Bruant proyer (Miliaria calandra)




Description de l’espèce


© Gérald Berger
Bruant proyer
Le Bruant proyer (Milaria calandra) est un oiseau de la famille des Embérizidés. C’est un bruant de grande taille au corps massif. Il possède des ailes plutôt longues, larges et arrondies. La tête parait souvent assez grosse. La queue est par contre assez courte et échancrée. Son plumage ressemble à celui d’une alouette, il est brun – gris strié dessus et blanc chamois dessous. Le plumage est strié sur les côtés de la gorge, sur la poitrine et sur les flancs. Les pattes et les côtés du bec sont couleur chaire jaunâtre. Il n’y a pas de dimorphisme sexuel.

Taille : 16 - 19 cm
Envergure : 30 cm
Poids : 42 - 64 g

Biologie

Ecologie

Dans la majorité de son aire de répartition, l’espèce fréquente les vastes prairies parsemées de buissons. Il apprécie des postes élevés pour chanter comme les buissons, les arbres, les fils aériens et les poteaux de clôtures. Dans le sud de l’aire de répartition, il est également présent dans les versants montagneux arides à épineux bas.

Comportement

Le Bruant proyer est grégaire même en période de reproduction, se tient en troupes parfois importantes (jusqu'à 200 individus). Il est surtout sédentaire, mais les oiseaux du Nord-Est et des zones d'altitude effectuent des mouvements migratoires vers les plaines, d'octobre à mars, sans doute rejoints par des individus d'Europe centrale et septentrionale.

Reproduction

La saison de reproduction de l’espèce commence dès le mois de mars lorsque les mâles se mettent à chanter.
Le nid est situé dans un renfoncement dans le sol d'une prairie, d'un champ de trèfle ou de luzerne, derrière un buisson ou en bordure de champ. Le nid est constitué de brins et de feuilles d'herbes, de racines et de poils. Il est volumineux et constitué uniquement par la femelle.
La femelle pond 4 à 5 œufs de couleur rougeatres avec de grandes taches sombres. L’incubation dure 12 à 14 jours et est assuré uniquement par la femelle. La femelle s’occupe seule de nourrir les jeunes lors des premiers jours après l’éclosion puis le mâle participe également. Les jeunes quittent le nid vers l’âge de 9 à 12 jours alors qu’ils ne savent pas encore voler.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire du Bruant proyer est composé en majorité de matières végétales (graines, céréales, feuilles, herbes, baies) mais il peut aussi se nourrir d'insectes, d'araignées, de petits mollusques terrestres. Les jeunes sont nourris presque exclusivement d'insectes.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

Le bruant proyer est présent dans toute l'Europe depuis le sud de la Scandinavie jusqu’au sud de l’Europe. Il va jusqu'en Afrique du Nord et en Asie Mineure et Centrale. En France, le Bruant proyer se reproduit sur l'ensemble du territoire en dessous de 800 m d'altitude, sauf en Bretagne intérieure et dans les Landes. En hiver, il se raréfie encore dans le Nord-Est, les Alpes et le Massif central. Présent toute l'année en Corse, il se répartit sur le littoral en hiver.

La population mondiale de l’espèce est estimée entre 30 et 150 millions d’individus. La population européenne est estimée entre 8 et 22 millions de couples. Les principales populations sont présentes en Arménie (170 000 à 500 00 couples), Azerbaïdjan (200 000 à 500 000 couples), Bulgarie (800 000 à 2,5 millions de couples), France (150 000 à 600 000 couples), Grèce (200 000 à 500 000 couples), Hongrie (165 000 à 225 000 couples), Italie (200 000 à 600 000 couples), Pologne (150 000 à 400 000 couples), Portugal (100 000 à 1 million de couples), Roumanie (940 000 à 1,2 millions de couples), Russie (100 000 à 300 000 couples), Espagne (1,4 à 4,3 millions de couples) et Turquie (3 à 9 millions de couples).

L’espèce est surtout sensible à l’intensification de l’agriculture, à l’arrachage des haies et à la disparition des prairies extensives.

Statut de l’espèce

Convention de Berne : Annexe III
Oiseaux protégés : Article 1
Oiseaux protégés : Article 5

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).-Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the WesternPaleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.

GB


Haut de page