris exclusivement par la femelle avec les proies attrapés par le mâle. Le succès de reproduction est de l’ordre de 53 %.

Régime alimentaire

La huppe se nourrit presque exclusivement d’animaux : principalement de gros insectes. Les proies sont capturées au sol, soit par une recherche en marchant, soit par une capture à vue ou encore en poursuivant les proies. Le régime alimentaire est notamment composé de larves et chrysalides de papillons, d’adultes et de larves de coléoptères (Coleoptera: Scarabaeidae, Geotrupidae, Carabidae, Elateridae, Chrysomelidae, Silphidae, Staphylinidae, Lucanidae, Ténébrionides, Cerambycidae, et Curculionidae), de libellules, de grillons, de blattes, de cigales, de fourmis, de perce-oreilles, des adultes et des larves de mouches, d’araignées, de cloportes, de mille-pattes, de vers de terre d’escargots et limaces, de moules, de lézards, de grenouilles et crapauds, et à titre exceptionnel d’œufs d’oiseaux. Quelques graines ont également été enregistrées comme des baies de Sureau ou encore des poacées.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

La Huppe est présente essentiellement dans la péninsule ibérique, le sud de l’ex union soviétique et la Turquie. Toutefois on la retrouve dans un grand nombre de pays du sud de l’Europe. La population française est surtout concentrée au sud ouest d’une ligne Vannes – Nice.

La population européenne de l’espèce est estimée entre 890 000 et 1,7 millions de couples. Les principales populations sont situées en Turquie (150 000 à 400 000 couples), en Espagne (500 000 à 700 000 couples), en Russie (60 000 à 200 000 couples), au Portugal (10 000 à 100 000 couples), en Italie (20 000 à 50 000 couples), en France (30 000 à 50 000 couples) et en Ukraine (24 000 à 42 000 couples).
Bien que l’espèce soit stable à l’échelle européenne, plusieurs populations souffrent d’un déclin des effectifs depuis la fin du 20ème siècle. C’est le cas notamment de la population turque, la plus importante d’Europe, mais aussi des populations russes, ou encore françaises. Les causes du déclin de la population de huppes ne sont pas connues avec certitude, la régression de l’espèce étant certainement liés à une accumulation de facteurs. La déprise agricole a entrainé le reboisement naturel certains milieux occupés par l’espèce. De plus, la modification et surtout l’intensification des pratiques agricoles ont également bouleversé l’habitat de l’espèce. L’arrachement des haies, l’uniformisation des cultures, l’éradication systématique des arbres morts et des bandes d’herbes autour des champs, l’usage immodéré des pesticides décimant les populations d’insectes, sont certains des facteurs entrainant une raréfaction de la huppe.

Statut de l’espèce

Convention de Berne (Annexe 2)
Oiseau protégé (Article 1)
Oiseau protégé (Article 5)

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


Marquer et partager


Dans la même thématique



Haut de page

Auteur

GB

Ingénieur écologue
Directeur de la publication
Responsable et fondateur de Conservation-nature.fr

Voir sa fiche