Tourterelle turque (Streptopelia decaocto)




Description de l’espèce

La Tourterelle turque (Streptopelia decaocto) appartient à la famille des Columbidés. C’est une tourterelle de taille moyenne, élancée, de couleur claire et à longue queue. Le plumage est uniformément gris beigeâtre clair, à nuance un peu plus brune sur le dos et légèrement gris-bleu pâle aux grandes couvertures alaires. Elle est surtout reconnaissable grâce à l’étroit demi-collier noir bordé de blanc sur l’arrière du cou. L’œil est sombre. La queue levée paraît presque blanche par-dessous, en contraste avec les sous-caudales gris cendre.

Taille : 31-34 cm
Envergure : 48-56 cm
Poids : 150-225 g

Confusions possibles

La Tourterelle turque peut difficilement être confondue avec une autre tourterelle.

Biologie

Ecologie


© Gérald Berger
Tourterelle turque
L'écologie de l'espèce a considérablement changé au sein de son aire de répartition. En Inde, dans le coeur de son aire de répartition, elle fréquente les milieux ouverts, cultivés, dans les zones relativement sèches (souvent semi-désertiques) avec des bosquets et des arbres. Elle évite les centre villes et les zones humides.
Une population de Tourterelle turque s'est établie en Europe et fréquente les habitats mixtes avec des jardins, des fermes, des vergers,des domaines, partiellement ouverts avec une partie contenant des arbres, des poteaux ou pylônes avec lignes aériennes, et autres perchoirs appropriés comme lieux de repos ou de nidification. Ces habitats sont présents essentiellement dans les banlieues ou sur la frange urbaine, ou dans de petites villes, les grands villages, dans les groupes de bâtiments isolés.

Comportement

En Asie du Sud, l'espèce est essentiellement résidente, même si dans les régions montagneuses, les oiseaux peuvent descendre à une altitude inférieure entre novembre et mars. Parmi les tourterelles européennes, les adultes reproducteurs deviennent principalement résidents, comme une partie des immatures. Les autres immatures se dispersent en particulier vers l'ouest, où l'espèce s'est propagée à travers toute l'Europe au cours de ce siècle, caractérisé par l'occupation de nouvelles régions, sans mouvement de retour vers la zone natale.

Reproduction

La Tourterelle turque niche dans un arbre, un arbuste ou de grandes haies, occasionnellement sur un pylône, une construction (toit, rebord de goutières). Das les arbres, elle niche habituellement près du tronc, rarement en extrémité d'une branche. Le nid est généralement une mince plateforme de brindilles, de tiges, de racines.
Au Nord-ouest de l'Europe, la ponte a lieu principalement de mars à octobre. Il y a entre 3 et 6 couvées par an.
La femelle pond 1 à 2 oeufs blancs ovales (généralement 2). L'incubation dure 14 à 18 jours, et est assurée par les deux parents : la femelle incube la nuit, le mâle la relève le matin. Les jeunes s'envolent après 15 à 19 jours.

Régime alimentaire

La Tourterelle turque s’alimente principalement de céréales, de graines et de fruits, de temps en temps elle pet consommer des parties vertes de plantes, des invertébrés, et du pain. L'alimentation est principalement ingérée à partir du sol.
Les plantes ingérées sont notamment les grains de blé, du maïs, du sarrasin, du seigle, de l'orge, du millet et de l'avoine, des graines de moutarde, de gaillet, de tournesol et de graminées ; ainsi que des baies de sureau et les raisins.
Des petits mollusques peuvent être très rarement ingérés ainsi que des coléoptères, des mouches, des pucerons ou encore des larves de lépidoptères.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

La tourterelle turque est native d'Inde, Sri Lanka et Myanmar. L'espèce a migré en Europe au cours du siècle dernier, et son habitat s'étend continuellement, et ce jusqu'au cercle Arctique en Scandinavie.

La population européenne de l’espèce est estimée entre 4,7 et 11 millions d’individus. Les principaux pays abritant l’espèce sont la Bulgarie (100 000 à 500 000 couples), la Croatie (100 000 à 150 000 couples), la république Tchèque (180 000 à 360 000 couples), la France (400 000 à 1,6 millions de couples), l’Allemagne (270 000 à 440 000 couples), la Hongrie (160 000 à 220 000 couples), l’Italie (300 000 à 500 000 couples), la Pologne (200 000 à 400 000 couples), la Roumanie (400 000 à 800 000 couples), la Russie (500 000 à 1 million de couples), la Serbie (130 000 couples à 360 000 couples), la Turquie ( 1 à 3 millions de couples), l’Ukraine (280 000 à 435 000 couples) et le Royaume Uni (298 000 couples).
Bien que l’espèce soit en déclin dans plusieurs pays d’Europe (Allemagne, Pologne, Ukraine, Scandinavie), plusieurs populations clés pour l’espèce (abritant les plus gros effectifs) augmentent ou sont stables. C’est le cas en France, en Roumanie, en Russie et en Turquie.

Statut de l’espèce

Convention de Berne (Annexe 2)
Directive Oiseaux (Annexe 2/2)
Oiseau protégé (Article 5)

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


GB


Haut de page