Vautour africain (Gyps africanus)




Description de l’espèce


© Gérald Berger
Vautour africain
Le Vautour africain (Gyps africanus) est un oiseau de la famille des Accipitridés. C’est un vautour de taille moyenne Il possède une tête chauve et un long cou dénudé avec une collerette blanche à sa base. Le plumage est brun crême sur le dessus, de couleur irrégulière, le dessous des ailes et le dos sont blanchâtres. Le ventre est blanchâtre. La queue, plutôt courte est noire. Le bec et les pattes sont gris noir. Le plumage des juvéniles est plus foncé que celui des adultes.

Taille : 89-98 cm
Envergure : 210-220 cm
Poids : 4,2 - 7,2 kg

Biologie

Ecologie

Le Vautour africain est essentiellement une espèce de plaine qu’on rencontre dans les savanes arborées, particulièrement dans les zones d’Acacias. Il a besoin de grands arbres pour la nidification. L’espèce est présente jusqu’à une altitude de 3000 m.

Comportement

Le Vautour africain est une espèce grégaire qui se reproduit la plupart du temps en colonies lâches. De plus, l’espèce se nourrit en groupes lors d’une curée.

Reproduction

La saison de reproduction de l’espèce commence au début de la saison sèche. L’espèce peut vivre soit en solitaire soit de manière coloniale. Les nids sont construits au sommet des arbres. On peut retrouver au sein d’un même arbre jusqu’à 6 nids lorsque l’espèce vit en colonies. Le nid est une plateforme de branches bordées de feuilles et de gazons.
La femelle pond un seul œuf blanc que les parents vont incuber durant environ 56 jours. La mère restera avec le poussin jusqu’à ce qu’il quitte le nid, alors que le père se charge de l’alimentation de la famille. L’envol du jeune se fait après 120 à 130 jours.

Régime alimentaire

Le Vautour africain est une espèce nécrophage. Il se nourrit d’animaux sauvages morts de causes naturelles comme les hippopotames, les éléphants ou les rhinocéros. Mais aussi d’animaux de plus petite taille morts pendant la migration. L’espèce s’alimente sur une charogne en groupes, il est ainsi possible de voir jusqu’à deux cents oiseaux autour d’un éléphant.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

C’est l’espèce de vautour la plus répandue et la plus commune en Afrique. On la retrouve au Sénégal, en Gambie et au Mali ; à l'ouest, dans la région du Sahel, de l'Éthiopie à l’est de la Somalie ; à travers l'Afrique de l'Est au Mozambique, au Zimbabwe, au Botswana, en Namibie et en Afrique du Sud.

Sa population mondiale est estimée à environ 270 000 individus. Elle a diminué de plus de 90 % dans l’ouest de l’Afrique. Les effectifs de l’espèce ont également diminué au Soudan et au Kenya, mais sont visiblement plus stables en Ethiopie, en Tanzanie et dans toute l’Afrique australe où il resterait environ 40 000 individus.

Les menaces affectant le Vautour africain sont celles affectant également les autres espèces de vautours en Afrique. Ils sont sensibles à la transformation des habitats en systèmes agro-pastoraux, à la baisse des effectifs d’ongulés sauvages entrainant une baisse de la disponibilité en charognes, à la chasse de l’espèce pour le commerce, aux persécutions et à l’empoisonnement. L’espèce est également sensible au déclofénac, un anti-inflammatoire utilisé pour le bétail, qui se retrouve dans les carcasses exploitées par les vautours. Ce médicament est fatal aux vautours et a été retrouvé en vente en Tanzanie. Dans le Sud de l’Afrique, les vautours sont attrapés et consommés suite à des croyances sur les effets bénéfiques pour la santé et le psychisme. L’espèce pourrait ainsi disparaitre dans 26 ans selon les estimations les plus optimistes mais le délai ne pourrait être que de 10 à 11 ans si le taux de capture a été sous estimé. Enfin, les collisions et les électrocutions avec le réseau électrique est également un problème dans certains pays.

Statut de l’espèce

Aucun statut de protection en Europe

Bibliographie

BirdLife International (2008) Species factsheet: Gyps africanus. Downloaded from http://www.birdlife.org on 23/2/2009

GB


Haut de page