Faucon lanier (Falco biarmicus)




Description de l’espèce

Le Faucon lanier (Falco biarmicus) appartient à la famille des Falconidés. On retrouve cinq sous espèces de ce faucon : biarmicus, abyssinicus, erlangeri, feldeggii et tanypterus. Le Faucon lanier est un grand faucon de la taille d’un Faucon pèlerin (Falco peregrinus). C’est un oiseau relativement svelte au corps fuselé. Il existe différentes formes du plus clair au plus foncé : celles-ci varient en fonction des sous espèces de lanier mais il y a aussi des variations individuelles assez importantes. Le dessus est gri ardoise ou gris brunatre barré de sombre. Le dessous est finement ponctué, excepté chez les mâles (surtout qu’ils sont âgés) qui peuvent présenter une face inférieure presque unie, blanche. La nuque et le sourcil sont brun rouille clair. Il possède de longues ailes dont les avant bras sont larges et la main pointue La queue est large et longue. La tête est petite, avec une bande sombre sur le front en forme de H. La plupart portent une moustache noire pointue.

Taille : 43-50 cm
Envergure : 95-105 cm
Poids : Mâle 500-600 g, Femelle 700-900 g

Confusions possibles

Le Faucon lanier peut être confondu principalement avec trois espèces : le Faucon sacre (Falco cherrug), le Faucon pèlerin (Falco peregrinus) et le Faucon de Barbarie (Falco pelegrinoides).
A distance, il est quasiment impossible de distinguer les jeunes de Faucon lanier et sacre. La silhouette des deux espèces étant très semblable. La moustache du Faucon lanier est plus marquée, et s’étend jusqu’à l’œil et au sourcil sombre. Le Faucon sacre est plus sombre sur les parties inférieures avec des motifs foncés qui s’étendent plus bas chez le sacre. Les couvertures sous-alaires sont également différentes d’aspect : celles du sacre sont barrées, celles du lanier tachetées. Les adultes des deux espèces sont plus faciles à différencier : le lanier est de teinte grise alors que le sacre a une teinte brune.
Les adultes de Faucon lanier et de barbarie ont une livrée semblable mais le lanier a le bas du dos légèrement plus pale que le reste, alors que le contraste chez le barbarie est plus marqué. Chez les juvéniles, le lanier a le dessous des ailes contrastés alors que le barbarie les a unies. De plus, il y a une grande différence de taille des deux espèces.
Enfin le Faucon pèlerin a ses ailes plus étroites, avec l’avant bras un peu plus court et la main plus longue et plus pointue. Sa queue est un peu plus courte.

Biologie

Ecologie


© GB
Faucon lanier
Le Faucon lanier niche dans les déserts, les semi déserts et les savanes sèches en Afrique du Nord. Il occupe en Europe les paysages rocheux présentant des falaises escarpées. Il niche généralement aux alentours de 500 m d’altitude, bien qu’ils puissent nicher plus haut comme en Italie où on le retrouve de 50 à 1150 m d’altitude. On ne le retrouve que très rarement sur les falaises côtières. En Sicile, l’habitat typique est des vallées dominées par des falaises de moyenne hauteur (70 à 80 m) avec des zones non cultivées, des pâtures et des zones arables non irrigués aux alentours. Les nids sont généralement situés à 30 – 35 m de hauteur. L’habitat typique pour la chasse est des terrains rocheux et des steppes, les zones de forêts sont généralement évitées.

Comportement

Le Faucon lanier est un rapace sédentaire, même si des jeunes présentent des mouvements d’erratisme. De plus les individus qui nichent en zone de montagne se déplacent régulièrement en zone de plaines ou en zone côtières pour la période hivernale.

Reproduction

La reproduction du Faucon lanier est encore peu connue. L’espèce serait solitaire, les couples fidèles.
Il niche dans un ancien nid de corvidé ou d’un autre rapace diurne, situé soit sur une corniche soit dans un arbre. La période de reproduction commencerait en décembre janvier dans le sud de leur aire de répartition. La femelle pond trois à quatre œufs entre la fin du mois de février et le milieu du mois de mars. L’incubation dure 3à à 35 jours et est assurée par les deux parents. Les jeunes restent au nid environ 40 jours, et s’émancipent 3 à 5 semaines après leur envol.

Régime alimentaire

Le Faucon lanier se nourrit essentiellement d’oiseaux de taille moyenne, pesant entre 100 et 150 g. Les petits mammifères les reptiles et les insectes jouant un rôle secondaire (nourriture d’appoint) en cas de pénurie d’oiseaux. Il peut ainsi se nourrir d’oiseaux de la taille d’un moineau à celle d’un Faucon crécerellette ou encore d’une Perdrix bartavelle. Les études de régime alimentaire ont montré qu’ils s’alimentaient surtout de choucas, pigeons crécerellettes,…Toutefois ce régime alimentaire peut varier suivant le site de nidification. Ainsi, en Sicile les insectes représentent 28,2% des proies capturées dont 1 »,3 % de coléoptères.
Son agilité et sa rapidité lui permet de surprendre les oiseaux pour la chasse. Lorsqu’il chasse des oiseaux de grande taille, il le fait généralement en couple : la femelle repérant la proie, et le male se chargeant de la capture.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

On retrouve principalement le Faucon lanier en Afrique, mais il est également présent localement dans le Paléarctique occidental et dans la Péninsule Arabique. Ainsi, on le retrouve dans des pays comme l’Italie, la Bulgarie, la Grèce, la Croatie, la Serbie, la Bosnie, la Macédoine la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan.

La population européenne de l’espèce est estimée à 328 à 431 couples dont 70% nichent en Italie (172-191 couples). La Turquie abritant 100 à 150 couples, la Grèce 8 à 53 couples, la Macédoine 10 à 30 couples, l’Azerbaïdjan 15 couples, les autres pays se partageant les couples restant. La population du Paléarctique serai d’environ 1755 à 1919 couples avec les plus gros effectifs au Maroc avec près de 1000 couples et en Tunisie avec 350 à 400 couples.
Le Faucon lanier n’est plus nicheur en France, il l’était jusqu’au 16ème siècle en Provence. Toutefois il peut être observé de manière très ponctuelle (30 observations en 20 ans).
La population de Faucon lanier est en très forte régression depuis le milieu du 20ème siècle. Il est considéré comme vulnérable par BirdLife International. Les principales causes de cette régression sont la perte d’habitats sur les zones de nidification et d’alimentation (menace considérée comme forte) , les persécutions humaines par le tir (menace forte), le prélèvement des œufs et des poussins par l’homme (menace forte , le Faucon lanier est très apprécié des fauconniers, qui pillent fréquemment leur nid), l’empoisonnement par les pesticides (menace moyenne à forte), les dérangements par les constructions humaines et les lignes électriques (menace forte) et enfin le changement climatique (importance inconnue).

Statut de l’espèce

Convention de Berne (Annexe 2)
Convention de Bonn (Annexe 2)
Convention de Washington (Annexe 2)
Directive Oiseaux (Annexe 1)
Oiseau protégé (Article 1)
Oiseau protégé (Article 4)
Oiseau protégé (Article 5)
Règlement communautaire CITES (Annexe A)

Bibliographie

GENSBOL B. (2005).- Guide des rapaces diurnes. Delachaux et Niestlé. 403 p.

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


GB


Haut de page