Cygne tuberculé (Cygnus olor)




Description de l’espèce


© Gérald Berger
Cygne tuberculé
Le Cygne tuberculé (Cygnus olor) est un oiseau de la famille des Anatidae. C’est un oiseau de grande taille de couleur blanche avec un très long cou et une petite tête. Les yeux sont de couleur noisette. Il possède un bec rouge orangé avec un tubercule frontal et les narines noirs. Les deux sexes sont semblables mais le mâle est toutefois légèrement plus grand et avec un tubercule plus prononcé pendant la saison de reproduction. Il existe deux morphes chez les cygneaux: le morphe gris et le morphe blanc. Le morphe gris est plus commun alors que les cygneaux blancs possèdent un gène leucistique.

Taille : 125-170 cm
Envergure : 200 - 240 cm
Poids : 8 – 10 kg

Biologie

Ecologie

Le Cygne tuberculé occupe les petits lacs, les étangs, les baies bien abritées, les marais découverts, les cours d’eau et les zones côtières. A l'état sauvage ou en semi-liberté, le cygne tuberculé a besoin d'un territoire assez vaste (1,5 à 4 hectares), qui peut inclure un petit lac ou un étang en entier.

Comportement

Les populations sauvages de cygnes tuberculés sont migratrices, les populations européennes et « domestiques » sont sédentaires ou se déplacent uniquement localement. Les mouvements saisonniers sont influencés par les conditions climatiques. L'aire d'hivernage s'étend du nord de l'Afrique jusqu'à l'Inde et le sud-est de la Chine. Après la saison de reproduction, les adultes peuvent se rassembler par milliers. Le Cygne peut devenir agressif pendant la période de reproduction pour défendre son territoire.

Reproduction

La saison de reproduction de l’espèce commence à la fin de l’automne ou à l’hiver avec la formation des couples.
Le nid est un gros tas de végétation aquatique situé hors de l’eau. Celui-ci est placé sur un monticule fait de branches construit en eau peu profonde au milieu ou au bord de divers plans d'eau: lacs, rivières, étangs, parcs. Il est construit par les deux parents : le mâle apporte les matériaux (roseaux, herbes…) et la femelle construit le nid. Le nid est réutilisé les années suivantes si la reproduction a été un succès.
La femelle pond 5 à 12 œufs gris clair ou vert clair fin avril – début mai. L’incubation dure 36 à 38 jours, et est assurée principalement par la femelle. Le mâle surveille essentiellement le territoire, mais peut couver les œufs quand la femelle se nourrit ou si celle-ci disparait.
Les poussins quittent le nid et vont à l’eau immédiatement après l’éclosion. Ils sont élevés par les deux parents, et pourront s’envoler qu’après 4 – 5 mois. La maturité sexuelle est atteinte à l’âge de trois ans.

Régime alimentaire

Le cygne tuberculé se nourrit essentiellement de matières végétales et notamment les feuilles et parties végétatives de plantes aquatiques et d’algues. Il se nourrit également de petits amphibiens (grenouilles, crapauds, têtards) et d’invertébrés aquatiques (mollusques, insectes, vers). Il utilise trois méthodes pour se nourrir: l'alimentation en surface, le plongeon de la tête et du cou et le plongeon du corps.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

On retrouve l’espèce dans le nord et le centre de l'Eurasie ce qui inclut les Îles britanniques, le sud de la Scandinavie, le sud-est de la Russie, le centre de l'Europe, la Turquie, les Balkans, le Kazakhstan, le sud-est de la Sibérie et le nord de la Chine. Il niche également, après son introduction, en Amérique du Nord, plus spécifiquement le long de la côte de l'Atlantique, dans les Grands Lacs et au sud de la Colombie-Britannique.

La population européenne de l’espèce est estimée entre 86 000 et 120 00 couples. Les principales populations sont présentes au Danemark (4500 – 5000 couples), Finlande (6000 – 8000 couples), Allemagne (7000 – 13 000 couples), Irlande (2500 – 10 000 couples), Pays-Bas (5500 – 6500 couples), Pologne (6500 – 7000 couples), Russie (15 000 à 20 000 couples), Suède (4500 – 7500 couples), et Royaume Uni (23 000 à 25 000 couples). La population française est estimée entre 1000 et 1600 couples.

L’espèce est menacée par une mortalité importante due à l’intoxication par le plomb (plomb de pèche notamment) et par le cuivre. L’ingestion et l’enchevêtrement dans les lignes de pèches peut aussi causer de graves blessures voire la mortalité des oiseaux. L’espèce est également menacée par les déversements d’hydrocarbures ou encore la grippe aviaire.

Statut de l’espèce

Directive Oiseaux : Annexe II/2
Convention de Berne : Annexe III
Convention de Bonn : Annexe II
Convention de Bonn : Accord AEWA [1999]
Oiseaux protégés : Article 1
Oiseaux protégés : Article 5

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).-Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the WesternPaleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.

GB


Haut de page