Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis)




Description de l’espèce


© Gérald Berger
Grèbe castagneux
Le Grèbe castagneux (Tachybaptus ruficollis) est un oiseau de la famille des Podicipédidae. C’est le plus grèbe le plus petit. En plumage nuptial, le dos est de couleur brun noir, la calotte est noire, les joues sont brun – rouge et le dessous est roussâtre. Cet oiseau présente aux commissures du bec noir à pointe blanche, mince et pointu des marques jaunes en forme d’apostrophe. En hiver, le plumage est plus pâle. La femelle est moins colorée que le mâle. Les iris sont brun-rouges et les pattes gris verdâtre à bleuâtre.

Taille : 25 - 29 cm
Envergure : 40 - 45 cm
Poids : 100 - 200 g

Biologie

Ecologie

L’espèce fréquente un large éventail de petites zones humides, ayant généralement moins d’un mètre de profondeur avec une végétation riche (flottante, submergée ou émergente) et une forte densité d’invertébrés aquatiques. On le retrouve ainsi dans des habitats tels que les petits lacs, les étangs, les baies abritées, les lacs alcalins ou salins, les réservoirs, les rivières lentes, les canaux, les plains inondables, les zones côtières saumâtres, les marais, les gravières et les rizières. En dehors de la saison de reproduction, l’espèce est commune dans les eaux plus ouvertes, et sont parfois observés le long des côtes, dans les estuaires ou les baies protégées des vagues.

Comportement

L’espèce est soit sédentaire, soit à dispersion locale soit totalement migratrice en fonction des températures hivernales sur son lieu de reproduction. Certains mouvements de dispersion en Afrique sont également liés à la saison des pluies et à l’apparition de zones humides temporaires.

Reproduction

La saison de reproduction s’étale d’avril à juillet.
Le nid est une plateforme flottante constituée de plantes aquatiques (roseaux, branchages fins) amarée dans les roseaux ou à la berge par les branches d’un arbuste tombant dans l’eau.
La femelle pond 5 à 6 œufs de couleur blanchâtre. L’incubation est assurée par les deux parents pendant 20 à 27 jours. Les jeunes sont nidifuges et accompagnent les parents. L’autonomie alimentaire et l’envol a lieu après environ un mois.

Régime alimentaire

Son régime alimentaire est composé principalement d’adultes et de larves d’insectes (surtout des éphémères, des coléoptères, des diptères), de mollusques (escargots d’eau douce par exemple), de crustacés, d’amphibiens et de petits poissons jusqu’à 11 cm de longueur.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

L’espèce est présente en Europe, en Asie et en Afrique. Elle est absente du continent américain.

La population mondiale de l’espèce est estimée entre 610 000 et 3,5 millions d’individus. La population nicheuse européenne est comprise entre 99 000 et 170 000 couples. Les principaux effectifs sont présents en Azerbaïdjan (4000 à 8000 couples), en Croatie (6000 à 7000 couples), en France (4000 à 8000 couples), en Allemagne (6000 à 9800 couples), en Hongrie (9000 à 10 000 couples), en Italie (3000 à 4000 couples), en Pologne (7500 à 10 000 couples), en Roumanie (7000 à 12 000 couples), en Serbie (6000 à 9000 couples), en Espagne (5000 à 8000 couples), en Turquie (13 000 à 20 000 couples), en Ukraine (3500 à 6900 couples) et au Royaume-Uni (3800 à 13 000 couples).

L’espèce est sensible à des maladies telles que la grippe aviaire.

Statut

Convention de Berne : Annexe II
Convention de Bonn : Accord AEWA [1999]

Bibliographie

BirdLife International (2009) Species factsheet: Tachybaptus ruficollis. Downloaded from http://www.birdlife.org on 4/8/2009

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


GB


Haut de page