Rougegorge familier (Erithacus rubecula)




Description de l’espèce

Le Rouge-gorge familier (Erithacus rubecula) est un oiseau de la famille des Turdidés. C’est un passereau de petite taille brunâtre au plastron et la face orangés. Il possède une étroite barre alaire jaune. Les parties inférieures sont plutôt blanchâtres avec les flancs brun-roux pâle. Le bec fin est de couleur sombre. Les yeux sont brun foncé. Les pattes très fines sont brun rosâtre.

Taille : 14 cm
Envergure : 20-22 cm
Poids : 15 à 20 g

Biologie

Ecologie

Le Rouge-gorge familier fréquente les les forêts de feuillus ou de conifères, les bosquets, le bocage dans les haies, les taillis, les parcs et jardins, les cimetières. Il s'est très bien adapté au monde urbain, on le rencontre aussi bien dans les villes, villages ou à la campagne.

Comportement


© Gérald Berger
Rougegorge familier perché
sur une branche
L’espèce est solitaire et fortement territoriale quasiment tout au long de l’année. La défense du territoire est toutefois moins importante en cas de conditions météorologiques rigoureuses (notamment l’hiver). En dehors de la saison de reproduction, les deux sexes défendent un territoire individuel.
La plupart des populations sont partiellement migratrices, les mâles sont plus sédentaires que les femelles. L’espèce est totalement migratrice dans le nord-est de l’aire de répartition, et en grande partie sédentaire dans l’extrême sud. Les populations britanniques et irlandaises sont principalement résidentes même su certains individus migrent vers le sud sud-ouest.
La migration se fait de nuit, même si certains groupes d’oiseaux migrent de jours localement.

Reproduction

La saison de reproduction commence à des dates différentes suivant la localisation géographique, elle commence à partir du mois de mars en grande bretagne mais à partir d’avril dans la plupart des autres pays.
Le site de reproduction est situé dans une souche d’un arbre creux, dans une fente d’un rocher, entre les racines d’arbres. Généralement le nid est situé entre le sol et 5 m de hauteur, rarement jusqu’à 10 m de hauteur. Il peut également utiliser diverses cavités provenant des installations humaines. Le nid est une structure volumineuse formée de feuilles mortes, de mousses d’herbes, doublée de matériels fins comme les poils, les fibres végétales et parfois des plumes.
La femelle pond 4 à 6 œufs lisses, blancs ou légèrement bleutés, avec parfois des taches couleurs rouge – sables. La femelle incube seule les œufs pendant 13,7 jours. Les jeunes sont nourris par les deux parents, mais si la femelle commence une deuxième couvée, le mâle continue seul à nourrir les jeunes de la première couvée. L’envol des jeunes a lieu après environ 13,4 jours.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire est composé d’invertébrés (principalement de coléoptères), de fourmis, de fruits et de graines en hiver. Deux techniques sont utilisées pour trouver des proies : soit le rouge-gorge se perche sur une branche, vol pour attraper sa proie et revient se percher ; soit il sautille sur le sol et récupère les proies se trouvant sur la couche de litière (il ne retourne pas les feuilles pour chercher de la nourriture), sur une branche d’arbre ou sur les feuilles.
Les proies suivantes ont déjà été relevées : demoiselles, libellules, grillons, perce-oreilles, fourmis, mouches, coléoptères, coccinelles, acariens, araignées, des mollusques, des petits poissons, des vers de terre, des lézards, des graines et fruits de genévrier, if, pomme, fraise, sorbier, vigne, gui, groseille, sureau, chêne, cornouiller, olivier, pistache,…

Répartition géographique - Evolution et état des populations

Le Rouge-gorge familier est présent dans la quasi-totalité des pays d’Europe et d’Asie du Nord (absent de Mongolie). On le retrouve également dans les pays d’Afrique du nord méditerranéen (Algérie, Egypte, Libye, Mauritanie, Maroc, Tunisie).
Les effectifs européens de l’espèce sont estimés entre 43 et 83 millions de couples. Les principales populations sont retrouvées au Belarus (1,2 à 1,5 millions de couples), en Bulgarie (1,5 à 3,5 millions de couples), Finlande (1,2 à 3,3 millions de couples), France (3 à 15 millions de couples), Allemagne (2,5 à 4 millions de couples), Irlande (1 à 2,5 millions de couples), Italie (1 à 3 millions de couples), Pologne (1 à 1,5 millions de couples), Roumanie (1,8 à 2,7 millions de couples), Russie (10 à 15 millions de couples), Espagne (1,2 à 3 millions de couples), Suède (2,5 à 5 millions de couples), Ukraine (1,6 à 2 millions de couples) et Royaume Uni (6 millions de couples).
Les effectifs européens de l’espèce ont connu une légèrement augmentation au cours des dernières années. La tendance est variable selon les pays avec par exemple une hausse des effectifs en France et en Finlande, et une baisse en Suède et en Croatie.

Statut de l’espèce

Convention de Berne (Annexe 2)
Oiseau protégé (Article 1)
Oiseau protégé (Article 5)

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


GB


Haut de page