Sterne pierregarin (Sterna hirundo)




Description de l’espèce


© Gérald Berger
Sterne pierregarin
La Sterne pierregarin (Sterna hirundo) est un oiseau marin de la famille des Sternidés. Elle possède de longues ailes effilées. Dessous, le plumage est gris clair, généralement sans contraste net avec les joues blanches. Quatre à six primaires externes sont plus foncées que les autres et forment un motif sombre sur l’extrémité de l’aile. Les primaires sont blanches. Le bec est rouge orangé à pointe noire restreinte. Les pattes sont également rouges. Leur tête est couverte d'une calotte noire. Taille : 34-37 cm
Envergure : 70-80 cm
Poids : 90-150 g

Biologie

Ecologie

La Sterne pierregarin se reproduit dans une grande variété d’habitats dans les zones côtières et intérieures du niveau de la mer jusqu’à plus de 4000 m. À l'intérieur, elle est liée aux rivières et aux lacs. Sur le littoral, elle niche de préférence sur des îlots rocheux, mais aussi sur des plages et au bord de marais.

L’espèce hiverne à l’abri sur les zones côtières, dans les estuaires, le long des cours d’eau, dans les zones humides côtières, les rizières, les lacs, les marais, les lagunes et les salines.

Comportement

La Sterne pierregarin est une espèce migratrice. Dès août, les migrateurs se rassemblent et rejoignent les côtes d'Afrique de l'Ouest ou celles de l'Afrique du Sud.
L’espèce se reproduit soit de manière solitaire soit en colonies de plusieurs milliers de couples.

Reproduction

Le nid est une dépression sur des substrats avec peu ou pas de végétation verticale placée à proximité d'un objet (par exemple, un roche, une coquille, une plante …) pour fournir un abri pour les poussins et faciliter identification.

La femelle pond généralement trois oeufs parmi les galets ou les graviers. L'incubation, assurée surtout par la femelle, débute dès le premier oeuf et dure 20 à 22 jours. Le mâle s'occupe du ravitaillement de la femelle.
Les poussins restent au nid pendant les trois premiers jours de leur existence. La coloration de leur duvet leur permet de passer inaperçus. L'envol des jeunes a lieu 30 jours après l'éclosion, en juillet - août.

Régime alimentaire

La Sterne pierregarin se nourrit de petits poissons et d’invertébrés aquatiques. La plupart des individus recherchent leur nourriture entre 5 et 10 km de leurs colonies de reproduction.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

L’aire de répartition couvre largement l'Europe, l'Asie et l'Amérique du Nord, jusqu'aux Caraïbes, mais l'espèce n'est que localement fréquente sur les côtes.

La population mondiale de l’espèce est estimée entre 1,6 et 4,6 millions d’individus. La population est comprise entre 270 00 et 570 000 couples. On retrouve les principales populations au Belarus (14 000 à 40 000 couples), en Estonie (4500 à 6000 couples), Finlande (50 000 à 70 000 couples), Allemagne (8900 à 9600 couples), Italie (4000 à 6000 couples), Pays-Bas (18000 à 19500 couples), Roumanie (5500 à 7500 couples), Russie (50 000 à 250 000 couples), Suède (20 000 à 25 000 couples), Turquie (8000 à 12 000 couples), Ukraine (40 000 à 55 000 couples) et Royaume-Uni (12000 couples).

En milieu continental, elle est totalement tributaire de la dynamique fluviale qui régénère en permanence des îlots à substrat nu lors des crues, îlots qu’elle recherche pour sa nidification. La pollution des cours d’eau réduit les ressources alimentaires et peut affecter le taux de reproduction à moyen terme par contamination des adultes. De plus, la régulation des cours d’eau et leur canalisation suppriment les sites de nidification que représentent bancs d'alluvions. Le tir des oiseaux sur leurs sites d’hivernage, le long du littoral de l’Afrique de l’Ouest, est un autre facteur de menace.

Statut de l’espèce

Directive Oiseaux : Annexe I
Convention de Berne : Annexe II
Convention de Bonn : Accord AEWA [1999]
Oiseaux protégés : Article 1

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).-Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the WesternPaleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.

GB


Haut de page