Outarde houbara (Chlamydotis undulata)




Description de l’espèce


© Gérald Berger
Femelle d'Outarde houbara
L’Outarde houbara (Chlamydotis undulata) appartient à la famille des Otididés. C’est une outarde assez grande, au long coup étroit avec un corps assez élancé et une grande queue. Ses ailes sont longues et assez étroites. Elle possède une barre noire le long des côtés du cou, composée de plumes érectiles et filamenteuses. Le dessus est de couleur sable avec des mouchetures et des raies brun sombre. Elle possède une tache blanche sur la main, qui est bien visible en vol. Le mâle adulte est nettement plus grand que la femelle avec des plumes plus longues et plus visibles à l’arrière de la calotte, au cou et sur la poitrine. Les pattes sont de couleur vert-olive ou jaune-paille.

Taille : 55-75 cm
Envergure : 135-170 cm
Poids : 1,2-3,2 kg

Biologie

Ecologie

L’Outarde houbara est un oiseau bien adapté aux environnements désertiques, elle occupe les zones steppiques et semi-désertiques ainsi que les plaines plus ou moins arides. On la retrouve dans les milieux à faible couverture végétale, occupés par des arbustes désertiques épars, à faible densité de plantes vivaces (surtout halophytes). Les habitats de reproduction de l’espèce sont les régions arides ou semi arides avec une précipitation de l’ordre de 50 à 200 mm de pluie annuelle, à faible densité de végétation, tels que les steppes à Stipa et Artemisia.

Comportement


© Gérald Berger
Mâle d'Outarde houbara en
parade
L’Outarde houbara est une espèce grégaire en dehors de la saison de reproduction, souvent en petits groupes de 4 à 10 individus en Afrique du Nord et jusqu’à 60 individus en Israël. En période de reproduction, l’espèce est solitaire et territoriale. Dans les habitats favorables, les nids sont espacés d’un à deux kilomètres. Au cours de la parade nuptiale, les outardes houbara rentrent la tête dans les épaules et hérissent les longues plumes de la poitrine et du cou, donnant l'impression d'une grosse houpette blanche animée lorsque l'oiseau trottine en cercles et en zigzags. L’espèce est résidente excepté dans l’ouest de son aire de répartition où elle est partiellement migratrice.

Reproduction


© Gérald Berger
Poussin d'Outarde houbara et
oeuf en cours d'éclosion
Le début de la saison de reproduction commence au mois de mars en Afrique du Nord, et parfois dès le mois de novembre et jusqu’au mois de juin. Le nid est situé directement sur le sol et correspond à une cuvette grattée au sol sans aucune garniture. Le nid se situe parfois en terrain découvert mais la plupart du temps on le retrouve à proximité de buisson. La dépression au sol fait environ 13 cm de diamètre, elle est construite par la femelle.
La femelle pond deux à trois œufs qu’elle va incuber seule durant 23 jours. Elle a une possibilité d’effectuer une ponte de remplacement en cas de perte des œufs. Les jeunes sont nidifuges, ils sont nourris par la femelle. L’envol a lieu à partir de l’âge de 35 jours.

Régime alimentaire


© Gérald Berger
Femelle d'Outarde houbara
nourrissant son poussin
L’Outarde houbara est omivore. Elle s’alimente aussi bien de végétaux que d’animaux. Les matières végétales comprennent des fruits, des graines, des pousses, des feuilles et des fleurs. Concernant la faune, son alimentation comprend, notamment, les criquets, les sauterelles, les grillons (Orthoptera), des coléoptères, des chenilles de papillon (Lépidoptères), des termites (Isoptères), des fourmis (Formicidae), des escargots, des araignées (Arachnida), ainsi que des lézards et des serpents (Reptilia).


Répartition géographique - Evolution et état des populations

L’Outarde houbara est répandu dans toute l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient jusqu’en Asie occidentale sous forme de trois sous-espèces. La sous –espèce fuertaventurae est présente uniquement sur les îles Canaries. La sous espèce undualata est présente en Afrique du Nord : au nord de la Mauritanie, dans le Sahara occidental, au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye et en Égypte à l'ouest du Nil. La sous-espèce macqueenii s'étend de l'Egypte à l’est du Nil à travers l’Israël, la Jordanie, le Liban, l’Arabie saoudite, le Yémen, l’Oman, l’Emirats arabes unis, Bahreïn, le Qatar, le Koweït, la Syrie, l’Irak, l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, l’Inde, l’Arménie, le Turkménistan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, le Kirghizistan, le Kazakhstan, la Fédération de Russie, et de la Mongolie à la Chine.

Les effectifs de l’espèce sont estimés entre 49 000 et 62 000 individus, répartis en trois sous espèces : - Les effectifs de la sous espèce undulata sont estimés à 9800 individus, répartis en : Algérie (5000 individus), Egypte (500 individus), Libye (1000 individus), Mauritanie (effectif inconnu), Maroc (3000 individus), Tunisie (300 individus). - Les effectifs de la sous espèce fuertaventurae sont estimés entre 700 et 750 individus. - Les effectifs de la sous espèce macqueenii sont estimés entre 39 000 et 52 000 individus dont 30 000 à 40 000 sont situés au Kazakhstan.
La principale menace pour l’espèce est la chasse par les fauconniers du Moyen-Orient. Il faut ajouter à cela al perte et la dégradation des habitats, le surpâturage, le dérangement des sites de nidification par les troupeaux et les véhicules tout terrain, les collisions avec les lignes électriques, la prédation des nids par les espèces introduites ou encore le prélèvement des œufs par les nomades.

Statut de l’espèce

Convention de Berne (Annexe 2)
Convention de Bonn (Annexe 1)
Convention de Bonn (Annexe 2)
Convention de Washington (Annexe 1)
Directive Oiseaux (Annexe 1)
Oiseau protégé (Article 4)
Oiseau protégé (Article 5)
Règlement communautaire CITES (Annexe A)

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.

Azafzaf, H., Sande, E., Evans, S.W., Smart, M. & Collar, N.J. (2005). International Species Action Plan for the Houbara Bustard Chlamydotis undulata undulata. BirdLife International, Nairobi, Kenya and Royal Society for the Protection of Birds, Sandy, Bedfordshire, UK

Borja Heredia (1995). Action Plan for the Houbara Bustard in the Canary Islands Chlamydotis undulata fuertaventurae. BirdLife International, UK

GB


Haut de page