Tournepierre a collier (Arenaria interpres)




Description de l’espèce

Le Tournepierre à collier (Arenaria interpres) est un oiseau de la famille des Scolopacidés. C’est un limicole de taille moyenne. En période de reproduction, le plumage du mâle a un motif brun roux jaunâtre vif aux scapulaires et aux couvertures alaires. Il y a également un motif noir et blanc sur la tête. La femelle a un plumage plus terne et le motif sur la tête est moins visible. En plumage internuptial, le motif du dessus est très sombre avec une légère coloration rouille sur les épaules. Les couvertures alaires et tertiaires sont gris brunâtre uniforme. Il possède un bec pointu et conique. Ses pattes sont orangées.

Taille : 21-24 cm
Envergure : 44-49 cm
Poids : 80-110 g

Biologie

Ecologie


© Gérald Berger
Tournepierre à collier
L’espèce niche à proximité des côtes ou jusqu’à plusieurs kilomètres à l’intérieur des terres, nichant dans les plaines côtières, les marais et la toundra. Elle montre une préférence pour les mosaïques de roche nue, d’argile et de galets, avec de la végétation à proximité de l’eau.
En dehors de la période de reproduction, l’espèce est principalement côtière, bien qu’elle puisse également fréquenter lors de la migration les digues, l’intérieur des terres voire les lacs.
Au cours de l’hiver, il fréquente les rochers, les plages de sable fin, les marais salants, les criques abritées, les estuaires, les mangroves, les récifs et les vasières.

Comportement

L’espèce est grégaire. On la retrouve en groupe en hiver lors de l’alimentation ou sur les aires de repos. L’espèce est monogame les couples peuvent persister d’une saison de reproduction à l’autre. Les couples peuvent être isolés, ou en groupe avec des nids à une distance de 15 m les uns des autres le long des côtes et sur les îles. La plupart des oiseaux montrent un comportement agressif ou de défense en réponse aux intrusions.
Le Tournepierre à collier est un oiseau migrateur. Les oiseaux partent en migration hivernale à partir de fin juillet jusqu’à mi octobre. Le retour de la migration a lieu à partir de début avril jusqu’à fin mai.

Reproduction

La saison de reproduction du Tournepierre à collier commence au retour de la migration début juin et se poursuit jusqu’à début août.
Le nid est une dépression grattée au sol par la femelle sur un monticule, un talus, une légère crête ou parfois dans les fentes et fissures, et dans tous les cas avec une végétation environnante. La dépression constituant le nid mesure 11 cm de diamètre pour une profondeur de 3 cm, elle est garnie de végétation.
La femelle pond deux à quatre œufs (le plus souvent 4 œufs) ovales, de couleur olive ou chamois pale. L’incubation dure 22 à 24 jours. Elle est assurée par les deux parents mais de manière sporadique par les mâles. Les jeunes sont nidifuges, ils sont nourris par les deux parents. Toutefois la femelle peut s’arrêter avant l’envol, le male continue jusqu’au bout.

Régime alimentaire

Pendant la saison de reproduction, le Tournepierre à collier se nourrit essentiellement d’insectes. Mais le matériel végétal et les araignées peuvent constituer une part du régime alimentaire si les insectes ne sont pas encore disponibles. A d’autres moments, le régime est composé d’invertébrés, de crustacés et de mollusques. Pour s’alimenter, il renverse les pierres pour récupérer les proies qui sont présentes dessous.

Répartition géographique - Evolution et état des populations

On rencontre le Tournepierre à collier sur tout les continents, il s'adapte à un grand nombre de climats différents, à condition d'avoir toujours de l'eau à proximité et que les températures ne soient pas trop basses ou trop hautes.

L’espèce souffre de la prédation de ses nids par le Vison d’Amérique (Neovison vison) dans certaines régions. Elle est également sensible à la grippe aviaire, et est susceptible d’être menacée à l’avenir si le virus venait à se propager.

Statut de l’espèce

Convention de Berne (Annexe 2)
Convention de Bonn (Annexe 2)
Convention de Bonn (Accord AEWA)
Oiseau protégé (Article 1)
Oiseau protégé (Article 5)

Bibliographie

MULLARNEY K., SVENSSON L., ZETTERSTROM D. & GRANT P.J. (2004).- Le guide ornitho. Delachaux et Niestlé. 399 p.

SNOW D.W. & PERRINS C.M. (1998).- The birds of the Western Paleartic. Concise Edition. Oxford University Press. 1832 p.


GB


Haut de page