Sterne caugek (Sterna sandvicensis)




Description de l’espèce

La Sterne caugek (Sterna sandvicensis) appartient à la famille des Laridae. C’est une grande sterne au bec typiquement long et mince. En plumage nuptial, l’adulte est gris clair dessus et blanc dessous. Le sommet de la tête est noir, ainsi que les pattes. Le bec est également noir avec à l’extrémité une pointe jaune. En été, les rémiges primaires externes foncent pour former une zone cunéiforme. En plumage internuptial, le front et la calotte sont blancs avec l’arrière de la tête noire. Le dessus des ailes est gris clair.

Taille : 37-43 cm
Envergure : 85-97 cm
Poids : 210-260 g

Biologie

Ecologie

Au cours de la saison de reproduction, l’espèce forme des colonies sur les îles de sable, sur des îlots rocheux calcaire, les dunes de sables, les plages de galets et les vastes deltas. En dehors de la saison de reproduction, l’espèce fréquente les plages de sable ou les rochers, les estuaires, les ports et les baies.

Comportement


© Gérald Berger
Sterne caugek posée sur une
bouée
L’espèce est grégaire tout au long de l’année. En activité de recherche de nourriture, l’espèce est solitaire mais elle peut former des groupes de plusieurs centaines d’individus si la nourriture est abondante.
L’espèce est migratrice dans l’ouest du paléarctique. Les oiseaux d’Europe de l’ouest migrent principalement sur la côté ouest de l’Afrique du sud de la Mauritanie jusqu’au Cap de Bonne espérance. Les oiseaux de la mer Noire migrent principalement à l’est de la mer Noire et au sud-est de la Méditerranée, mais aussi le long des côtes de l'Espagne et du Portugal, à l'occasion elles peuvent atteindre l'Afrique de l'Ouest. La grande majorité des oiseaux de première année passent l’été dans les quartiers d’hiver, principalement en Méditerranée et dans la péninsule ibérique.

Reproduction

La date de ponte en Méditerranée commence à la fin du mois d’avril jusqu’à début mai. L’espèce est coloniale, et construit un trou dans le sol et éventuellement rajoute des matériaux. La femelle pond 1 à 2 œufs, parfois trois. L’incubation dure entre 21 et 29 jours, en moyenne 25 jours, et est assurée par les deux parents avec une prédominance de la femelle dans les premiers jours. Les jeunes sont nidifuges et sont nourris par les deux parents 8 à 12 fois par jour. L’envol a lieu vers l’âge de 28 à 30 jours.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire de la Sterne caugek est composé essentiellement de poissons marins. Les poissons sont capturés en plongée verticale de 5 à 10 m. Les plongées peuvent être précédées d’un vol stationnaire. La capture se fait généralement par immersion complète mais elle peut n’être que partielle si les proies sont en surface. Les poissons capturés sont notamment : des anguilles (Ammodytes marinus, A. tobianus, A. lanceolatus, A. americanus), des harengs (Clupea harengus), des merlans (Gadus merlangus), des cabillauds (Gadus morhua), des sardines (Sardina pilchardus), des anchois (Engraulis encrasicholus), des calmars et de temps en temps des salmonidés.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

En Europe, la Sterne caugek niche de l'Irlande à la mer Baltique, localement en Méditerranée et sur les côtes nord de la mer Noire. Elle hiverne sur les côtes de la péninsule Arabique et de l'Afrique occidentale, jusqu'au Cap. Quelques individus hivernent en Méditerranée.
La population européenne de l’espèce est comprise entre 82 000 et 130 000 couples. On retrouve les principales populations de l’espèce en Azerbaïdjan (6500 à 10 000 couples), Danemark (4000 à 4500 couples), France (6800 couples), l’Allemagne (9700 à 10 500 couples), l’Irlande (1800 couples), les Pays-Bas (14500 couples), la Russie (15 000 à 25 000 couples), l’Espagne (3000 couples), l’Ukraine (5000 à 40 000 couples), et le Royaume-Uni (12500 couples).
L’espèce est particulièrement sensible aux dérangements en particulier sur les colonies de reproduction situées sur les plages. Les sternes sont également sensibles aux perturbations occasionnées par les parcs éoliens situés sur les côtes, ainsi que par la perte et la dégradation des habitats de reproduction favorisés par les inondations et l’érosion du sol. La bioccumulation des polluants organochlorés via les proies affectent également l’espèce. Enfin, la collecte des œufs sur les colonies de reproduction ou encore la chasse de l’espèce en Afrique de l’Ouest au cours de l’hiver sont également des menaces à considérer.

Statut de l’espèce

Convention de Barcelone (Annexe 2)
Convention de Berne (Annexe 2)
Convention de Bonn (Accord AEWA)
Directive Oiseaux (Annexe 1)
Oiseau protégé (Article 5)

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.

GB


Haut de page